Dossier
Adjoints

Article : L'ombre incarnée

Entretien : L'adjoint décodeur

Article : Je pense, donc tu suis

Article : La loyauté dans la relation

Entretien : La parole aux syndicats (I) : deux fonctions, une culture d'encadrement

Entretien : La parole aux syndicats (II) : le chef, l'adjoint et les murs de la caverne

Article : Le chef qui devint adjoint...

Entretien : Entretien avec la directrice de l'encadrement

Article : Quelle délégation pour quelle autorité ?

Article : Reflet de paradoxes

Article : Quel avenir ?

Entretien : Une équipe d'adjoints

Dans les établissements scolaires existe en général un-e adjoint-e qui succède depuis une vingtaine d'années au censeur dans les lycées, au sous-directeur dans les collèges. Depuis l'institution des EPLE (janvier 1986) et plus encore depuis l'instauration du corps des personnels de direction (1988), l'adjoint n'a plus de caractérisation propre. Aucun texte officiel ne décrit ses prérogatives, pour lesquelles on est renvoyé à celles de son ou sa chef. Le référentiel métier établi par le ministère concerne le seul chef d'établissement. On peut considérer pourtant que le chef et son adjoint n'exercent pas le même métier. L'un représente, et représente seul, l'État au sein de l'EPLE ; inversement, il représente seul l'ensemble de l'établissement vis-à-vis de l'extérieur. Le second (le mot est ici approprié) est une sorte d'être bifide qui vit dans l'ombre du premier. Au quotidien, il est un adjoint parmi d'autres (le gestionnaire, le ou les CPE, l'éventuel chef de travaux, etc.), comme membre d'une équipe qui entoure le chef. Ce qui le distingue est souvent virtuel : il est appelé à remplacer ce dernier en cas d'empêchement ; à terme inconnu et dans un autre lieu, il sera peut-être chef lui aussi.

L'ambition de ce dossier est de tenter de définir la fonction d'adjoint. On peut pour cela se tourner vers l'histoire qui a modelé cette place particulière au point que, même si n'existe aucun profil de poste, tout adjoint sait ce qu'il a à faire. On peut aussi solliciter les réflexions et les témoignages. Car, si l'adjoint en tant que tel n'existe guère dans les textes officiels, il existe bien dans la réalité. Les divers points de vue qui s'expriment dans ce dossier forment un ensemble d'où ressort, plus encore que la description d'un métier, la peinture d'une situation professionnelle singulière en ce qu'elle laisse, plus que d'autres, une part immense au jeu des personnalités.

Dans ce champ d'interactions complexes, il est banal d'insister sur l'unité de la direction, indispensable à son efficacité. D'où le maître mot de loyauté. Sa position commande à l'adjoint une loyauté à toute épreuve : l'adjoint doit être éprouvé, mis à l'épreuve avant d'accéder à la pleine responsabilité. Cette loyauté exigée de l'adjoint a une contrepartie, la confiance ; confiance et loyauté ne sont pas données a priori, elles se construisent l'une et l'autre, l'une par l'autre, dans l'action quotidienne du couple, le chef et son adjoint. Ceux qui ont accepté de contribuer à ce dossier ont des expériences, des convictions, des responsabilités différentes. Que tous soient également remerciés.

Education & management, n°34, page 14 (12/2007)

Education & Management - Adjoints