Magazine

L'ESEN et le socle commun de connaissances et de compétences

Ce socle commun concerne toute la société civile. Il garantit à chaque élève les moyens nécessaires pour réussir sa formation et construire son avenir. Il comprend également des éléments indispensables pour comprendre le monde où l'on vit et prendre part aux évolutions de la société. Il introduit d'autres finalités éducatives comme le noyau de compétences sociales et civiques, l'autonomie ou l'esprit d'initiative, les valeurs de la République. Il induit donc une nouvelle lecture des objectifs, des missions, des modes de fonctionnement de l'école, vus davantage du côté de l'élève, mais qui concernent tous les acteurs du système et en premier lieu les cadres. Sa mise en oeuvre s'étalera sur une longue durée (une décennie au moins) et donnera lieu à des chantiers d'importance, tant au niveau national que dans les académies. L'ESEN aura nécessairement à y jouer un rôle de premier plan, notamment en intégrant le socle à la formation - initiale et continue - des cadres, encore peu préparés à ce bouleversement. Le socle prend en compte les recommandations de l'Union Européenne qui proposent de nouvelles références, comme la qualité des systèmes éducatifs, la réduction des décrochages précoces, l'accès à l'éducation pour tous, la maîtrise de savoirs de base et de compétences pour chacun, l'élévation des niveaux d'éducation pour le secondaire inférieur et le supérieur, la formation professionnelle des maîtres. Ces nouvelles références s'inscrivent dans la formation tout au long de la vie, le pilotage par les résultats ou encore de nouvelles notions comme celle des compétences clés.

Le socle commun modifie le parcours dominant qui mène de l'école primaire vers l'enseignement supérieur. Il ébranle le cloisonnement des responsabilités entre enseignement, vie éducative, direction et remet en cause l'organisation segmentée des dispositifs, des ressources humaines, donc des plans de formation que nous connaissons. Une autre architecture des formations s'impose, plus intercatégorielle, aux contenus (outils et démarches) tout à la fois plus conceptuels et mieux mutualisés. En outre, le socle est en complète résonance avec la culture du résultat et confirme le droit de regard des financeurs publics sur le service global apporté à la Nation.

Veille et recherche : travail collectif

L'équipe de l'École supérieure de l'éducation nationale, qui est le lieu-ressource pour la formation des cadres, travaille sur un processus pluriannuel. Un groupe se réunit régulièrement pour mener un travail de veille nationale et internationale, recueillir des données comparatives permettant le développement d'analyses et d'argumentaires. L'ESEN agit aussi sur la thématique du socle commun au sein d'un collectif d'acteurs universitaires et de représentants des opérateurs nationaux : DGESCO, INRP, CNED, IUFM.

Formation : les apports du PNP

En matière de formation, par le plan national de pilotage 2007, l'ESEN apporte des réponses cohérentes aux priorités nationales générées par la mise en oeuvre du socle commun : ambition réussite, conseil pédagogique, nouveaux leviers locaux de GRH, LOLF et performance, ouverture et culture européenne, travail avec les partenaires de l'école, prévention des sorties sans qualification...

Ce plan a déjà permis de réaliser deux séminaires - de sensibilisation et d'approche stratégique - en novembre 2006 et janvier 2007, qui ont regroupé des inspecteurs des premier et second degrés et des personnels de direction. L'accent a été mis sur :

  • l'explicitation des problématiques et des enjeux, des défis que doit relever notre système éducatif ;
  • une approche comparative avec d'autres pays voisins dont la culture est proche de la nôtre ;
  • une première sensibilisation à la question de l'évaluation des connaissances et des compétences effectives et durables des élèves.

Ces séminaires ont réuni plus de 120 participants mais avec des taux de participation très variables selon les académies. Le PNP en cours et les suivants proposeront une série de séminaires sur des thématiques plus techniques ou à finalité opérationnelle. Le premier, réalisé les 9 et 10 mai 2007, avait pris le parti d'une orientation très pédagogique : recensement de l'existant, valorisation des solutions réputées porteuses, volonté de coproduire des ébauches de solutions même si les ressources sont encore à créer ou tout juste en cours de création. L'évaluation des formations confirme le volume des demandes, une sensibilisation croissante, mais très inégale, aux enjeux. Les attentes sont fortes quant aux recommandations et outils à caractère institutionnel, aux modalités d'une opérationnalisation immédiate.

