Juridique

L'image numérique

Françoise Leblond, Proviseure, lycée professionnel de la photographie Quinault, Paris

Il n'est pas facile d'écrire un article sur les enjeux citoyens du numérique, et notamment des images véhiculées sur Internet. Aujourd'hui, le web est devenu une sorte de terrain de jeu sans arbitre sur lequel les règles sont parfois bafouées, volontairement ou non. On peut y acheter des photos à un euro, et les photographes professionnels se plaignent de l'opa sur les droits des auteurs européens par les photothèques américaines. Il faut rappeler l'illégalité du terme "libre de droits" puisqu'une photographie ne peut être entièrement libre, le droit moral de l'auteur ne pouvant être cédé.

Le règlement intérieur d'un lycée qui a des sections "photo" doit ainsi prévoir pour les travaux photographiques que :

  • les élèves sont propriétaires de leurs images (droit moral) et non des tirages ;
  • les tirages restent donc la propriété du lycée ; ils pourront être utilisés à plusieurs reprises par le lycée à des fins pédagogiques ou promotionnelles mais jamais dans un but lucratif.

Le problème des blogs

Les lycéens se sont emparés du journal intime sur Internet ou "blog", phénomène de société devenu sujet médiatique. Créer un blog est à la portée de tout néophyte et ne nécessite aucune connaissance d'écriture multimédia particulière. Des plates-formes de blogging sont offertes gratuitement, il suffit au blogueur d'ajouter images et textes, et les visiteurs peuvent y apporter leurs commentaires. Le principe d'anonymat est de mise, et chacun de se cacher derrière un pseudonyme. L'illustration par des photographies doit son succès au développement massif et à l'emploi des appareils photo numériques et des téléphones portables capables de prendre des photos et de les envoyer.

Parce que plus d'un tiers du temps des élèves se passe au collège ou au lycée, il est inévitable que la vie scolaire soit très présente. Les deux enjeux essentiels pour les jeunes blogueurs sont l'expression personnelle et la dimension communautaire des pratiques.

Cependant, ils se heurtent aux règles du droit à l'image et du respect de la vie privée, qui supposent le consentement de ceux qui ont été photographiés. De plus, autorisation de photographier ne veut pas dire autorisation de diffuser. Une relecture du droit de publication des lycéens est plus que jamais nécessaire à l'heure des blogs, car leur responsabilité est pleinement engagée quel que soit le type de publication. Entre appui et mise en garde, le rôle des chefs d'établissement est cependant plus difficile que pour le support imprimé : il n'est pas aisé de contrôler ce qui circule sur le web.

De nouvelles pratiques

Comme le papier, le numérique est un médium qui traite à la fois de l'image et du texte. L'image "numérique" est le résultat soit d'une prise de vue numérique, soit d'un document iconographique scannérisé. Cette technologie n'est pas un simple moyen de restitution et de présentation de travaux, quelquefois spectaculaires. Par sa puissance, elle offre de nouveaux accès aux savoirs et, certainement, sera à l'origine de nouveaux modes de connaissance.

Une mission pour les documentalistes

Les candidats au capes externe de documentation doivent désormais mesurer la diversité de l'offre documentaire numérique, notamment sur le web. Au coeur des questions posées dans l'épreuve de sciences et techniques documentaires, la révolution culturelle impliquée par l'accès au document numérique n'a pas été suffisamment évoquée jusqu'à présent (rapport de jury de la session 2005). Le bouleversement réside dans la dématérialisation et l'accès à distance. La disponibilité des documents numériques pour tous et à tout moment participe de la démocratisation de l'accès à l'information et nécessite de nouvelles façons de gérer l'information.

Dans un établissement scolaire, la bibliothèque numérique se caractérise par la mise en oeuvre de :

  1. La politique documentaire : la constitution de collections numérisées n'est pas la simple reproduction de documents sur un autre support. La qualité des collections réunies doit être fonction de critères de sélection, à la fois scientifiques et fonctionnels.
  2. La politique de signalement, de structuration, de navigation : le support numérique implique, au-delà des techniques classiques de catalogage, d'aller vers des outils de navigation et de recherche d'information plus riches que pour des collections physiques. Le rapport du texte et de l'image numérisés trouve un nouveau sens grâce à l'hypermédia.
  3. La politique de réseau : la bibliothèque numérique est, à terme, virtuelle, c'est-à-dire un réseau de fonds et d'acteurs, et suppose une politique éditoriale de diffusion et d'accès à distance.

