International

Roumanie : l'éducation pour une citoyenneté démocratique

Ion et Mirela Albulescu, professeurs de philosophie à l'Université Babes-Bolyai de Cluj-Napoca.

La Roumanie venant d'entrer dans l'Union Européenne, il nous a semblé utile de voir comment y est envisagée l'éducation à une citoyenneté démocratique.

Les objectifs majeurs de l'école sont determinés par la nécessité de développer des ressources humaines, en tenant compte de la complexité évolutive des conditions de vie et des aspirations humaines. Se proposant d'assurer la formation des élèves pour préparer aux différents rôles sociaux futurs, l'école établit ses objectifs en tenant compte des qualités envisagées dont les élèves devront faire preuve dans certaines circonstances. L'impact formatif de ses actions se concrétisera dans le naturel des personnalités afin de mieux correspondre aux exigences sociales d'ordre culturel, scientifique, professionnel, moral et civique. Intégré dans un milieu socio-économique et culturel, le système d'enseignement est perçu en tant que service social qui doit accomplir des fonctions complexes.

Conditionné par le milieu où il agit, celui-ci va chercher à former les élèves en fonction de diverses activités, pour développer le côté spirituel de la vie, pour les former en tant que citoyens. Il est souhaitable que, dans toutes les moments de la vie, le citoyen d'une société démocratique fasse preuve de tolérance et de respect vis-à-vis des opinions et des croyances qui différent des siennes, d'intérêt pour les problèmes publics, de compétence à l'égard des interventions personnelles et collectives.

L'initiation à sa propre liberté, en tant que valeur fondamentale des démocraties libérales, n'exclut pas la formation et le développement des attitudes solidaires et coopératrices dans le cadre de la collectivité, de l'esprit communautaire qui s'appuie sur l'idée de solidarité, vue comme option prise en faveur de la participation collective des individus aux groupes et communautés auxquels ils appartiennent.

Les droits de l'homme et la culture de la démocratie doivent être appris, et l'apprentissage exige un effort de la part des citoyens et des formateurs. Il existe des notions-clés qui illustrent le cadre de référence auquel se rapportent les efforts d'instruction : la liberté, l'égalité, la participation, la responsabilité, la solidarité. En même temps, l'éducation pour la citoyenneté dans une société démocratique se rapproche de l'éducation multiculturelle et interculturelle, en tant que moyen de valorisation positive des différences, d'enrichissement réciproque par la connaissance d'autrui, par l'intermédiaire des échanges et du travail collectif fondé sur le respect réciproque.

Discuter de l'éducation pour une société démocratique signifie, en fait, trouver de justes réponses aux questions du type suivant : comment les valeurs, les significations et les principes associés à l'idée de citoyenneté démocratique peuvent-ils orienter l'éducation ? Quel type d'effets ont-ils sur le curriculum scolaire ? Comment s'adaptent-ils dans la pratique éducationnelle ? Quels sont le contenu et la méthodologie qui doivent être présents dans les programmes des matières scolaires ? Quel est le potentiel d'instruction des activités complémentaires au curriculum ? Comment sont développés les modèles de management scolaire, spécialement en ce qui concerne la participation des enseignants, des parents, des élèves et des autres membres de la communauté à la prise des décisions ayant trait à la réalisation de l'éducation ? Comment se réalise l'éducation pour la citoyenneté démocratique dans le cas des adultes ?

L'éducation pour une citoyenneté démocratique a comme but la formation et le développement chez l'individu de compétences permettant de participer d'une manière active à la vie publique. Celle-ci suppose non seulement du savoir, mais aussi d'apprendre à vivre à côté des autres, à exister, à agir et à faire. Chaque individu doit être son propre bénéficiaire, afin de pouvoir comprendre que la démocratie n'apparaît pas et ne se développe pas toute seule. Cette dernière dépend en grande mesure de l'apport de chacun. L'implication de tous les citoyens peut favoriser l'apparition de bons résultats, en matière d'efficacité publique et personnelle, de prospérité économique, de droit social et de moralité.

