Dossier
Décider autrement

Article : Trancher dans le vif

Article : L'établissement scolaire, lieu décisionnel

Article : Pour des chefs d'établissement pédagogues

Article : Management et décision politique

Article : Décision et intuition

Article : La pathologie de la décision

Article : La décision d'orientation, un enjeu sociétal

Article : Orienter avec réalisme

Article : Vers de nouvelles politiques éducatives en Europe ?

Décider autrement... Au moment où le thème du dossier de ce n° 33 d'Éducation & Management a été choisi, nous ne savions pas encore qu'il serait au coeur de la campagne pour les élections présidentielles de 2007. Il était encore moins certain de s'attendre à ce que les principaux candidats affichent l'éducation au premier rang de leurs priorités. Pascal Bouchard, rédacteur en chef de l'AEF, observateur malicieux et avisé n'avait pas encore publié École cherche ministre... Signe des temps... Signe en même temps renouvelé de l'écart entre le temps long de l'École et le temps court des politiques. Signe surtout de la difficulté à décider dans une société de plus en plus complexe. Nous entrons dans une période où la prise de décision pourrait retrouver du sens, il est peut être utile de se pencher, à notre place, sur la décision dans le système éducatif. Décision solitaire, décision hiérarchique, décision autoritaire s'opposeraient ainsi à la décision collective, au sursis à décider, aux techniques d'aide à la décision. Le dossier que nous ouvrons tend à démontrer que ce n'est pas si simple. Il aborde la dimension personnelle, la difficulté émotive d'une prise de décision qui consiste à "trancher dans le vif", ses implications parfois pathologiques. La relation sereine ou tourmentée au pouvoir n'est pas loin. Soucieuse de rationalité, elle fait appel à l'intuition, autre manière de nommer l'expérience. Il convoque dimensions éthique, communicationnelle, managériale. Il explore la dialectique des relations entre chefs d'établissement et équipes éducatives, entre autonomie locale et missions nationales. Il approfondit l'impact de la décision quand elle s'applique à un individu, l'élève et se nomme "décision d'orientation". Enfin, il s'ouvre à la comparaison internationale et interinstitutionnelle, proposant une comparaison de procédures de prise de décision dans un contexte d'équipements publics.

Pour autant, répond-il à l'injonction du décider "autrement"? Non, s'il s'agissait de proposer un modèle alternatif moderne et universel à des modes de prise de décision réputés obsolètes. Le risque de manichéisme ne serait alors pas éloigné. Peut-être, si en ouvrant un champ large d'interrogations, il ouvre des pistes de progrès que le lecteur pourra s'approprier en fonction de son questionnement propre. Sans doute, si l'on considère la transversalité des contributions dans leur approche humaniste et la volonté commune d'orienter la prise de décision vers la satisfaction du bien public et - en ce qui nous concerne - la réussite des élèves. Donc, "décider pour" plutôt que "décider autrement"?

Education & management, n°33, page 16 (04/2007)

Education & Management - Décider autrement