Le réseau Canopé Le portail educ-revues
 
Écoflash
Relation épargne-investissement en économie ouverte et en économie fermée

En économie fermée, les identités comptables font apparaître l'égalité entre l'épargne privée et l'investissement privé lorsqu'il y a équilibre budgétaire.

L'équilibre d'un pays entre ses ressources et ses emplois en économie fermée s'écrit : Y = C + I +G (1) ; où Y est le revenu national, C la consommation, I l'investissement intérieur privé et G les dépenses publiques.

Par ailleurs, le revenu national est réparti entre la consommation, l'épargne privée et les impôts : Y = C + S +T (2)

Où S est l'épargne intérieure privée et T représente les impôts.

En combinant (1) et (2), on obtient :

S + T = I + G (3)

On définit l'épargne nationale ou "domestique" (SN) comme la somme de l'épargne des ménages, du profit des entreprises et de l'excédent des recettes des administrations publiques par rapport à leurs dépenses (hors investissements) et l'investissement national ou "domestique" (IN) comme la somme de l'investissement privé (c'est-à-dire l'investissement des ménages et des entreprises) et de l'investissement public.

Il vient que : SN º  IN (4)

L'épargne nationale est toujours égale à l'investissement national.

En économie ouverte, les identités comptables font apparaître le lien entre le déséquilibre du solde des transactions courantes et le déficit du compte financier.

L'équilibre d'un pays entre ses ressources et ses emplois en économie ouverte diffère de l'équilibre en économie fermée (équation 1) par le fait qu'on ajoute les dépenses de l'étranger ainsi que les revenus courants reçus de l'étranger (X) et qu'on soustrait les dépenses nationales en importations et celles qui sont constituées par les revenus courants versés (M) :

Y = C + I + G (X- M ) (5)

En combinant les équations (2) et (5), on obtient :

(S-I ) + (T - G ) = (X - M ) (6)

où (S - I ) est l'épargne nette privée, (T - G ) représente l'épargne nette publique (ou le solde budgétaire) et (X - M ) le solde du compte des transactions courantes.

En raisonnant en termes d'épargne et d'investissement nationaux, on obtient :

(SN - INº (X - M) (7)

Il y a identité entre le solde financier et le solde des transactions courantes. Ainsi, un déséquilibre de la balance des transactions courantes s'accompagne d'un déséquilibre entre l'épargne nationale et l'investissement national.

Ecoflash, n°207 (04/2006)

Ecoflash - Relation épargne-investissement en économie ouverte et en économie fermée