L'Economie politique - Article de la rubrique Monnaies, commerce : la gouvernance mondiale en échec

Rubrique : Monnaies, commerce : la gouvernance mondiale en échec

Résultat de la requête :

Nombre de résultats : 13

OMC : le déclin irréversible de la réciprocité et du multilatéralisme

[Article]L'Economie politique n° 45, p.35, 1/2010, 7452 mots
par : Christian DEBLOCK

Contrairement à une idée reçue, le système commercial international n'est pas libre-échangiste. Il fut à l'origine conçu, après la Seconde Guerre mondiale, pour ouvrir les marchés, mais de manière ordonnée et en conciliant libéralisme et progrès économique et social. A cette fin, le système commercial présentait deux particularités : d'une part, l'égalité de traitement et son corollaire, la réciprocité diffuse entre les nations, et d'autre part, la négociation et son corollaire, le multilatéralisme. Deux règles de conduite qui ne font sens que si l'on prend aussi en considération le fait que l (…)
Acheter le document

Les droits de tirage spéciaux : décryptage d'une mesure inattendue du G20

[Article]L'Economie politique n° 45, p.26, 1/2010, 3572 mots
par : Michel LELART

A l'occasion des réunions du G20 de l'an dernier, certaines mesures ont nécessité des négociations serrées (bonus, paradis fiscaux...). D'autres ont d'emblée fait l'objet d'un large consensus, ce sont celles qui concernent les institutions financières internationales, et au premier chef le Fonds monétaire international (FMI). Celui-ci s'est vu attribuer d'importantes ressources supplémentaires : les pays se sont rapidement entendus pour lui prêter 250 milliards de dollars, augmentés, si nécessaire, de 250 milliards ultérieurement. C'est une multiplication par dix de ses ressources, destinée à (…)
Acheter le document

Variations annuelles des taux de change effectifs réels (graphique 1)

[Graphique]L'Economie politique n° 45, p.8, 1/2010

Le développement est-il de retour dans le cycle de Doha ?

[Article]L'Economie politique n° 45, p.55, 1/2010, 4652 mots
par : Marc MOUSLI / Kevin p. GALLAGHER / Timothy a. WISE

Quand les ministres se sont réunis à Genève, en décembre dernier, au milieu des continuelles protestations des pays en développement qui se plaignaient que le cycle de Doha ait perdu de vue son engagement initial pour le développement, il leur a fallu prendre en considération un nouvel ensemble d'estimations de ce que l'on appelle les " gains du commerce ". Chaque fois que les ministres se retrouvent, des économistes leurs fournissent des projections nouvelles ou révisées prouvant combien le monde serait plus riche après que l'on aurait libéralisé les échanges.
Acheter le document

Commercialisme, statocentrisme et internationalisme libéral : définitions

[Encadré]L'Economie politique n° 45, p.36, 1/2010, 516 mots

Le commercialisme désigne l'ensemble des doctrines, pratiques et politiques qui valorisent le commerce dans la création de richesse, appuient les milieux d'affaires dans leurs activités à l'étranger et subordonnent la politique économique à l'expansion du commerce. Le commercialisme est parfois utilisé comme synonyme de mercantilisme. Il s'en distingue néanmoins dans la mesure où il n'associe pas le commerce au pouvoir du prince, ni la richesse à la puissance de la nation. En revanche, le commerce demeure une affaire d'Etat et la conquête des marchés extérieurs est un objectif avoué de la poli (…)
Acheter le document

La balance des paiements chinoise (tableau 3)

[Tableau]L'Economie politique n° 45, p.14, 1/2010

La répartition de l'épargne mondiale (tableau 2)

[Tableau]L'Economie politique n° 45, p.10, 1/2010

Une détérioration des termes de l'échange

[Tableau]L'Economie politique n° 45, p.62, 1/2010

Nombre de yuans pour un dollar (graphique 3)

[Graphique]L'Economie politique n° 45, p.13, 1/2010

Le dollar, le yuan et le système monétaire international

[Article]L'Economie politique n° 45, p.6, 1/2010, 6137 mots
par : Michel AGLIETTA

Le système monétaire international qui s'est développé depuis les accords de la Jamaïque, en 1976, est hétérogène et peut être qualifié de " semi-étalon dollar ". Quelques monnaies, appartenant aux grands pays développés, sont libres de fluctuer vis-à-vis du dollar. Toutefois, beaucoup plus de monnaies, appartenant à des pays émergents, sont liées à la devise américaine par des régimes de change administré qui vont des changes fixes au flottement géré. De plus, les monnaies des émergents ont des degrés très variables de convertibilité externe.
Acheter le document

Le triangle de Mundell (graphique 4)

[Graphique]L'Economie politique n° 45, p.16, 1/2010