Magazine

La 47e conférence internationale de l'éducation et les adolescents

Jean-Michel Leclercq, Expert international

La Conférence Internationale de l'Éducation organisée régulièrement par le Bureau International de l'Éducation - agence de l'UNESCO - est toujours une occasion privilégiée d'identifier et d'analyser une tendance majeure de l'éducation dans le monde à un certain moment. Cela a bien été le cas avec la 47e session qui s'est tenue à Genève du 8 au 11 septembre 2004 sur le thème "Une éducation de qualité pour tous les jeunes : défis, tendances et priorités". Il s'agissait en fait d'examiner un problème bien précis et très actuel qui est celui des enseignements et des formations à assurer à tous les 12-18/20 ans pour répondre à leurs propres besoins et à ceux des sociétés. Le problème se pose avec une ampleur et une acuité particulières pour deux raisons majeures. D'abord dans les pays à "faible développement humain" comme dans ceux à "développement humain élevé", un pourcentage de jeunes de plus en plus important envisage de continuer des études après la scolarisation primaire. Entre 1990 et 2000, le taux brut de scolarisation dans le secondaire, à l'échelle mondiale, est passé de 56 % à 77 %. Cette progression tient pour l'essentiel à l'espoir des gouvernements et des familles qu'une éducation plus poussée améliore en même temps les destinées personnelles et le développement socio-économique. Cependant, des deux côtés, se manifestent aussi des inquiétudes devant les nombreuses inadaptations dont souffrirait l'enseignement secondaire. Les défis à affronter sont notamment la masse des moins de 25 ans à prendre en charge qui représentent la moitié de la population mondiale, l'obligation de leur faciliter l'accès à des formations de qualité pour le XXIe siècle sans ségrégation d'aucune sorte. Cela requiert évidemment les ressources humaines et matérielles nécessaires grâce à l'existence de budgets à la hauteur des ambitions. Quant aux mesures prioritaires, elles sont les suivantes : mettre au point des stratégies d'ensemble, accroître les possibilités d'accès à l'éducation et l'équité, faciliter l'innovation et la créativité, agir contre l'inégalité entre les sexes, avoir des stratégies centrées sur les compétences pour la vie, se préoccuper des causes les plus fréquentes d'exclusion, reconnaître toute l'importance des enseignants et des formateurs, utiliser les connaissances disponibles et promouvoir la recherche, améliorer l'utilisation des ressources, promouvoir les coopérations et les partenariats à tous les niveaux, éduquer pour le développement durable, la paix et la justice sociale.

On ne peut que souhaiter voir les gouvernements, les organisations internationales et tous les acteurs des enseignements et des formations s'inspirer de ces propositions.

Education & management, n°28, page 56 (01/2005)

Education & Management - La 47e conférence internationale de l'éducation et les adolescents