Malgré le fait que l'éducation pour une citoyenneté démocratique doive constituer une constante qui caractérise tous les citoyens et une grande partie des institutions de la société, l'école aura sans aucun doute le rôle essentiel. Son devoir est d'y contribuer par l'intermédiaire des moyens spécifiques à la promotion des valeurs et des pratiques démocratiques, dont la présence n'est pas assurée d'avance dans le milieu extrascolaire. Pour former les gens à tenir tête aux attentes et aux provocations complexes de la société contemporaine, les politiques éducatives devraient :

  • développer le curriculum formel se rapportant à l'éducation pour une citoyenneté démocratique par l'introduction de disciplines distinctes, de sujets interdisciplinaires ou de programmes intégrés;
  • attirer toutes les institutions qui ont un rôle formatif afin de mieux atteindre les objectifs spécifiques à l'éducation pour une société démocratique;
  • diriger le système d'enseignement tout entier vers certaines valeurs : les droits de l'homme, le pluralisme politique, l'ordre de droit etc.;
  • développer chez les jeunes les capacités essentielles pour exercer la citoyenneté démocratique, spécialement les droits et les responsabilités, les aptitudes sociales de communication, de participation à la vie publique;
  • promouvoir l'éducation pour une citoyenneté démocratique à l'aide de l'ethos scolaire, du curriculum informel ou caché, mais aussi à l'aide des liens avec le milieu social;
  • faire de l'école un moyen de lutte contre la violence, la xénophobie, le racisme, le nationalisme agressif et l'intolérance.

La faible information des gens, l'indifférence et la non-implication dans la vie publique peuvent constituer à n'importe quel moment et n'importe quel endroit une menace pour la démocratie. C'est pour cela que l'éducation pour une citoyenneté démocratique est devenue une priorité des politiques éducatives et un domaine d'intérêt général. A part les démarches curriculaires entreprises dans l'enseignement, de nombreuses organisations, mais aussi des militants indépendants, essaient de prendre des initiatives, en proposant des solutions centrées autour de la responsabilisation, de l'autonomie et de l'activité des individus.

L'éducation pour une citoyenneté démocratique nous apparaît comme un ensemble de pratiques et d'activités dont le principal but est la formation des jeunes et des adultes en vue de participer activement à la vie démocratique, par l'acceptation et la mise en pratique des droits et des obligations (responsabilités) envers leur société. De toute façon, cette possible définition doit être complétée avec plus de spécification. L'éducation pour une citoyenneté démocratique n'est ni une discipline scolaire, ni une autre activité prévue dans ne curriculum, ni un domaine de connaissances, ni une forme d'action sociale, ni un type d'éducation synonyme de l'éducation des droits de l'homme, de l'éducation politique ou de l'éducation des élites, mais un objectif majeur des politiques éducatives, conçu dans la perspective de l'apprentissage continuel et qui subordonne toutes les dimensions antérieurement énoncées. Il est clair que l'éducation pour une citoyenneté démocratique couvre et dépasse tous ces aspects particuliers (C. Bîrzea, 2000).

Celle-ci a sa propre identité et un contenu opérationnel qui résulte de l'intégration de trois termes génériques : éducation - citoyenneté - démocratie. En fait, il s'agit d'une triade spécifique à plusieurs activités éducatives, à une grande variété d'expériences que les gens vivent indépendamment de leur âge, de leur institution ou de leur milieu d'apprentissage.

En comparaison avec d'autres termes analogues étroitement liés (éducation civique, éducation politique, etc.), l'identité de l'éducation pour une citoyenneté démocratique est consacré par le terme intégrateur de référence : la citoyenneté. Autrement dit, en tant que résultat de cette identité, l'éducation pour une citoyenneté démocratique signifie l'apprentissage du comportement démocratique à travers une diversité d'expériences et de pratiques sociales. Il s'agit d'un système de pratiques éducatives et de situations d'apprentissage disponibles durant la vie de chacun, destinées à apprendre aux individus, groupes et communautés, les moyens par lesquels ceux-ci peuvent participer activement à la vie sociale.

L'éducation pour une citoyenneté démocratique peut être mise en pratique par diverses modalités, celle-ci représentant, en fait, une action qui doit commencer dans l'enfance et être renforcée à l'école. La modalité implicite par laquelle les élèves sont formés en tant que citoyens actifs et responsables concerne tous les aspects de l'école qui peuvent jouer un rôle formatif important, même si leur action est parfois diffuse ou sans aucune intention claire dans ce sens-là.