Réflexion sur les formations pour demain

Dans le souci de mener plus loin leurs travaux sur le terrain de la recherche, les responsables de l'ESEN sont engagés dans de nombreux projets.

Conçus pour répondre à des besoins internes...

  • L'élaboration de réponses pédagogiques, conçues de façon plus décloisonnée entre les degrés d'enseignement ou les disciplines, plus compréhensibles par les élèves et leurs familles. Elles s'appuieront sur des expérimentations porteuses repérées en académies. Ces réponses ne dépendent pas exclusivement de l'institution scolaire et se nourrissent de contributions multiples. Elles induisent des postures différentes de la part des acteurs ;
  • La recherche de formats scolaires plus souples, évolutifs dans l'année selon les besoins pédagogiques, qui mobilisent davantage l'ensemble des ressources disponibles, des compétences existantes. Cela suppose une réflexion entre cadres sur la continuité pédagogique et les disponibilités, donc sur la gestion des temps ouvrés, la GRH, l'évaluation et la formation continue des acteurs ;

Et ouverts à l'externe comme :

  • Une sensibilisation aux coûts sociétaux de la non-réussite, et une appréhension plus fine de ses constituants :
    • au plan économique dans une approche globale d'éducation tout au long de la vie intégrant les actions publiques pour les jeunes de 16 à 25 ans sans qualification et le coût du chômage ;
    • au plan sociologique lorsqu'une partie de la population jeune est sujette aux signes collectifs de l'échec, aux effets de l'exclusion dans une société qui tend à valoriser la réussite individuelle et s'interroge sur les droits accordés à l'adulte inactif ;
    • ou au plan psychologique ou affectif des élèves qui, à partir d'échecs répétés, voire d'humiliations, glissent dans un fatalisme destructeur (autocensure dans l'orientation, précarité de l'emploi, santé dégradée...) et échappent au bien-être citoyen.

Ressources

Les premiers séminaires tenus à l'ESEN sur le thème du socle commun et de sa mise en oeuvre ont déjà permis de "récolter" des témoignages et contributions de haut niveau. L'ESEN s'attache à les exploiter pour en faire dans de brefs délais des ressources disponibles à distance grâce à son site internet tout nouvellement rénové (www.esen.education.fr)En attendant, certaines équipes en académies ont transposé pour des actions locales le canevas de formations ESEN et ont sollicité les mêmes intervenants, notamment ceux qui traitent de la genèse du socle en France et en Europe (approche comparative de type PISA, références conceptuelles relatives aux acquisitions des élèves).

Professionnalisation des inspecteurs

L'obligation de satisfaire aux exigences du socle commun impose aux inspecteurs de déplacer leurs analyses sur d'autres éléments observables que ceux liés aux pratiques et aux contenus d'enseignement, et de les centrer sur les processus d'apprentissage et les résultats. Ce déplacement entraîne un enrichissement des argumentaires et des méthodes sur toutes les questions de mise en activité des élèves et d'évaluation par les compétences.

Le socle commun exige, par ailleurs, une construction collective des continuités éducatives entre l'école et le collège, voire entre le collège et le lycée, et ce, de manière interdisciplinaire, dans une conception partagée de la réussite. Dans ce contexte, il y a urgence à former les cadres à la mobilisation des équipes et à leur accompagnement dans une utilisation appropriée des supports, tels que le livret de compétences pour que le sens du socle commun soit compris et traduit dans les pratiques pédagogiques, sans dérive et au service de la réussite de chacun. En réponse à ces exigences institutionnelles, la professionnalisation des cadres, telle qu'elle incombe à l'ESEN et aux académies, peut-elle être autre que démarches de formation-action impliquant des confrontations entre théories et pratiques ?

Education & management, n°34, page 58 (12/2007)

Education & Management - L'ESEN et le socle commun de connaissances et de compétences