Magazine

À l'ESEN, on forme à l'audit

Dominique Odry, chef de projet formation

La formation à l'audit à visée participative des stagiaires à l'ESEN constitue l'élément principal de leur formation à l'évaluation de dispositifs, d'actions et d'unités d'enseignement. Depuis quatre ans, elle s'adresse à l'ensemble des inspecteurs du second degré en deuxième année de formation (les CASU en étaient également bénéficiaires) et, pour l'année 2008-2009, elle a concerné également l'ensemble des stagiaires IEN 1er degré. Il s'agit d'une formation/action au cours de laquelle les stagiaires réalisent un audit en situation, et qui nécessite une durée totale de cinq à six jours. Les pratiques d'audit en établissement scolaire se sont généralisées, souvent en poursuivant des objectifs divers. Ces pratiques s'inscrivent toujours dans le cadre d'une politique académique et ont pour objectif d'identifier les éléments permettant une amélioration de la qualité du service rendu. Il est indispensable que les cadres en formation acquièrent une connaissance et une méthodologie communes des pratiques d'audit.

Depuis deux ans, l'encadrement pédagogique est assuré par un réseau de formateurs ressources (deux par académie), qui tous accompagnent les stagiaires en académie. Ces personnes ­référentes sont formées et pilotées par l'ESEN. Le but, à moyen terme, est d'élargir les compétences de ces formateurs ressources à d'autres domaines de l'évaluation (pilotage par les résultats, aide au diagnostic de l'ÉPLE, maîtrise méthodologique des indicateurs...) et d'atteindre deux objectifs :

  • doter l'ESEN d'un réseau de formateurs solides dans le domaine de l'évaluation ;
  • aider les académies à constituer des pôles ressources dans le même domaine.

Depuis la rentrée 2008, la formation à l'audit à visée participative concerne l'ensemble des stagiaires en formation statutaire à l'ESEN. Le fait que l'accompagnement méthodologique se déroule en académie permet, pour les académies qui le souhaitent, d'y intégrer des chefs d'établissement en formation.

Une grande partie de l'efficacité du dispositif repose sur le pilotage des formateurs et sur la qualité de la formation qui leur est offerte. Le projet d'élargissement des publics cibles nécessite une présence renforcée de formateurs venant du premier degré. L'encadrement de la formation nécessite un minimum de deux formateurs par académie, trois pour les académies les plus importantes (Versailles, Créteil, Lille, Aix-Marseille). Lorsqu'un nouveau recrutement de ­formateurs sera effectué, priorité sera donnée à un IEN premier degré.

Les objectifs de formation
  • connaître et s'approprier la démarche générale d'audit ;
  • recueillir, analyser et interpréter des données quantitatives et qualitatives ;
  • construire et mener des entretiens finalisés ;
  • construire un référentiel (interne, externe) ;
  • produire un diagnostic opératoire ;
  • proposer des préconisations ;
  • rendre compte aux acteurs d'analyses et de préconisations sous une forme recevable par ces acteurs afin, si nécessaire, de favoriser l'évolution de leurs pratiques.

 

Les modalités de formation

Il s'agit d'une formation/action intégrant des séquences de travail principalement en académie et, à l'ESEN, une conférence introductive et un bilan final sur le transfert des compétences acquises. L'audit à visée participative est une aide à la prise de décision ; son objectif est de proposer des outils de pilotage de leurs actions aux différents acteurs de l'organisation ou du dispositif audité. Il ne peut donc se concevoir sans leur implication dans le dispositif, implication négociée et contractualisée au point de départ. Il ne s'agit pas de l'audit " de " l'établissement, mais d'un travail sur un objet particulier.

 

Les différents acteurs de la formation

Les stagiaires

Ils effectuent un audit dans leur académie d'affectation par groupes intercatégoriels de trois ou quatre personnes. En raison de leur faible effectif, les stagiaires de certaines académies peuvent être regroupés.

Les délégués académiques à la formation des personnels d'encadrement

Ils sont chargés de l'organisation logistique de la formation en académie et notamment :

  • du repérage des établissements volontaires ;
  • de la constitution des équipes d'auditeurs ;
  • de l'organisation de l'information des différents acteurs académiques ;
  • du suivi de la mise en oeuvre du dispositif prévu.

Le pilote pédagogique (Angeline Aubert-Lotarski, université de Mons)

  • pilote tous les aspects pédagogiques de la formation ;
  • anime les séquences de formation théorique et méthodologique à l'ESEN ;
  • assure la formation et la supervision des formateurs ressources.

Le chef de projet (Dominique Odry)

  • assure le pilotage général du dispositif mis en oeuvre.

Les formateurs ressources

Ils assurent la formation méthodologique des stagiaires. Ils bénéficient d'une formation de formateurs et d'une supervision. Ils peuvent être appelés à devenir personnes ressources pour leur académie.

Les chefs d'établissements partenaires

Recrutés sur la base du volontariat, les chefs d'établissements partenaires :

  • proposent leur ÉPLE comme terrain d'audit ;
  • sont informés des procédures mises en oeuvre selon les formes définies par l'ESEN et le correspondant territorial ;
  • proposent un objet d'audit ;
  • accueillent le groupe de stagiaires auditeurs dans leur établissement selon des modalités définies avec eux ;
  • permettent au groupe d'auditeurs de conduire toutes investigations utiles au bon déroulement de l'audit envisagé (entretiens, recherche documentaire, etc.) ;
  • sont destinataires des conclusions émises par les stagiaires auditeurs ;
  • organisent une séance de présentation de ces conclusions de l'audit, séance à laquelle est conviée tout ou partie de l'équipe pédagogique et/ou administrative concernée par la thématique d'audit ;
  • contribuent à l'évaluation du dispositif de formation mis en oeuvre.

Les acteurs partenaires pour le premier degré, avec qui sont contractualisés les opérations d'audit, ont le même cahier des charges.

Cette formation doit beaucoup à Michel Lecointe qui était professeur à l'université de Toulouse-Le Mirail et qui, au fil des années, a permis que notre dispositif s'étoffe et concerne au final l'ensemble de nos stagiaires. La démarche participative a beaucoup fait pour le succès de la formation, dimension qui est maintenant bien intégrée par nos stagiaires. Elle permet de repérer les différentes logiques de l'évaluation, de réfléchir à la posture de l'évaluateur et au contrat d'évaluation. La multiplication des objets et des ­démar-ches d'évaluation dans les politiques publiques nécessite pour un cadre d'être armé sur le plan méthodologique. Une grande partie des concepts de l'audit sont transférables à d'autres ­démarches d'évaluation : différencier l'analyse du diagnostic, construire les référentiels, savoir recueillir des données et les traiter. Mais cette multiplication demande d'être ­rigoureux sur le contrat d'évaluation passé avec les acteurs (même si ce contrat est unilatéral) : si une démarche de contrôle est nécessaire, il est inutile de la déguiser dans un drapé formatif.

Le dispositif de formation de l'ESEN devrait rentrer dans une troisième phase : il s'agit maintenant d'élargir les compétences des formateurs à d'autres ­démarches que l'audit à visée participative, et de leur donner les moyens d'être personnes ressources pour leur académie.

Education & management, n°37, page 58 (11/2009)

Education & Management - À l'ESEN, on forme à l'audit