Dossier : L'établissement d'abord

Le lycée des métiers

Lydia Jacob, chargée de mission à la DAFCO de Créteil

En France, le lycée des métiers est un établissement construit autour des métiers d'un même secteur professionnel, par exemple les métiers de l'énergie et génie climatique, de l'automobile et engins motorisés, de l'hôtellerie restauration, etc. Il y en a vingt dans l'académie de Créteil pour vingt-quatre labels. Ce type de lycée fait l'objet d'un label attribué pour cinq ans l'engageant dans une démarche qualité conforme à un cahier des charges pour tout ou partie de son offre de formation. Le lycée peut être labellisé même s'il ne répond pas seul aux exigences du cahier des charges, dans la mesure où il présente un accord de coopération avec d'autres établissements.

Le cahier des charges

Le cahier des charges est un document de cadrage national répertoriant les exigences qui fondent l'appellation "lycée des métiers" ; chaque académie définit les indicateurs, en fonction des caractéristiques et des contraintes locales. Pour fixer les idées, citons quelques-unes de ces exigences. Le lycée doit d'abord correspondre aux voies professionnelle et technologique d'un lycée et être organisé, seul ou avec d'autres établissements, en filières cohérentes de formation (vente, habitat, etc.) du niveau V au niveau III. Il doit coopérer avec le conseil régional pour mieux s'adapter à son environnement socio-économique et entretenir des liens avec le monde professionnel pour la veille technologique, l'évolution de l'emploi ou la gestion de l'alternance en formation.

Organisation du lycée des métiers

Il doit accueillir des élèves, ainsi que des adultes en formation continue et, si possible, des apprentis et des étudiants. L'organisation du lycée des métiers doit permettre une gestion souple des temps de formation, offrir des passerelles entre voie professionnelle, voie technologique et éventuellement enseignement supérieur, permettre des entrées en formation à différents moments de l'année, assurer un pilotage continu de l'orientation, organiser tutorat, parrainage, formation à distance, mettre à disposition des locaux de réunion et de détente. Le lycée des métiers doit développer des activités enrichissant les formations comme les arts, le sport ou les échanges avec les pays étrangers, voire la création de sections européennes. Un dispositif de labellisation est mis en place dans chaque académie. Un comité académique de pilotage, incluant des représentants du conseil régional et des milieux professionnels, est chargé de suivre la démarche, de définir les indicateurs relatifs aux exigences du cahier des charges, de statuer sur les propositions d'attribution du label au regard des rapports d'audit. Un groupe académique de travail est chargé de l'animation opérationnelle, de l'accompagnement des établissements, de la formalisation des travaux soumis au groupe de pilotage.

La labellisation

Des auditeurs internes, associés à des experts extérieurs, sont formés à l'audit qualité. Quant aux établissements concernés, ils organisent l'information des personnels, présentent le cahier des charges et les indicateurs, analysent leur potentiel, élaborent leur projet de labellisation, le présentent à leur conseil d'administration et préparent l'audit, explicitant les dispositions prises et les preuves de conformité aux exigences lors de la visite des auditeurs. Ainsi labellisés, les établissements s'engagent à suivre durablement leurs engagements et à mettre en oeuvre d'éventuelles actions complémentaires. Cet engagement prend la forme d'un document co-signé par le recteur, le représentant du conseil régional, celui du secteur professionnel concerné et le chef d'établissement.

Education & management, n°23, page 55 (06/2002)

Education & Management - Le lycée des métiers