Si vous avez déjà un compte, identifiez-vous !
L'accès au document que vous avez selectionné est payant.
Vous pouvez :
 - acheter l'accès à ce document (2,00 €)
 - acheter le numéro entier en version numérique (10,00 €)
 - vous abonner à la version numérique de la revue (ce qui inclut un accès gratuit à tous les numéros en ligne)
Auteur : Nicolas POSTEL
Publication : n° 37
Date : 01/01/2008
Type : Article
Longueur : 6026 mots

Aperçu :

L'autonomisation de l'économie relativement aux autres sciences sociales, au début du XIXe siècle, naît de la conviction profonde que la sphère économique, qui rassemble les activités ayant trait à la production et la distribution des richesses, est le lieu d'un phénomène unique au sein des affaires humaines : l'existence d'un ordre autonome, spontané, ne reposant sur aucun accord explicite ni aucune volonté collective. Le lieu ou se manifeste cet ordre spontané, c'est le marché, dès lors qu'il induit une concurrence suffisante entre les différents acteurs. Le mouvement de l'économie politique repose ainsi sur cette conviction que le marché peut, en économie, débarrasser la collectivité humaine de la question de l'accord collectif, que celui ci prenne la forme du contrat social (et du Léviathan), comme chez Hobbes, ou bien encore de la convention, comme chez Hume. En économie, chacun serait ainsi " libre de tous les autres ", débarrassé de l'épineuse question de la coordination ou de la coopération avec les autres, affranchi de tout cadre d'action commun, et ce tout en contribuant par cette liberté même à l'intérêt collectif.