L'Economie politique - Article de la rubrique Allemagne : un modèle à ne pas suivre

Rubrique : Allemagne : un modèle à ne pas suivre

Résultat de la requête :

Nombre de résultats : 5

Evolution de la part salariale* dans le revenu national en Allemagne

[Graphique]L'Economie politique n° 60, p.8, 10/2013

Les lourdes hypothèques du "modèle" sur la table du gouvernement Merkel III

[Article]L'Economie politique n° 60, p.35, 10/2013, 4923 mots
par : Bruno ODENT

L'Allemagne s'est détachée du lot européen en 2010 et 2011 avec des taux de croissance nettement plus élevés que ceux de ses partenaires européens (4,2 % en 2010, 3 % en 2011). Ces bons résultats ont été instrumentalisés par une bonne partie des élites économiques et politiques françaises, obsédées par la baisse des coûts salariaux et des dépenses pour les services publics et sociaux. Hors le "modèle allemand", réduit aux réformes orchestrées durant la décennie 2000, il n'y aurait point de salut pour la compétitivité en France et en Europe.
Acheter le document

Une voie allemande du libéralisme ? Ordo-libéralisme, libéralisme sociologique, économie sociale de marché

[Article]L'Economie politique n° 60, p.48, 10/2013, 11868 mots
par : Serge AUDIER

Dans les premières décennies du XXe siècle, le libéralisme pouvait sembler une espèce en voie de disparition en Allemagne. En 1927, quand l'économiste autrichien Ludwig von Mises publie son essai Liberalismus, il souligne ainsi que le libéralisme est mort chez les Allemands plus que partout ailleurs : après avoir connu une certaine visibilité grâce à quelques écrivains, dont Wilhelm von Humboldt dans son célèbre Essai sur les limites de l'action de l'Etat (1791), cette tradition libérale se serait éteinte, d'après Mises, supplantée par l'étatisme et le nationalisme. Dix ans plus tard, le grand (…)
Acheter le document

Les défis à relever par le nouveau gouvernement allemand

[Article]L'Economie politique n° 60, p.6, 10/2013, 4339 mots
par : Ernst HILLEBRAND

Le résultat du scrutin du 22 septembre 2013 est le fruit d'une ambiance étrange qui règne en Allemagne. Malgré la crise financière et celle de l'euro, les Allemands sont étonnamment détendus. Et ils sont plutôt optimistes quant à la situation économique : à la fin du mois d'août, ils n'étaient que 10 % à considérer que l'économie du pays se portait mal1. L'Allemagne a mieux traversé la crise financière que la majorité des autres pays de la zone euro. Ce sont les exportations qui stabilisent la situation économique : en 2012 encore, l'Allemagne a dégagé le plus fort excédent de balance commerci (…)
Acheter le document

La "grande transformation" de l'Allemagne réunifiée dans le contexte européen

[Article]L'Economie politique n° 60, p.17, 10/2013, 7424 mots
par : Arnaud LECHEVALIER

Avant la chute du Mur, l'économie ouest-allemande était donnée en modèle d'"économie de marché coordonnée", dont la genèse et la dynamique pouvaient être comprises en termes de complémentarités entre institutions politiques et institutions économiques et sociales. Mais au cours de ces vingt dernières années, le capitalisme allemand a subi une série de transformations. Ces changements institutionnels doivent être compris dans les contextes de l'onde longue de la réunification et de l'Union économique et monétaire en Europe. Ils relèvent d'une synergie entre facteurs endogènes et changement poli (…)
Acheter le document