Dossier : Métiers de l'encadrement

Les difficultés du métier

Philippe Tournier, secrétaire général adjoint du SNPDEN

Diriger un établissement n'est pas une activité "homogène". Non seulement les établissements sont différents par leur taille, leurs publics, leurs "cultures" mais les personnels de direction n'ont pas nécessairement la même vision de leur métier. Cependant, lors de l'enquête effectuée par le SNPDEN en 2002 sur l'exercice du métier, ressortent des difficultés qui semblent largement partagées. La première d'entre elles est le décalage entre les missions ambitieuses confiées aux établissements et l'inadéquation des ressources humaines mises à leur disposition. Il en découle un mode de fonctionnement qui peut être assez pénible où les personnels de direction partagent, avec les personnels précaires, le privilège d'être les seules variables d'ajustement entre les ambitions affichées et la pléthore de dispositions plus ou moins adéquates censées en être l'outil. À cela, s'ajoute la gaucherie de l'État à "penser" ses personnels d'encadrement comme on le voit (plutôt : comme on ne le voit pas !) au sujet de la mise en oeuvre de l'ARTT pour ces derniers : la création d'une direction spécifique peut être une lueur d'espoir. Quelle est la revendication essentielle des chefs d'établissements ? Année après année, l'État s'est progressivement décomposé entre une sphère politique, qui vit dans le court terme, et un fonctionnement réel qui n'en est que le reflet amorti. On peut s'interroger sur le sens que cela peut avoir. Au final, où est la "vraie" loyauté envers l'État que je représente ? Dois-je mettre en oeuvre son idée du jour, sans doute abandonnée demain, si elle doit dévaster au passage l'établissement qu'il me confie ? Dois-je d'abord lui restituer mieux et meilleur, fût-ce avec des méthodes qui ne sont pas celles qu'il me vante ? L'État biaise lui-même quand il produit des préconisations floues, contradictoires et qui prévoient de n'être pas vraiment mises en oeuvre. La revendication essentielle des personnels de direction est de servir un État cohérent et intellectuellement au clair avec lui-même. S'il veut vraiment confier aux établissements les missions qu'il dit leur voir remplir, qu'il donne à ceux qui les dirigent les moyens de le faire, en vrais responsables, avec des ressources et des réglementations adéquates. Disons qu'on n'y est pas encore...

Education & management, n°25, page 48 (08/2003)

Education & Management - Les difficultés du métier