Le capitalisme autrement

Peut-on imaginer une économie capitaliste qui soit en même temps respectueuse des hommes, de l'environnement et intègre une vision éthique ? A lire les trois premiers textes de ce numéro, la réponse est oui, ou plutôt, oui peut-être.

Un premier chemin pour y arriver est la mise en oeuvre des pratiques d'investissement socialement responsable (ISR) : des actionnaires actifs réclament à leurs entreprises à la fois de gagner de l'argent et d'intégrer des préoccupations humaines. L'ISR représente aux Etats-Unis 13 % de l'épargne gérée collectivement. Les propositions récentes du gouvernement de Lionel Jospin pour développer l'épargne salariale pourraient être l'occasion de développer l'ISR en France. L'article d'Eric Loiselet présente la genèse et les enjeux de l'ISR.

L'économie solidaire promeut le même objectif : mettre l'économie au service des hommes. Elle regroupe plusieurs formes d'organisation économique, présentées par Jean-Louis Laville et Laurent Gardin. L'entreprise sociale s'inscrit ainsi dans une logique économique et politique, porteuse d'un sens collectif et qui cherche à combiner les principes de l'économie marchande, non marchande et non monétaire.

Enfin, la mobilisation pour un capitalisme respectueux de l'environnement est déjà en cours. La ratification du Protocole de Kyoto, qui engage les pays dans un processus de diminution des émissions de gaz à effet de serre, approche. Même si plusieurs pays, Etats-Unis en tête, tentent de respecter leurs obligations sans moins polluer pour autant, grâce au principe des droits à polluer, dont les enjeux sont explicités par Béatrice Quenault.

L'ISR, l'économie solidaire et le respect de l'environnement montrent un capitalisme respectueux des hommes : une condition nécessaire de son fonctionnement harmonieux et de son efficacité.

L'Economie politique, n°7, page 5 (07/2000)
L'Economie politique - Le capitalisme autrement