Magazine

Le partenariat, une incontournable priorité pour la formation des cadres

Consciente de l'évolution des enjeux des services publics, et de la place de la formation dans ce contexte, l'ESEN s'est depuis longtemps engagée dans des activités et des échanges inter-institutionnels qui revêtent des formes diverses.

L'ESEN vient de lancer une collection d'ouvrages " profession cadre - service public " (éditée par le SCÉRÉN-CNDP) avec, entre autres, la participation active d'universitaires et de trois écoles de service public membres du Réseau des Écoles de Service Public : ENA, EN3S, ENAP.

Les cadres de l'Éducation nationale se voient offrir l'accès à deux types d'activités proposées par d'autres institutions :

  • des sessions de formation figurant aux programmes régionaux ou nationaux d'autres services publics ;
  • la participation à la préparation de stages ou d'actions locales menés par d'autres écoles sur des thèmes transversaux (ex : protection de l'enfance, gestion des situations sensibles...)

L'ESEN intègre à la formation initiale des cadres de l'Éducation nationale des " journées " résolument ouvertes aux autres institutions. Il s'agit là d'une innovation dont la première édition a eu lieu en novembre 2007 dans le cadre de la formation des IA-IPR, sur le thème de " la prise en compte des émotions dans le management ". Des représentants de 5 écoles de cadres du service public y ont présenté la façon dont cette prise en compte avait lieu dans leurs écoles respectives (dispositifs, dispositions, protocole, etc.). Il en a été de même en mars et avril 2008 pour la formation des personnels de direction.

Cycle de management supérieur

En 1993, avant même la création du RESP, une dizaine d'écoles de service public et d'organismes para-publics (ESEN, Poste, SNCF, EN3S...) mettent en place un cycle de formation pour leurs cadres dirigeants (DSDEN, directeurs départementaux de la sécurité publique, directeurs régionaux de la poste, généraux d'armée, etc.). Ce cycle de management supérieur repose sur la participation active des stagiaires à la définition des contenus et à leur mise en oeuvre pédagogique : témoignages de pratiques professionnelles, animation de séquences pédagogiques, production de ressources. Six modules d'un jour et demi abordent des thématiques communes : motivation, évaluation des personnels, mesure de la performance, action publique territoriale, définition du service public, etc.

Témoignages

Le régime de la communauté

C'est un enrichissement important que d'être au contact de cadres d'autres directions ministérielles. Dans mon travail de DSDEN, les relations avec les responsables d'autres services publics sont fréquentes (préfecture, police, justice, etc.). Cette formation nous permet de nous rencontrer sur des problématiques de management, et pas seulement sur des questions pratiques ou " utilitaristes ". Cela accroît notre communauté de vue. Car nous sommes tous soumis à certaines contraintes communes, la RGPP par exemple, et il est intéressant de voir comment y réagissent les directions d'autres ministères. Si nos champs d'exercice sont très divers, certains de nos questionnements, eux, sont communs. Et ce cycle, en nous les faisant découvrir, nous sort de notre monde professionnel un peu égocentré. Il offre une forme de " liant " dans l'analyse de nos contextes professionnels. Le recul qu'apporte la réflexion commune donne de la puissance à l'analyse de mon champ d'activité en dépassant le simple sujet abordé.

Cécile Brennan-sardou, IA-DSDEN de la Savoie

Des discours, une méthode

Ce cycle apporte une ouverture sur des politiques publiques peu connues : celle de La Poste par exemple, dont l'action en milieu concurrentiel induit une réflexion spécifique en termes de management, comme celle de la Sécurité Sociale qui a des missions de traitement plus massif et dont l'organisation est forcément très différente de la nôtre, ou encore comme celle des Affaires Maritimes, dont les domaines d'action nous sont très peu connus mais qui offrent des ressources passionnantes. La méthode de travail adoptée dans le cycle est souple, particulièrement adaptée. L'ouverture offerte concerne aussi la propre carrière de chacun. Elle crée une dynamique et rend le changement d'administration envisageable, notamment vers les collectivités territoriales. En ces temps de réforme de l'Etat, la question de nouvelles perspectives professionnelles se pose pour beaucoup de nos cadres.

Gilles Pétreault, IA-DSDEN du Haut-Rhin

Le réseau des écoles de service public

De la volonté de responsables pédagogiques de quelques écoles de cadres de la fonction publique est né, en 1996, le Réseau des Écoles de Service Public. Ces cadres, expérimentateurs depuis plusieurs années de l'organisation commune de formations, ont éprouvé le besoin d'étendre cette collaboration à d'autres écoles et d'élargir l'offre faite aux élèves de leurs écoles. La " déclaration commune des écoles " signée en 1996 définit ses positions :

==> la culture de service public est un vecteur fort de leur identité commune ;

==> la diversité des approches constitue un enrichissement pour chacune d'entre elles ;

==> le champ couvert par les formations qu'elles assurent concerne, de manière dominante, la gestion d'enjeux de société ;

==> la place qu'elles occupent dans l'enseignement professionnel post-universitaire est une spécificité ;

==> la nature de leurs activités, l'organisation et le cadre dans lesquels elles se réalisent, se complètent ou se recouvrent.

Le choix d'une structure en réseau a été retenu afin de promouvoir les écoles tant au plan national qu'international tout en conservant une autonomie maximale à ses membres. Ce choix a également pour objectif un fonctionnement non centralisé, à géométrie variable, permettant aux différentes institutions de participer aux actions et réflexions conduites dans le cadre du réseau et ce en fonction de leurs objectifs spécifiques. En octobre 2001, 25 écoles signent une convention qui, dans le même esprit qui a présidé à la naissance du réseau, vise à lui apporter une pérennité de fonction- nement et une visibilité institutionnelle. En avril 2008, le RESP rassemble un total de 38 écoles. Ce réseau joue une double rôle de grande importance dans la politique partenariale de l'ESEN : celui d'un organisateur de formations et celui d'un réseau qui permet des collaborations multilatérales et l'accès à des publics aux intérêts communs.

www.resp-fr.org

L'ESEN et le CNFPT

En matière d'éducation, la loi du 13 août 2004 poursuit la réforme de la décentralisation enclenchée en 1982 et renforce le rôle et la responsabilité des collectivités locales dans le fonctionnement et la régulation au quotidien des établissements scolaires. Se pose alors le problème de la gouvernance de l'Éple dans les cadres spécifiques de l'action publique, mais aussi éducative dont la responsabilité générale est quant à elle assurée par le chef d'établissement. Face à la nécessité d'un travail en commun des cadres des collectivités territoriales et de ceux de l'Éducation nationale, le CNFPT (Centre National de la Fonction Publique Territoriale) et l'ESEN ont signé une convention de partenariat permettant la co-organisation d'actions de formation ayant pour objectif la création d'une culture commune d'encadrement. Elles sont élaborées à la suite :

  • d'une veille sur l'évolution du système éducatif et de la décentralisation ;
  • de contacts réguliers avec les acteurs de terrain et les associations d'élus (ADF, AMF, ARF...) ;
  • d'une analyse des besoins au sein d'un comité de pilotage technique ;
  • de l'élaboration et de la proposition des contenus.

Education & management, n°35, page 58 (05/2008)

Education & Management - Le partenariat, une incontournable priorité pour la formation des cadres