Sommaire du numéro 26

L'Economie politique n° 26printemps 2005 La France des travailleurs pauvres

 

  • La pauvreté par l'emploi (Christian CHAVAGNEUX)
  • Entre 1996 et 2001, le nombre de personnes dont le revenu était inférieur au seuil de pauvreté est passé de 4,1 à 3,6 millions de personnes (France métropolitaine seulement). Une baisse sans doute insuffisante, notamment au regard de la forte reprise de l'emploi constatée au cours de cette période. Si l'on ne sait pas comment a évolué cette pauvreté monétaire depuis, les indices que l'on possède ne vont pas dans le bon sens. C'est le cas du nombre d'allocataires du revenu minimum d'insertion (RMI), qui a augmenté de 1,4% en 2002, de 5% en 2003 et, enfin, de 9% en 2004: ce qui représente 150000 (…)
    Acheter le document
  • Sous l'emprise de la progression du chômage, notre société a dû reconnaître l'existence d'une pauvreté massive et son incapacité à en enrayer la montée. De la situation actuelle, le rapport 2003-2004 de l'Observatoire de la pauvreté et de l'exclusion sociale2 dresse un constat accablant: si l'on retient la norme statistique française -est pauvre toute personne vivant dans un ménage dont les ressources par unité de consommation sont inférieures à la moitié des ressources médianes, soit 602 euros par mois pour une personne seule en 2001-, 3,6 millions de personnes sont pauvres, soit 6,1% de la p (…)
    Acheter le document
  • La récente envolée du nombre d'allocataires du revenu minimum d'insertion (RMI) - + 9,4% en 2004 - est venue nous rappeler, si besoin en était, que la pauvreté restait un phénomène massif en France. Que faire pour lutter contre la pauvreté? Pour apporter une réponse pertinente à cette question, il faut surtout s'interroger sur les raisons de cette pauvreté et sur les processus qui la nourrissent. C'est principalement sur cette analyse que porte cet article.
    Acheter le document
  • Le gouvernement travailliste issu des élections de 1997 a mis en avant, parmi ses objectifs, la réduction de la pauvreté et l'amélioration des chances de chacun (opportunity for all). Le Parti travailliste avait fait de l'accroissement des inégalités un des thèmes majeurs de sa campagne électorale. Près de huit ans après, il est utile de revenir sur cette expérience pour en rappeler les orientations, en évaluer les résultats, mais aussi analyser les méthodes de gouvernement. C'est notamment sur ce dernier point que des leçons utiles peuvent être tirées pour la France.
    Acheter le document
  • La sociologie de la pauvreté vise à étudier simultanément la pauvreté comme expérience vécue par des hommes et des femmes situés au bas de l'échelle sociale et la pauvreté comme un élément de la conscience que les sociétés modernes ont d'elles-mêmes et qu'elles cherchent le plus souvent à combattre. La pauvreté est une question qui dérange car elle est toujours l'expression d'une inégalité, sinon inacceptable, du moins peu tolérable dans une société globalement riche et démocratique où l'on recherche de manière prioritaire l'égalité réelle, et non plus seulement l'égalité formelle des individu (…)
    Acheter le document
  • Hernando de Soto est un personnage intéressant, sur lequel il est facile de se tromper. Après des études et une première carrière fructueuse en Europe, il est revenu dans son pays natal, le Pérou, où il a fondé, en 1980, l'Institut pour la liberté et la démocratie(ILD). Inscrit dans la mouvance libérale, ce think tank, conçu sur le modèle américain, se veut à la jonction de la recherche appliquée et du conseil en politique économique. De Soto sera ainsi un conseiller du président péruvien Fujimori, au cours de son premier mandat, avant d'étendre rapidement le champ de ses contacts et de ses in (…)
    Acheter le document
  • Est-ce que la démocratie, ou son absence, a une influence sur les méthodes de recherche? Les philosophes de la science, comme Paul Feyerabend et, de façon moins importante, Thomas Kuhn, ont suggéré ce lien. Dans la superpuissance qui s'affiche elle-même comme la plus grande démocratie du monde (malgré l'invasion brutale de l'Irak, le Patriot Act, la prison d'Abou Ghraib et les suspicions entourant une partie des votes électroniques lors des élections présidentielles de 2004), on pourrait imaginer que l'Association américaine de science politique (APSA), qui représente 15000 universitaires et e (…)
    Acheter le document
  • Est-ce que la démocratie, ou son absence, a une influence sur les méthodes de recherche? Les philosophes de la science, comme Paul Feyerabend et, de façon moins importante, Thomas Kuhn, ont suggéré ce lien. Dans la superpuissance qui s'affiche elle-même comme la plus grande démocratie du monde (malgré l'invasion brutale de l'Irak, le Patriot Act, la prison d'Abou Ghraib et les suspicions entourant une partie des votes électroniques lors des élections présidentielles de 2004), on pourrait imaginer que l'Association américaine de science politique (APSA), qui représente 15000 universitaires et e (…)
    Acheter le document
  • Depuis la publication des deux tomes de De la Démocratie en Amérique (1835 et 1840) par Alexis de Tocqueville, nous avons adopté une conception large de la démocratie. Au-delà du régime politique (Etat de droit, souveraineté populaire consacrée par le vote au suffrage universel, absence de concentration des pouvoirs judiciaire, exécutif et législatif), la démocratie est dorénavant perçue comme un "Etat social" animé par l'"égalité des conditions": l'égalité politique s'accompagne notamment de l'égalité des chances. Ainsi, Tocqueville nous explique que la démocratie prend véritablement forme lo (…)
    Acheter le document