Dossier
Histoire et changement

Article : Sortir du centralisme

Article : Sens et histoire

Article : Orienter sans réformer

Entretien : Syndicalisme et changement

Article : Une utopie durable

Article : Vers l'orientation active

Article : Une expérimentation de la LOLF

Article : Un nouveau partage

Article : Le socle commun, un tremplin

Article : Autopsie d'un ratage

Article : L'Afrique, l'histoire et le progrès

Article : Une histoire pour l'Europe

Article : Les événements traumatiques

Éducation & Management persévère dans le traitement de l'oxymore ! Plusieurs pistes s'offraient à nous pour traiter ce dossier : l'opposition entre le temps long de l'école et le temps plus mesuré des politiques, l'écart entre tendances lourdes et éléments de conjoncture, le classique combat entre anciens et modernes. Sans tout à fait y renoncer, nous avons aussi exploré quelques pistes plus transversales et tenté des approches tantôt rétrospectives, tantôt prospectives tout en variant les focales depuis l'approche globale du système jusqu'à la dissection de tentatives ponctuelles d'innovation. Pour le temps long, Claude Lelièvre et Daniel Mallet nous proposent chacun leur vision historique de l'évolution du système éducatif. Le triptyque ruptures/ continuité/pistes pour l'avenir ne pouvait manquer d'attirer leur perspicacité. La question des " obstacles au changement " ne pouvait être éludée. Deux situations choisies par des acteurs-témoins directs (Marc Debene et Pascal Bouchard), néanmoins observateurs avisés, permettent un travail de décryptage utile pour d'autres cas. L'hypothèse souvent avancée d'un syndicalisme - force de conservation est également examinée à travers un entretien croisé entre un universitaire faisant référence sur ces questions, André Robert et une actrice de premier rang s'autorisant la prise de recul, Monique Vuaillat. Le mot " réforme " n'a pas été retenu dans le titre du dossier. Cet angle d'attaque mérite une analyse plus fine. Michèle Sellier nous propose de lire la loi d'orientation de 1989 dans une approche plus contextuelle que conjoncturelle. De même, Guy Delaire inscrit le socle commun des connaissances et compétences dans les tendances lourdes et pérennes. Joël Bodin appelle cependant la réforme - voire plus - de ses voeux. Auteur d'un ouvrage au titre radical, Révolution scolaire, il articule diagnostic sévère et propositions pour une École du vingt-et-unième siècle. Il n'était donc pas inutile de décentrer un peu le sujet de la formation initiale vers la formation tout au long de la vie. Raymond Vatier conjugue vision historique et actualité pour conclure à l'intérêt des " utopies durables ". Sortant des visions hexagonales du problème, Anton De Grauwe nous propose un regard à la fois critique et bienveillant sur l'Afrique tandis que Jean-Michel Leclercq invite à un nouvel apprentissage de l'histoire prenant mieux en compte la dimension européenne. Au-delà des approches systémiques et collectives, le rapport entre histoire et changement interroge aussi notre mémoire individuelle, c'est le focus que propose Mario Horenstein en interrogeant l'impact des événements traumatiques sur nos comportements. L'exhaustivité était hors d'atteinte... Heurts et fractures inspirés par le titre peuvent sans doute subir le traitement de la dialectique vers des compromis fructueux. Les leçons de l'histoireet l'analyse lucide du présent nous aideront peut-être à éclairer la conduitedu changement. C'est là une des vocations majeures d'Éducation & Management !

Education & management, n°35, page 14 (05/2008)

Education & Management - Histoire et changement