Forum

Une petite chronique par un principal de collège

Francis Beltran

Tranche de vie d'un principal de collège. Samedi, je suis de loge, avant d'aller rentrer les poubelles, entre deux ouvertures de portes. La multiplicité des tâches à accomplir et le nombre de personne à suppléer, de par leur absences ou de par leurs carences ou celles de l'État. Pas de gardien mais une réunion de parents prévue : tenir la loge. Pas d'ouvrier professionnel ou un qui vient occasionnellement, recruté dans une spécialité qu'il ne connaît pas, autorisé par le rectorat à ne prendre son service que le 15 septembre, après ses vacances, ne sachant pas conduire, comprenant le français très partiellement et n'en maîtrisant pas la lecture et l'écriture... Heureusement que l'équipe de direction (chef, adjoint, gestionnaire) est passée maître dans l'entretien... mais cela empiète lourdement sur d'autres missions ! La gestion des ressources humaines, souvent de l'absence de ressources, est une autre difficulté : multiplicité des statuts, des corps, des métiers, exigences que l'on ne peut satisfaire car centrées uniquement sur le bien-être personnel oubliant que nous sommes avant tout employés d'un service public qui devrait être au service de son public. Quelle difficulté pour le chef d'établissement d'être constamment dans le rôle du missionnaire pour tenter de convertir des enseignants, pour le moins dubitatifs et réticents, aux bienfaits de la dernière réforme en date, dont ils peuvent penser, souvent à juste raison, qu'il suffit d'attendre pour qu'avant toute mise en place, celle-ci soit abandonnée... Quelle difficulté de soutenir des enseignants qui imaginent des projets, pour mener leurs élèves le plus loin possible, face à l'adversité de la majorité de la salle des professeurs et à son terrorisme ambiant... Quelle difficulté que d'être écartelé entre la construction d'un projet d'établissement qui veut intégrer au mieux nos élèves dans la société et des professionnels de l'éducation qui ne veulent que des sujets obéissants et répondant à une norme unique héritée du XIXe siècle... Quelle difficulté d'être constamment obligé de rappeler qu'en face de droits il existe également quelques devoirs dont celui d'appliquer les programmes, consignes et instructions émanant du ministère ! Quelle difficulté que d'empêcher les jeunes recrues de tomber dans les filets des partisans de l'immobilisme, arc-boutés sur des statuts hors d'âge ! Mais quelle fierté de constater qu'avec ceux dont on ne parle jamais, car ils font leur travail avec raison et opiniâtreté, nous pouvons conduire des élèves bien au-delà de ce que prédéterminait leur environnement socioculturel... mais comment valoriser ces personnels ?

Education & management, n°24, page 12 (01/2003)

Education & Management - Une petite chronique par un principal de collège