L'Economie politique - Article de la rubrique Malaise chez les économistes français

Rubrique : Malaise chez les économistes français

Résultat de la requête :

Nombre de résultats : 9

Un enseignement pluraliste des représentations de l'économie

[Article]L'Economie politique n° 50, p.59, 4/2011, 4386 mots
par : Gilles RAVEAUD

L'économie en tant que discipline académique a ceci de particulier qu'elle est composée de courants d'analyse irréductibles les uns aux autres. Les a priori, les représentations de l'économie et de son fonctionnement divergent entre économistes. Comme l'écrit Claude Mouchot [2004, p. 87], " l'économie ne sera jamais une science normale, au sens de Thomas Kuhn ". Certes, certains économistes préfèrent ignorer ce fait pour donner l'image d'une science bâtie sur une " boîte à outils " présentée comme universelle, commune à l'ensemble des chercheurs. Mais il est possible de réfuter cette présentat (…)
Acheter le document

Pourquoi les économistes se sont-ils trompés à ce point ?

[Article]L'Economie politique n° 50, p.32, 4/2011, 5166 mots
par : Laurent CORDONNIER

On considèrera comme acquis, ici, que les errements de la pensée économique depuis une trentaine d'années sont pour partie responsables de la crise économique actuelle, pour passer directement à la question posée par Paul Krugman [2009] : " Pourquoi les économistes [pas tous, certes] se sont-ils trompés à ce point ? " Il existe, en gros, trois sortes de raisons invoquées en guise de réponse. On les passera en revue, pour défendre l'idée que ces raisons recouvrent largement une autre explication, plus structurelle, de cet " itinéraire de l'égarement "1. Pour une large part, la transformation de (…)
Acheter le document

Pour un pluralisme dans l'enseignement de l'économie

[Article]L'Economie politique n° 50, p.49, 4/2011, 3483 mots

Les interrogations, critiques et appels effectués depuis une dizaine d'années par des étudiants en économie de tous horizons sont étonnamment similaires. Ils traduisent l'expression d'un ennui profond, d'une absence de réflexivité, d'enseignements conçus comme un recueil de modèles et de techniques, issus d'un corpus théorique dont la domination académique sert à justifier la standardisation des formations.
Acheter le document

Fédérer les sciences sociales

[Article]L'Economie politique n° 50, p.45, 4/2011, 1305 mots
par : Pascal COMBEMALE

J'appartiens à une génération pour laquelle la question de l'unité des sciences sociales ne se posait pas. Dominaient alors le marxisme, le structuralisme, l'école des Annales. Cela ne signifie pas que nous étions tous marxistes ou structuralistes ; au contraire, parce que baignés dans un marxisme ou un structuralisme trop souvent dogmatiques et figés, nous tentions de les dépasser, par exemple pour penser l'articulation entre structure et histoire, entre le système et l'acteur, entre logiques de reproduction et mouvements sociaux, etc. Tentatives de dépassement que l'on voit bien à l'oeuvre c (…)
Acheter le document

Les sciences économiques et sociales, un modèle à suivre

[Encadré]L'Economie politique n° 50, p.56, 4/2011, 225 mots

Un certain type de formation, par essence pluraliste, rencontre un succès certain depuis plus de quarante ans : les sciences économiques et sociales (SES) dispensées au lycée. Si elles sont enseignées actuellement dans le secondaire, rien ne contre-indique, selon nous, l'" exportation " des SES vers le supérieur L'approche qui est au fondement des SES invite à partir d'objets-problèmes pour se saisir de différentes théories, auteurs et concepts afin d'y répondre.
Acheter le document

Egalité, vous avez dit égalité ?

[Article]L'Economie politique n° 50, p.71, 4/2011, 5080 mots
par : Michel DOLLÉ

Il en est des discours sur l'égalité comme des roses : le printemps de leur épanouissement est la période électorale, avec, parfois, des phases de remontée. Hélas, il en est souvent de même aussi de leur durée de vie : et rose, elle a vécu ce que vivent les roses, l'espace d'un matin.
Acheter le document

Le pluralisme est mort, vive le pluralisme !

[Article]L'Economie politique n° 50, p.6, 4/2011, 10430 mots
par : Nicolas POSTEL

Une des caractéristiques de notre société est d'avoir laissé l'économique envahir l'espace public et politique. Et, de fait, les questions économiques dominent très largement l'actualité politique et sociale. Or, la manière dont ces questions se formulent, les réponses qu'on y apporte, les thèmes qui traversent le débat public sont directement liés à des questions de recherche, des débats théoriques entre économistes. Leurs représentations et leurs préconisations ont, par le passé, transformé très profondément le réel et le transforment aujourd'hui encore. La façon dont on " fabrique " les éco (…)
Acheter le document

Les engagements de l'Afep pour 2011

[Encadré]L'Economie politique n° 50, p.27, 4/2011, 30 mots

Premier axe : l'évaluation de l'enseignement et de la recherche
Acheter le document