Dans une perspective éducative, la formation des individus pour une société démocratique signifie non seulement l'acquisition de connaissances sur les mécanismes de la démocratie, mais aussi la formation de nouvelles compétences et d'attitudes, qui transforment un certain comportement en processus de construction et de reconstruction, ce qui n'est pas facile à réaliser, puisqu'on entre dans un domaine où la tradition joue un rôle important. L'éducation pour une citoyenneté démocratique promeut la culture de la démocratie, la répartition des responsabilités, l'intercompréhension, la tolérance et l'achèvement pacifiste des conflits. Ses objectifs majeurs sont la transmission d'un système de valeurs (pluralisme, droits de l'homme, coopération, participation, tolérance, respect, etc.), la formation d'une capacité à dialoguer, à changer et à prendre des décisions responsables, la formation d'attitudes positives, et aussi d'avoir des responsabilités au sein de la communauté, de faire preuve de solidarité et de confiance réciproque, de témoigner d'une certaine flexibilité en relation avec les autres, de respect envers la culture des autres, de trouver une solution non violente aux situations problématiques etc.

Une éducation de qualité suppose que les élèves acquièrent des habiletés de communication, de relation, d'action civique, et généralement des habiletés nécessaires à l'existence dans une société de type démocratique. En tant que critère nécessaire à assurer la qualité dans l'enseignement, l'éducation pour une citoyenneté démocratique introduit de nouveaux indicateurs, comme, par exemple, la diversité, la participation, le management orienté vers certaines valeurs, les aptitudes sociales, le partenariat et les responsabilités partagés. Dans cette perspective, les institutions d'enseignement devraient :

  • considérer la décision prise de façon démocratique comme une dimension majeure de chaque forme de management éducatif (encourager y compris la participation effective des élèves aux processus décisionnels) ;
  • inclure les droits de l'homme comme une pratique courante dans toutes les activités scolaires ;
  • assurer un passage de l'enseignement réactif à l'enseignement dirigé vers soi-même, qui laisse la priorité aux responsabilités assumées, à la conscience de soi, à la créativité et à la motivation afin de continuer à apprendre ;
  • aborder de façon constructive l'enseignement qui laisse priorité à l'expérience personnelle des élèves ;
  • tenir compte des résultats des activités d'éducation formelle et non formelle ;
  • promouvoir un système de responsabilité multiple, visant les autorités locales, la société civile et la communauté ;
  • inclure l'éducation pour une citoyenneté démocratique dans les programmes de formation initiale et continue de tous les enseignants.

Á l'école, les enfants se familiarisent avec différents moyens d'intégration dans la communauté, en se rapportant continuellement à des valeurs comme la tolérance, la solidarité et la responsabilité. La voie normale de la vie et de l'activité des écoles, en tant qu'institutions grâce auxquelles les élèves acquièrent les normes fondamentales, devrait s'appuyer sur la valeur de liberté individuelle, qui ne doit pas limiter la liberté des autres. Une prémisse essentielle pour la participation aux processus démocratiques est aussi constituée par le développement de l'esprit critique, du pouvoir de décision et du jugement autonome. Indifféremment des niveaux d'étude, l'école est perçue comme l'endroit où se crée et se forme un public démocratique.

Dans la perspective des comportements et des relations qui s'établissent entre les individus, dans une société démocratique, un grand nombre de disciplines attirent l'attention sur le développement des compétences qui rendent possible le dialogue, la participation et la responsabilité. Quant au contenu, les cinq dimensions (politique, juridique, sociale, économique et culturelle) occupent, bien sûr, la première place. La compréhension et l'habitude nous dirigent vers de nouvelles compétences pour lesquelles nous avons besoin d'éducation et de formation. Indifféremment du contenu, toutes les études récentes soulignent l'impact formatif provoqué sur la personnalité des élèves ou de ceux qui apprennent lorsqu'on tient compte des méthodes actives (interactives), qui nécessitent découverte, esprit de recherche, responsabilité et expérimentation rigoureusement structurée et réalisée.