Méthodologie

Pour créer une banque d'images dans un établissement scolaire, il faut avoir répondu positivement à plusieurs interrogations : est-il nécessaire d'optimiser la recherche documentaire dans un fonds d'images ? de valoriser les fonds existants par la réalisation de produits ? d'intégrer la banque d'images dans un projet documentaire multimédia ? de rassembler des sources et de mettre en réseau des savoirs ? Dans ce cas, les règles qui régissent le réseau sont liées aux exigences que se donnent les partenaires : juxtaposition de bases de données et règles communes de diffusion, mise en place d'une interface web, création d'une banque de données centrale, méthode de travail commune, politique éditoriale partagée. À cette étape, il faut avoir une idée précise de la gestion des droits.

Dans le cas des photos numériques, le travail de sélection, ou editing, à l'écran est un exercice difficile, très différent de la manipulation sur une table de documents argentiques. Il faut impérativement que l'ordinateur soit équipé d'un logiciel de visualisation d'images, tant du côté du producteur que de celui de la personne qui consulte.

Création d'une banque d'images.

Le projet d'établissement du lycée professionnel de la photographie Quinault à Paris s'est donné comme axe prioritaire la valorisation des travaux produits par les élèves : d'où le projet de création d'une banque d'images accessible par intranet et internet. Cette démarche est transposable à tous les établissements "arts appliqués" et s'appuie sur le réseau des cdi à fonds spécialisés.

Les objectifs sont les suivants :

  • Permettre aux élèves de se situer par rapport aux travaux des autres classes et promotions afin d'avoir des références dans des domaines communs ou complémentaires et de pouvoir évoluer.
  • Permettre aux documentalistes des établissements "arts appliqués" de connaître les fonds spécialisés dans les métiers auxquels se destinent leurs élèves et étudiants.
  • Créer ou développer un réseau de relations et établir des échanges d'informations en temps réel afin de mieux guider les élèves et leurs professeurs dans leurs recherches et dans leur travail.
  • Valoriser le patrimoine des productions internes de ces établissements et donc valoriser les établissements eux-mêmes à l'extérieur.

Politique de ressources partagées.

En d'autres termes, il ne s'agit pas pour ces établissements de définir une politique d'acquisition mais une politique de gestion des ressources produites et partagées. Elle est complémentaire de la politique documentaire définie ou à définir dans tous les établissements. Il nous faut également distinguer la logique de classification documentaire (organisation) de la logique de classement (hiérarchie) qui est celle des examens (par exemple les "books" réalisés par les élèves et les étudiants). Cependant, les différents critères d'identification des objets et d'organisation des collections ne cessent d'évoluer. Faut-il organiser par domaines (design de produits, design d'espace, design de communication), par métiers ? par matériaux ? par secteurs professionnels tels qu'ils sont référencés par l'Onisep ? L'idée est de montrer que l'objet est rarement seul, qu'il s'inscrit le plus souvent dans une série, une gamme, un système. Chaque objet sélectionné est documenté par une notice descriptive qui regroupe les principales informations le concernant. Les logiciels de gestion et les moteurs de recherche permettent une interrogation multicritères dans les banques de données. Pour ce faire, il faut des images de ces objets.

La pédagogie de l'image.

Se pose aussi la question du public à instruire : comment ? dans quel but ? La pédagogie mise en oeuvre a pour mission de former le regard critique. Le choix du système de classification est une décision stratégique dont découle la politique de présentation et des thèmes d'exposition sur un support numérique et induit une culture visuelle. Notre souhait dans l'Éducation nationale est la réalisation d'un service public accessible gratuitement dans les établissements et les cdi concernés et sur Internet suivant des modalités à définir. Notre objectif étant de créer un réseau de connaissances, ces établissements doivent pouvoir s'interconnecter et communiquer efficacement. La possibilité de mettre en réseau et de partager ces informations devient cruciale lorsque les équipes pédagogiques sont amenées à collaborer pour des projets spécifiques, notamment dans le champ des arts appliqués pour donner une visibilité aux différents métiers préparés par nos élèves et nos étudiants. La création de bases de données d'images en ligne est l'une des plus demandées actuellement. En effet, la simplification de l'accès au média Internet a augmenté la demande et se traduit dans les cdi à fonds spécialisés par une attente forte de ce type de ressources. n

Education & management, n°32, page 14 (11/2006)

Education & Management - L'image numérique