Si vous avez déjà un compte, identifiez-vous !
L'accès au document que vous avez selectionné est payant.
Vous pouvez :
 - acheter l'accès à ce document (2,00 €)
 - acheter le numéro entier en version numérique (10,00 €)
 - vous abonner à la version numérique de la revue (ce qui inclut un accès gratuit à tous les numéros en ligne)
Auteur : Aurore LALUCQ
Publication : n° 58
Date : 01/04/2013
Type : Article
Longueur : 7414 mots

Début du document :

La crise écologique, peut-être de manière encore plus aiguë que la crise financière, a révélé les failles de la science économique : son incapacité à décrire la réalité, à intégrer le caractère limité des ressources naturelles et à protéger ce qui n'est ni monnayable ni commercialisable1. Ce constat n'est pas nouveau : la discipline économique a toujours entretenu des rapports ambigus avec la nature. Ainsi, les physiocrates, un des premiers courants de l'économie politique, souvent considérés comme très attachés à la nature, l'instrumentalisèrent en partie pour justifier un ordre social favora (…)