Dossier : Manager pour tous

Le programme "Education pour tous" de l'Unesco

David Atchoarena, Spécialiste principal du programme, chef d'équipe, enseignement supérieur et spécialisé, IIPE (Unesco)

L'IIPE assure une mission fondamentale de renforcement des capacités nationales des États membres de l'Unesco, en particulier les pays en développement, dans les domaines de la planification et de la gestion de l'éducation. On s'accorde aujourd'hui à reconnaître que le renforcement des capacités nationales constitue un enjeu-clé pour la réalisation des objectifs de l'Éducation pour tous (EPT ) définis par la communauté internationale lors du Forum de Dakar en l'an 2000. En effet, bien que les moyens financiers représentent toujours une contrainte forte pour l'amélioration des systèmes éducatifs, de nombreux pays en développement se trouvent dans une situation paradoxale où les ressources disponibles tardent à être utilisées en raison d'une capacité d'absorption insuffisante. Cette carence est due à la fois à des facteurs institutionnels et humains. Pour l'IIPE la contribution au renforcement des capacités nationales se décline selon plusieurs thèmes complémentaires, notamment la formulation des politiques éducatives, la préparation et la mise en oeuvre des plans de développement de l'éducation, la gestion du secteur de l'éducation, y compris à l'échelon local, et le suivi et l'évaluation. Traditionnellement, cette mission de renforcement des capacités nationales est accomplie à travers des actions de formation, de courte et de longue durée. En outre, l'IIPE participe directement à l'accompagnement des réformes à travers ses activités dites "opérationnelles". La majeure partie d'entre elles concernent l'Éducation pour tous, y compris l'appui à la formulation et à la mise en oeuvre des plans d'action EPT.

La structuration, en son sein, d'un pôle d'enseignement à distance permet à l'IIPE, depuis quelques années, d'atteindre des publics plus nombreux et aussi d'offrir à ses anciens stagiaires des possibilités de formation continue dans le cadre de leurs activités professionnelles. De plus, l'appui à la constitution d'instituts nationaux de formation en planification de l'éducation aboutit à une démultiplication de l'action de l'institut. La recherche, qui constitue le coeur de l'activité de l'IIPE, alimente la formation sous ses différentes formes. Tout en conservant une certaine autonomie, elle s'articule aux grandes priorités définies par l'Unesco en matière d'éducation.

Deux exemples permettent d'illustrer la diversité des formes de participation de l'IIPE à l'action en faveur de l'EPT. En 2002, la FAO a lancé, en collaboration avec l'Unesco, un programme-phare sur l'éducation des populations rurales. Les programmes-phares sont des initiatives pilotées par une ou plusieurs agences des Nations Unies en partenariat avec d'autres acteurs afin de mobiliser des actions en faveur d'une dimension spécifique de l'EPT . Dans la grande majorité des pays, les populations rurales souffrent d'un moindre accès à l'éducation et à la formation et sont, de surcroît, davantage que d'autres catégories, exposées à la pauvreté et à l'insécurité alimentaire. Particulièrement attentive à cette problématique, la FAO a pris l'initiative de cette action mobilisatrice en faveur des ruraux. Par son travail de recherche, l'IIPE a réalisé les études préparatoires qui ont constitué les fondements conceptuels et empiriques du programme-phare. Par la suite, la collaboration avec la FAO a permis de promouvoir et d'accompagner au plan technique les ministères de l'Éducation et les ministères de l'Agriculture afin de favoriser l'émergence d'approches intersectorielles dans la concept ion et la mise en oeuvre des programmes de développement rural et de développement de l'éducation. Ce processus a contribué à une meilleure visibilité de la problématique rurale de l'EPT . L'inscription en 2005 du thème de l'éducation des populations rurales à l'ordre du jour de la réunion du Groupe de haut niveau de l'EPT a témoigné de cette prise de conscience à l'échelle internationale.

L'appui aux stratégies de développement des compétences dans le cadre de plans d'action nationaux offre une autre illustration de l'action de l'IIPE en faveur de l'EPT . L'objectif 3 de Dakar vise à "répondre aux besoins éducatifs de tous les jeunes et de tous les adultes en assurant un accès équitable à des programmes éducatifs ayant pour objet l'acquisition des connaissances ainsi que des compétences liées à la vie courante". Les informations disponibles sur les plans EPT révèlent que, dans la plupart des pays, l'accent a été mis sur l'amélioration de l'enseignement primaire et la réalisation de la scolarisation universelle. Les autres besoins éducatifs, y compris ceux liés à l'insertion socioprofessionnelle des jeunes et des adultes, ont été insuffisamment pris en compte. Pourtant, l'Éducation pour tous, dans son esprit comme dans ses attendus, ne s'arrête pas à l'école ; elle doit se préoccuper de la post-scolarité. L'EPT ne concerne pas que les écoliers ; elle s'adresse aussi aux non-scolarisés ou aux déscolarisés, notamment aux jeunes des catégories sociales défavorisées, que ce soit en milieu urbain ou dans les campagnes. Reconnaissant l'importance de cette problématique, l'IIPE a conduit sur la période 2004-2006 un projet-pilote dans 5 pays (Laos, Mali, Népal, Samoa et Sénégal) ayant pour objet d'aider les ministères de l'Éducation à concevoir, au sein du plan d'action Éducation pour tous, une composante spécifique pour la formation et l'insertion des jeunes défavorisés. Cette initiative a combiné analyse des besoins et identification des priorités en termes de public et de type de formation. Elle a entraîné une large concertation avec les agences associées au financement des programmes EPT dans ces pays, afin d'inscrire dans leurs actions les priorités retenues au titre de l'objectif 3 de Dakar. Dans chacun des pays concernés, ce projet a aussi permis la mise en place d'une plate-forme de partenaires largement ouverte sur la société civile en vue d'aboutir à un diagnostic partagé et à une appropriation des axes d'intervention retenus. Le rôle des établissements publics d'éducation et de formation a représenté un des thèmes prioritaires de cette réflexion. Ce projet a ainsi conduit plusieurs pays, notamment le Laos et le Sénégal, à prendre des mesures à caractère réglementaire, et parfois incitatif, afin que les établissements ne se limitent pas aux programmes formels et aux publics scolaires et puissent progressivement devenir des centres de ressources et des pôles d'animation territoriale. La décentralisation, l'autonomie croissante des établissements, les politiques multi-sectorielles de développement local constituent autant de vecteurs qui vont dans le sens d'une diversification des missions confiées aux établissements et de leurs publics.

Loin d'être exhaustifs, ces deux exemples témoignent de la façon dont l'IIPE contribue à la réalisation des objectifs de l'EPT. Singulièrement, ils illustrent aussi comment l'IIPE interprète le thème "Manager pour tous" qui anime ces vies rencontres de la revue Éducation & Management. Le management éducatif ne saurait se limiter au cadre scolaire. Manager pour tous, c'est savoir se tourner vers tous les élèves et vers l'ensemble des personnels mais c'est aussi s'adresser à ceux qui sont trop souvent laissés pour compte, notamment les ruraux et les groupes défavorisés.

Education & management, n°32, page 26 (11/2006)

Education & Management - Le programme "Education pour tous" de l'Unesco