Editorial

Paysage et inclusion

Miguel Benasayag, philosophe et psychanalyste, auteur de Connaître est agir. Paysages et situations, La Découverte, 2006.

Management pour tous ? École pour tous ? Avant de répondre d'une façon optimiste "oui une autre société pour tous" est possible, questionnons le "pour tous". Dans nos sociétés occidentales, la norme n'est jamais quelque chose qui inclut tout le monde mais c'est ce qui prétend s'appliquer à tout le monde. Le "tous" réel qui nous intéresse n'est composé que de minorités. Énoncé paradoxal qui signifie que devenir majoritaire, identique à l'image identificatoire que la norme propose, c'est devenir invisible. Pourtant, il faut interroger cette envie légitime d'une École et d'un management pour tous. Car ce "tous" qu'on identifierait volontiers à la République avec ses valeurs d'égalité, fraternité, liberté, voire laïcité, est questionné, voire attaqué, par une société en crise qui cède aux exigences de l'économicisme, et par des réflexes de défense de communautarisme et d'individualisme. Dès lors, comment éduquer dans une société qui a perdu de vue le nord de son action éducative, à savoir le futur comme promesse, singularisé dans le développement de chacun de nos enfants ? Comment éduquer quand l'avenir devenu menace fait régner de façon erratique les peurs ? Comment éduquer quand le désir de société s'estompe ou se casse parce que chacun tâche de se sauver seul ou de sauver ce qui lui semble le plus proche ?

Pour transmettre - mission des personnels de l'Éducation nationale - il est important de prendre en compte le contexte historique et social dans lequel nous vivons car un même message, un même contenu, change de sens et de signification quand le contexte change. Face au développement des théories cognitivistes de l'informatique, du monde de la virtualité, dans lequel nos élèves nagent avec l'illusion d'un apprentissage ludique, il faut réfléchir à ce primat donné à une formation qui ne tient compte que de la dimension consciente de l'individu. Je suis convaincu que le corps pense, que l'expérience corporelle de l'élève situé dans la salle de classe, dans son institution, comporte un enseignement aussi important que les informations symboliques et rationnelles que les professeurs transmettent. Éduquer est une expérience multidimensionnelle non réductible au simple échange conscient et rationnel. C'est parce que nous sommes situés, parce que nous sommes dans des situations concrètes, que nous pouvons penser. Ce qui distingue les deux modèles, c'est la différence entre une tendance de virtualisation de la vie qui capte le lien social et la possibilité de développer des liens réels qui respectent nos paysages et nos réalités et s'y inscrivent. Contrairement à ce que disent certains théoriciens post-modernes, l'institution de l'Éducation nationale n'a pas perdu son essence. Dans une École qui se pose la question du "pour tous", les cadres peuvent viser un management pour tous qui ne soit pas simplement une fonction bureaucratique mais l'exercice d'un encadrement en situation qui conjugue protection, réflexion et création.

Education & management, n°32, page 1 (11/2006)

Education & Management - Paysage et inclusion