Dossier : Diriger au féminin

L'école des femmes

Didier Tourneroche, IEN dans l'académie de Créteil

Jusque dans les années soixante-dix, l'école maternelle est une affaire de femmes : enseignantes, directrices, inspectrices. La mixité ne règne que parmi les élèves. Il faut dire que cette école s'est bâtie en partie dans sa version moderne à la fin du XIXe siècle contre deux modèles : celui de la salle d'asile et celui de l'école élémentaire. Pauline Kergomard ouvre alors une troisième voie, celle d'une véritable éducation où des apprentissages se construisent et s'élaborent de façon systématique, par le jeu et les activités de socialisation, en intégrant les rythmes spécifiques des jeunes enfants. C'est seulement en 1977 que les hommes font leur apparition en maternelle. Mais à peine trente ans plus tard, il y a encore peu d'hommes en maternelle et le directeur est presque toujours une directrice. Après tout, les enseignants n'échappent peut-être pas aux représentations sociales dominantes : les femmes sont celles qui, dans le genre humain, sont les plus aptes à faire grandir les petits d'hommes et puis, il est peut-être plus valorisant d'enseigner à des "grands" des choses supposées compliquées qu'à des "petits" des choses supposées simples. Quelques échanges avec des enseignantes et des directrices de maternelle tendent à confirmer ces hypothèses. Alors la maternelle fait peut-être peur aux hommes. C'est dommage car enseigner ou diriger une école maternelle aujourd'hui, c'est être confronté là plus qu'ailleurs à trois enjeux professionnels majeurs et communs à tous les niveaux d'enseignement.

  • Tout d'abord, la nécessaire prise en compte de besoins très différenciés. À l'école maternelle, les élèves de grande section ont vécu le double de vie de leurs petits camarades de petite section. Un monde les sépare !
  • Ensuite, l'organisation, le sens et les finalités des apprentissages. Le programme est conçu ici comme une référence, mais ce sont bien les projets tout comme les programmations qui structurent les activités.
  • Enfin, la lisibilité de l'école et son rapport aux jeunes parents. L'école maternelle les accompagne dans leur apprentissage de parents d'élèves face à ce qui n'est pas immédiatement lisible pour eux. Alors messieurs, est-ce bien raisonnable d'avoir peur de cette école ?

Education & management, n°29, page 36 (06/2005)

Education & Management - L'école des femmes