Bien sûr, l'éducation pour une citoyenneté démocratique ne se réalise pas seulement grâce à l'étude des disciplines contenues dans le Curriculum formel. La formation d'un citoyen apte à l'exercice de la démocratie est une exigence éducative fondamentale qui peut être réalisée dans une école organisée en fonction des principes démocratiques. Une école de telle sorte doit offrir un milieu propice au développement de la capacité des élèves à participer au processus démocratique, et l'effort exigé dans ce sens-là ne se réduit pas à ce qui est prévu dans le Curriculum formel. Nous pouvons affirmer qu'il existe trois moyens de réalisation de l'éducation pour une citoyenneté démocratique :

  • les leçons proprement-dites, par lesquelles se réalisent l'enseignement et l'apprentissage des disciplines qui ont des objectifs caractéristiques à la société démocratique ;
  • les moments, les endroits et les occasions pour les initiatives des élèves, en dehors des activités d'enseignement proprement dites ;
  • la vie scolaire quotidienne et, plus précisément, toutes les situations créées par l'école en tant que milieu social, avec ses règles collectives, les conflits interpersonnels, les moments et les occasions de coopération etc.

Par la multitude d'interrelations qu'elle crée et stimule, ce type d'éducation favorise un apprentissage qui s'étend au delà du cadre formel des activités curriculaires. Toute la structure organisationnelle de l'école est déterminée par son rôle essentiel, la réalisation du processus instructif-éducatif. Mais celle-ci exerce les influences éducatives sur les élèves tant par des actions directes, intrinsèques au processus instructif-éducatif, que par des actions indirectes, comme par exemple par l'intermédiaire du milieu scolaire, des activités extracurriculaires, de l'organisation et de la valorisation du partenariat.

L'éducation pour une citoyenneté démocratique se réalise aussi par l'intermédiaire de la participation démocratique à la prise des décisions dans la classe (école), par l'ethos scolaire ou par le discours involontaire de la communauté scolaire : l'atmosphère, l'inconscient de groupe, les symboles dominants, les modalités de partage des connaissances etc. L'association des élèves en vue d'organiser l'activité scolaire et la récompense de leur initiative en ce qui concerne le déroulement des activités extrascolaires sont capables de créer un cadre scolaire favorable à un comportement de type démocratique. En fait, la réalisation de l'éducation pour une citoyenneté démocratique implique la coopération de tous les milieux d'enseignement qui forment le contexte scolaire. La dynamique interne de cette communauté d'apprentissage représente une prémisse, à travers les conditions offertes, de la responsabilité individuelle et collective.

Bibliographie

  • Almond, G., Verba, S., 1996, Cultura civica, Editura DU Style, Bucuresti.
  • Audigier, Françoise, 1991, Enseigner la société, transmettre des valeurs, Conseil de la coopération culturelle, Strasbourg.
  • Barbalet, J. M., 1998, Cetatenia, Editura DU Style, Bucuresti.
  • Bîrzea, C., 2000, Educatia pentru cetatenie democratica. Perspectiva învatarii permanente, Consiliul Europei, Strasbourg.
  • Canivez, Patrice (1990), Éduquer le citoyen ?, Édition Hatier, Paris.
  • Dewey, John, 1990, Démocratie et éducation, Armand Colin, Paris.
  • Engle, S. H., Ochoa, A. S. (1988), Education for democratic citizenship: Decision making in the social studies, New York, Teachers College Press.
  • Houssaye, Jean, 1992, Les valeurs à l'école. L'éducation aux temps de la sécularisation, PUF, Paris.
  • Rowe, D., 1992, " The Citizen and the Law. Teaching about the Rights and Duties of Citizenship ", in: E. Baglin Jones, N. Jones (eds.), Education for Citizenship. Ideas and Perspectives for Cross-Curricular Study, London, Kogan Page.
  • Velea, S., 2004, Curriculum pentru ECD - educatia pentru cetatenie în scoala ( http://www.civica-online.ro//concepte/drepturile-omului.html )
  • Vlasceanu, L. (coord.), 2002, Scoala la rascruce. Schimbare si continuitate în curriculumul învatamântului obligatoriu, vol. I, Editura Polirom, Iasi.

Diotime, n°31 (10/2006)

Diotime - Roumanie : l'éducation pour une citoyenneté démocratique