L'Economie politique - Article de la rubrique Crises financières : les leçons de l'histoire

Rubrique : Crises financières : les leçons de l'histoire

Résultat de la requête :

Nombre de résultats : 14

L'analyse des crises : Minsky, après Fisher et Keynes

[Article]L'Economie politique n° 48, p.85, 10/2010, 6310 mots
par : Pierre PIÉGAY / Christine SINAPI / Ludovic DESMEDT

Notre système économique connaît actuellement une crise majeure et, quatre-vingts ans après la crise de 1929, la comparaison entre ces deux périodes est intéressante. Tout d'abord, la crise actuelle semble avoir été, dans sa dimension financière, d'une ampleur égale à celle des années 1930. Par ailleurs, les mécanismes qui ont conduit à ces deux épisodes présentent des ressemblances troublantes. Enfin, les mesures envisagées actuellement pour atténuer les conséquences de la crise évoquent certaines politiques mises en oeuvre aux Etats-Unis par Roosevelt. Les faits sont têtus : l'histoire se ré (…)
Acheter le document

James Steuart et sa lecture de la bulle des Mers du Sud

[Encadré]L'Economie politique n° 48, p.31, 10/2010, 270 mots

Contrairement à ses contemporains, et notamment Adam Smith et David Hume, l'économiste James Steuart considère les projets européens de restructuration de la dette publique (le système de John Law en France et le projet de la Compagnie des mers du Sud en Angleterre) comme des tentatives intéressantes d'amélioration de la gestion de la dette souveraine. Selon Steuart, ces projets viennent, primo, réduire le coût de la dette, à l'occasion des renégociations établies entre l'Etat et les sociétés par actions, et secundo, améliorer la liquidité de la dette en permettant à l'Etat de réduire considér (…)
Acheter le document

Quand 2009 questionne 1929

[Article]L'Economie politique n° 48, p.64, 10/2010, 8203 mots
par : Isaac JOHSUA

Le fantôme de la grande crise rôde. Certains en parlent pour le rejeter d'un revers de main, d'autres pour souligner sa présence, beaucoup pour dire leur inquiétude. Tentons de mettre les choses à plat, de rapprocher 1929 et 2009, de relever points communs et différences.
Acheter le document

De la crise bancaire à la régulation : l'expérience américaine de 1907

[Article]L'Economie politique n° 48, p.42, 10/2010, 7661 mots
par : Julien MENDEZ / Christian TUTIN

Le retour des crises financières n'est pas le moindre des points communs entre le capitalisme d'aujourd'hui et celui du XIXe siècle finissant : la période qui s'est ouverte en 1982 avec la crise de la dette mexicaine rappelle étrangement celle qui débuta en 1873 avec le krach des Bourses de Vienne puis de Berlin. Presque sans interruption jusqu'au début du XXe siècle se sont alors succédé des " accidents " financiers, plus ou moins réguliers, plus ou moins contagieux, qui ont entretenu un climat de crise permanente justifiant l'expression de " Grande Dépression " par laquelle les historiens dé (…)
Acheter le document

Des crises qui se ressemblent, des enchaînements différents

[Tableau]L'Economie politique n° 48, p.96, 10/2010

1922-1935 : la régulation sous pression

[Tableau]L'Economie politique n° 48, p.58, 10/2010

Cours des actions de la Compagnie du Mississippi, en livres

[Graphique]L'Economie politique n° 48, p.18, 10/2010, 21 mots

(*) Bien qu'il n'y ait eu aucun cours pour mars 1720, la Compagnie garantissait le prix à 9 000 livres.
Acheter le document

Face aux déboires d'une finance spéculative, quel mode de financement ?

[Article]L'Economie politique n° 48, p.105, 10/2010, 2282 mots
par : Lotfi BOULAHRIR

Aux yeux de nombreux économistes, les crises financières systémiques sont d'abord des crises de crédit. L'excès dans l'octroi de crédit est la source de toutes les anomalies qui affectent le système financier et la sphère réelle. Le modèle de base liant crédits et crise financière est celui de la théorie du surendettement inspiré des travaux d'Irving Fisher en 1933 et d'Hyman Minsky dans les années 1970. Mais les véritables explications théoriques remontent à l'école autrichienne.
Acheter le document

La typologie de Minsky

[Encadré]L'Economie politique n° 48, p.89, 10/2010, 145 mots

Rappelons sommairement la typologie minskyenne. Pour les agents " prudents ", les revenus issus de l'investissement permettent de couvrir la totalité des engagements financiers. Les entreprises financées principalement par fonds propres sont considérées comme prudentes. Les structures financières " spéculatives " sont celles dont les profits permettent de couvrir les intérêts mais sont insuffisants pour rembourser le principal. Les entités spéculatives doivent donc continuellement reproduire leur dette. Les structures financières de type " Ponzi ", enfin, sont celles dont les profits ne suffis (…)
Acheter le document

Pourquoi des souscriptions en espèces ?

[Encadré]L'Economie politique n° 48, p.27, 10/2010, 468 mots

Au cours de l'année 1720, la Compagnie des mers du Sud entame ses opérations financières par deux émissions d'actions contre des espèces, et non pas contre des titres de dette. Ainsi, les 14 et 29 avril, la Compagnie émet respectivement 2,25 millions et 1,5 million de livres d'actions contre des espèces, avant même la mise en place de la conversion des titres de dette publique, dont la première étape n'aura lieu que le 19 mai 1720.
Acheter le document

John Law et la bulle de la Compagnie du Mississippi

[Article]L'Economie politique n° 48, p.7, 10/2010, 5832 mots
par : Antoin e. MURPHY

Quand une bulle apparaît et éclate sur le marché financier, le réflexe des commentateurs, dans les médias, est de rechercher des précédents historiques. Ils relisent les récits des excès de la finance et se rejouent tous les épisodes du mélodrame de la bulle précédente. On détaille l'excitation et la folie des foules de financiers néophytes en quête d'un nouvel Eldorado, et des commentateurs perspicaces, dotés d'une vision parfaite a posteriori, traînent devant une justice rétrospective les coupables de ces bulles. C'est ce qui s'est passé avec le système de la Compagnie du Mississippi inventé (…)
Acheter le document

La bulle des Mers du Sud, ou le " too big to fail " avant l'heure

[Article]L'Economie politique n° 48, p.23, 10/2010, 6314 mots
par : Nesrine BENTEMESSEK KAHIA

Dans son célèbre ouvrage Manias, Panics, and Crashes, l'économiste américain Charles Kindleberger [1978] souligne que les épisodes d'euphorie financière antérieurs aux années 1719-1720 ont été relativement isolés. Pourquoi ces deux années ? Parce qu'elles représentent l'éclatement de la bulle spéculative des Mers du Sud en Angleterre et l'effondrement du système de John Law en France. Ces deux épisodes d'innovation financière, consistant à convertir des titres de dette publique dévalués et illiquides en actions liquides à dividendes élevés, ont en effet constitué le point de départ des deux pr (…)
Acheter le document

Le National Banking System

[Encadré]L'Economie politique n° 48, p.49, 10/2010, 226 mots