Dossier : Culture d'établissement

Glossaire du manageur

José-Mario HORENSTEIN

L'intérêt renouvelé pour des concepts comme celui de culture d'établissement a comme origine les tentatives récentes de contrôler les dépenses de santé par une réduction de la demande de soins grâce à des interventions sur le lieu de travail. "Le monde du travail et la façon dont la vie au travail est organisée dans notre société actuelle sont un déterminant social majeur et peut-être le plus fort de l'état de santé. Les pratiques individuelles concernant la santé sont façonnées par la culture et les valeurs de nos lieux de travail" (déclaration de Barcelone 2002). Nous opérationalisons le concept de qualité de vie au travail en tenant compte de quatre facteurs : la culture / le climat scolaire, les conditions de travail, la santé et la sécurité au travail.

La culture d'établissement

Elle fait référence à des valeurs partagées qui influencent le comportement du personnel, permettent de le différencier d'un autre établissement et sont stables dans le temps. Le comportement collectif du personnel devient un style. Ainsi, en fonction de la forme que prennent les relations entre les membres du personnel au sein d'un établissement on distingue 5 "cultures" caractéristiques : l'individualisme, la balkanisation, la coopération, la collégialité contrainte, la mosaïque mouvante (Hargreaves A).

Le climat scolaire

Quand ce qui est évalué est la perception qu'a le personnel de son environnement de travail, nous parlons de climat scolaire. Plus restrictif que "culture", il reflète la façon dont les choses sont faites tandis que la culture répond au pourquoi elles sont faites d'une façon particulière dans telle institution. Pour certains, le climat est "la surface ou la face" de la culture, et il peut être mesuré et changé. Pour d'autres, il fait davantage référence à l'effet qu'a l'école sur les élèves, alors que la culture scolaire fait référence à la façon dont les enseignants et les autres membres du personnel travaillent ensemble. Le climat fait référence à la perception par le personnel de la façon dont l'établissement est géré, notamment le processus de prise de décision, les relations entre collègues, la reconnaissance, les rôles, les objectifs. Si bien des chercheurs sont d'accord sur l'importance du climat scolaire comme médiateur entre les conditions objectives de travail et le comportement du personnel, il n'y a pas de consensus quant aux composants fondamentaux du climat. Nous incluons le climat organisationnel, le climat émotionnel, la satisfaction et l'engagement.

Le climat organisationnel

Il s'agit de la perception des enseignants concernant 4 domaines fondamentaux pour limiter ou aggraver les expériences négatives concernant la violence qu'ils peuvent rencontrer au travail. Il comprend le sentiment d'appartenance, la formation, le management de l'établissement et le sentiment de sécurité.

Le climat émotionnel

Fait référence au dynamisme, à l'enthousiasme et à la réputation de l'établissement (pour la qualité de vie au travail, il est important de favoriser les expériences positives et pas uniquement de tenter de réduire les expériences négatives).

La satisfaction

Fait référence à des niveaux globaux d'affects positifs et négatifs associés à la profession.

L'engagement

Impact lié au "microcosme" de l'école. L'enseignement peut être très satisfaisant comme travail, mais d'autres facteurs conditionnent l'engagement professionnel d'un enseignant dans une école particulière comme, par exemple, le degré de soutien ou la participation à la prise de décisions.

Education & management, n°30, page 36 (12/2005)

Education & Management - Glossaire du manageur