Magazine

Former à l'Europe...

Lors du Comité interministériel sur l'Europe du 19 décembre 2005, le Premier ministre avait souhaité que soit améliorée la formation aux enjeux européens des fonctionnaires et agents publics. Une mission de réflexion préalable avait été confiée à M. Ralph Dassa, aujourd'hui directeur général de l'Institut de gestion publique et du développement économique. C'est sur la base du rapport Dassa que neuf mesures prioritaires ont été retenues lors du Comité interministériel sur l'Europe du 22 juin 2006 :

  1. renforcer et harmoniser les enseignements relatifs aux questions européennes, en particulier dans les IRA et dans les établissements de la fonction publique territoriale ;
  2. mettre en place des exercices concrets, comme l'élaboration de dossiers de demandes de crédits européens, ou l'apprentissage de la négociation européenne ;
  3. développer la pratique des stages dans un environnement européen, notamment en aidant les écoles concernées à identifier de tels stages ;
  4. prévoir une épreuve obligatoire d'une langue européenne dans tous les concours externes de catégorie A et, progressivement, dans les concours internes et les troisièmes concours ;
  5. évaluer les connaissances de base sur les institutions européennes dans les concours de catégorie A ;
  6. mettre en place des formations aux questions européennes dans les plans de formation ministériels, notamment pour les fonctionnaires chargés des dossiers européens ;
  7. organiser une formation spécifique dans la perspective de la prochaine présidence française du Conseil de l'Union européenne et la décliner par départements ministériels ;
  8. mieux préparer les fonctionnaires français aux concours des institutions européennes en constituant un réseau d'établissements autour du Centre des études européennes de Strasbourg (CEES), y compris par l'enseignement à distance, et aider les lauréats à trouver un poste ;
  9. renforcer la politique d'emploi des experts nationaux détachés ainsi que les échanges de fonctionnaires avec la Commission européenne et d'autres administrations européennes.

Les départements ministériels sont appelés à participer à la mise en oeuvre de ces mesures, et tout particulièrement des quatrième, cinquième et sixième qui ont été jugées prioritaires. Le Réseau des écoles de service public (RESP : 35 écoles ou organismes de formation de cadres), dont l'ESEN fait partie, soutient activement la mise en place de ces mesures dans chaque école. Pour identifier les lacunes éventuelles des cadres en formation, un module d'auto-positionnement est actuellement à l'étude au sein du RESP. Quant à l'ESEN, si elle n'a pas compétence pour élaborer les épreuves des concours, elle cherchera néanmoins à développer les connaissances de base sur les institutions européennes pour ses cadres stagiaires, notamment en développant les ressources sur place ou en ligne. En formation initiale et en formation permanente, l'ESEN fait déjà porter son effort sur l'intégration dans ses formations de thématiques européennes telles que les difficultés scolaires ou l'orientation. Elle a par ailleurs déjà engagé des actions de formation continue à l'intention de cadres sur les questions européennes, notamment un séminaire qu'elle organise chaque année à Poitiers sur une thématique transversale. En 2006, on avait débattu de la fonction du chef d'établissement. Cette année, du 14 au 16 mai, on abordera les réponses aux difficultés scolaires dans divers pays d'Europe.

Education & management, n°33, page 58 (04/2007)

Education & Management - Former à l'Europe...