Note de lecture :Economie politique internationale : un débat

Les théories de l'économie politique internationale
par Gérard Kébabdjian, éd. du Seuil, 1999..

Les recherches en économie politique internationale connaissent actuellement une grande effervescence aux Etats-Unis, au Canada, au Japon et dans quelques pays européens - aux Pays-Bas, en Italie et surtout au Royaume-Uni. Cette approche cherche à marier, de manière non exclusive, les réflexions de la science économique, de la science politique et de l'histoire. Elle offre surtout un lieu de rencontre où les différents spécialistes de sciences humaines peuvent dialoguer sur le thème qui contribue aujourd'hui à effacer les frontières cognitives, celui de la mondialisation.

La France de François Perroux, de Fernand Braudel et de l'école de la régulation reste pourtant largement étrangère au boom de cette discipline, désormais institutionnalisée avec ses départements universitaires, ses diplômes, ses colloques internationaux et ses revues spécialisées. La publication récente du livre de Gérard Kébabdjian se présentait donc comme une bonne nouvelle. D'autant plus que l'ouvrage souhaitait présenter les théories de l'économie politique internationale (p. 11) et s'adresser " en premier lieu aux étudiants et aux enseignants (c'est d'abord un manuel) et concerne une discipline qui est inévitablement appelée à se développer en France" (p. 13).

Inutile de se payer de mots : la déception fut à la hauteur de l'enthousiasme initial. L'Economie Politique a demandé à une politologue, Josepha Laroche, et à un spécialiste d'économie politique internationale, Jean-Christophe Graz, de commenter l'ouvrage. On lira ci-après leurs nombreuses critiques. Deux d'entre elles retiennent particulièrement l'attention : l'incapacité de l'auteur à s'ouvrir au dialogue avec des disciplines et des problématiques qui ne sont pas celles de l'économie ; une présentation limitée à la seule approche qui domine le champ disciplinaire aux Etats-Unis, en oubliant l'ensemble des courants théoriques divers qui forment l'économie politique internationale, pourtant les plus dynamiques aujourd'hui.

Le lecteur se trouve ainsi assez désemparé, confronté à un auteur qui souligne à plusieurs reprises l'insuffisance des approches économiques pour comprendre l'évolution du système international, mais qui s'appuie tout au long de sa présentation sur l'ontologie et les méthodes de la théorie micro-économique néoclassique. Ce livre qui se veut un manuel n'est en fait que la présentation d'une école de pensée unique, dans une discipline dont l'essence même est de proposer plusieurs choix.

Christian Chavagneux

L'Economie politique, n°3, page 97 (07/1999)
L'Economie politique - Les théories de l'économie politique internationale