L'Economie politique - Articles écrits par Michel HUSSON

Articles écrits par Michel HUSSON

Nombre d'articles : 4

Ce que pourrait être une politique économique de gauche

[Article]L'Economie politique n° 63, p.77, 7/2014, 3643 mots
par : Michel HUSSON

Définir ce que pourrait être une politique économique de gauche est, dans le contexte actuel, un exercice aussi périlleux que nécessaire. Plutôt que de dérouler un programme, cette contribution se borne à proposer des remarques de méthode, après avoir succinctement rappelé les raisons de l'échec de l'orientation de François Hollande. Deux tâches semblent aujourd'hui indispensables si l'on veut esquisser un programme alternatif : abandonner le fétichisme des outils et des normes pour redéfinir les objectifs d'une politique de gauche et prendre la mesure exacte du degré de rupture nécessaire.
Acheter le document

La part salariale n'a jamais été aussi basse !

[Article]L'Economie politique n° 42, p.97, 4/2009, 2756 mots
par : Michel HUSSON

La part des salaires dans la valeur ajoutée a-t-elle, oui ou non, baissé en France ? Le débat public se développe aujourd'hui autour de cette question1. Cet article voudrait en démêler les aspects méthodologiques pour insister à nouveau sur cette réalité incontournable : en France, comme dans la plupart des pays européens, la part des salaires correctement mesurée a été ramenée à un niveau historiquement bas. Cette évolution est l'une des principales sources de la crise actuelle et elle fonde la possibilité d'une autre répartition des revenus.
Acheter le document

Il est temps d'être radical

[Article]L'Economie politique n° 40, p.48, 10/2008, 4110 mots
par : Michel HUSSON

Ce titre emprunté à Paul Krugman2 résume la thèse principale défendue dans cet article : la cohérence d'une véritable politique économique de gauche ne peut être aujourd'hui obtenue que par un degré élevé de radicalité.
Acheter le document

Les moyens d'une autre mondialisation

[Article]L'Economie politique n° 17, p.20, 1/2003, 2197 mots
par : Michel HUSSON

Il y a au fond trois grands arguments en faveur des taxes globales : elles permettent de compenser la perte de substance fiscale engendrée par la mondialisation ; elles sont par ailleurs un instrument de régulation de l'économie mondiale ; elles constituent enfin la source de financement naturelle de l'offre de biens publics globaux. C'est l'articulation de ces trois éléments que l'on voudrait brièvement discuter, en référence à la contribution de Dominique Plihon publiée dans ce même numéro de L'Economie politique.
Acheter le document