International

Belgique : six chapeaux pour penser

Cathy Legros, Inspectrice de Morale non confessionnelle de la communauté francophone

C'est le titre d'un ouvrage de Edward De Bono1. Je m'en suis inspirée pour construire un dispositif pédagogique à la fois ludique et rigoureux qui permet de structurer une réflexion collective en respectant des exigences éthiques : intégrer les apports de tous les participants, n'exclure aucun angle d'approche, créer une dynamique qui rend complémentaires les oppositions rencontrées et aboutir à un projet d'action.

UNE MÉTHODE POUR APPRENDRE À PENSER

L'auteur dénonce le fait qu'une discussion prend trop souvent la forme d'une joute polémique, véritable match au cours duquel les partenaires critiquent les arguments des uns et des autres et s'efforcent de rallier le plus grand nombre d'adhérents à leur cause, sans se soucier d'envisager des perspectives d'action efficace pour résoudre le problème posé. Il veut initier une autre pratique de réflexion " cartographiée " : coopérer en dressant d'abord la carte géographique de la multiplicité des points de vue possibles. Et pour banaliser ce champ exploratoire en " zones cartographiques ", il propose d'exercer systématiquement la pensée critique, la pensée de l'objectivité, la pensée émotionnelle, la pensée latérale, la pensée positive, la pensée organisatrice. Comment ? En adoptant systématiquement ces six modes de pensée différents comme autant de rôles de composition distincts du penseur, associés à six " chapeaux à penser " imaginaires que les protagonistes se poseront sur la tête.

Chacun des six chapeaux a donc sa couleur : blanc, rouge, noir, jaune, vert, bleu.

La couleur de chaque chapeau est liée à sa fonction.

Chapeau blanc : le chapeau est neutre et objectif. Le chapeau blanc se rapporte aux données et aux faits objectifs.

Chapeau rouge : le rouge suggère la colère (voir rouge), la rage, les émotions. Le chapeau rouge donne le point de vue émotionnel.

Chapeau noir : le noir est lugubre et négatif. Le chapeau noir souligne les aspects négatifs, les raisons qui empêchent l'action.

Chapeau jaune : le jaune est ensoleillé et positif. Le chapeau jaune est optimiste, il énonce les espoirs et les pensées positives.

Chapeau vert : le vert représente l'herbe, la végétation luxuriante, la croissance fertile. Le chapeau vert indique la créativité et les idées neuves.

Chapeau bleu : le bleu est froid. C'est aussi la couleur du ciel qui est au-dessus de toute chose. Le chapeau bleu prend le commandement. Il organise le processus de la réflexion. Il commande aussi l'utilisation des autres chapeaux.2

C'est seulement après l'établissement de la carte polychrome définissant le contexte et les composantes du problème abordé qu'en connaissance de cause des orientations peuvent être définies. Chacun pourra alors choisir sa route, seul ou avec les autres.

L'efficacité maximum des six chapeaux est obtenue lorsqu'ils sont tous utilisés alternativement selon un programme précis préalablement établi : le chapeau bleu orchestre la discussion, planifie et régit l'ordre de passage des différents chapeaux en synthétisant les conclusions. Il vaut mieux commencer par l'expression des réactions affectives et émotionnelles (chapeau rouge), toujours très prégnantes pour ensuite rassembler les éléments d'information objectifs (chapeau blanc), puis faire émerger en brainstorming toutes les idées possibles de solutions, même les plus surréalistes et farfelues (chapeau vert), pour en retenir ensuite les propositions pragmatiques réalisables et en sélectionner les plus adéquates (chapeau jaune), en vérifiant le degré d'adhésion des participants (retour au chapeau rouge). C'est une des stratégies de discussion défendue par De Bono.

Il a ainsi élaboré une méthode pour apprendre à penser, qui permet de passer de la pensée réactive à une réflexion maîtrisée dissociant informations, interprétations, extrapolations, émotions, logique, espoirs, projets, généralement enchevêtrés en un écheveau de confusions, d'amalgames et d'incohérences. Méthode qui rencontre des compétences essentielles visées par le cours de morale dans l'enseignement secondaire3. Pour fonder ses choix et s'engager dans l'action, il m'importait, comme inspectrice responsable de la formation continue dans cette discipline, de la transmettre aux professeurs sous forme d'un dispositif pédagogique particulier directement praticable dans les classes4.

UN DISPOSITIF PÉDAGOGIQUE POUR L'INTÉGRER

Il m'a suffi de reprendre très concrètement l'utilisation des six chapeaux proposés par De Bono et d'interpréter leurs rôles dans les différentes phases du dispositif suivant :

" Découvrons les six chapeaux magiques "

Première phase informative : la fonction des six chapeaux.

1. Apporter une boîte contenant six chapeaux de couleur différente, imbriqués les uns dans les autres. (On peut s'amuser à jouer au prestidigitateur et à créer une atmosphère de magie.)

2. Sortir les chapeaux un à un de la boîte et présenter leur pouvoir et fonction respective (en les posant devant soi ou sur sa tête) à l'aide de panneaux synthétiques qui serviront de rappel et resteront affichés au mur de la classe comme références constantes.

3. Présenter les deux stratégies proposées par De Bono, également notées sur deux panneaux (voir ci-après).

La pensée en chapeau bleu (" je donne la parole à ")

Président de séance, il maintient la discipline, refuse la polémique, fait respecter le mode de réflexion cartographié. Chef d'orchestre, il établit le plan de réflexion, dirige et organise l'ordre de passage des différents chapeaux. Il synthétise.

1. Dirige la discussion.

2. Définit les objectifs clairement, montre la cible et invite les participants à concentrer leur tir. Cerne les problèmes. Formule les questions. Détermine le travail de réflexion à effectuer (programme).

3. Résume à certains moments le travail en cours, dresse la liste des différentes propositions faites.

4. Réunit les conclusions finales.

Première stratégie pour le chapeau bleu

1. Chapeau vert : brainstorming, moisson d'idées et désignation d'un gestionnaire de ce pot de suggestions.

2. Chapeau jaune : développement constructif, opérationnel, évaluation positive de ces propositions, recherche de profits et de valeurs.

3. Chapeau noir : évaluation négative de ces propositions.

4. Chapeau blanc : données nécessaires. Peut toujours être interpellé.

5. Chapeau rouge : soumettre en fin de parcours l'idée à un jugement émotionnel affectif (l'enthousiasme conditionne les chances de succès).

Deuxième stratégie pour le chapeau bleu

1. Le chapeau rouge a la parole si le sujet engendre de fortes réactions affectives.

2. Le chapeau blanc rassemble les informations pertinentes.

3. Le chapeau jaune fait des propositions positives.

4. Le chapeau bleu dresse une liste officielle des différentes propositions classées en catégories.

5. Cocktail de chapeaux blanc, jaune, vert pour chaque proposition (brainstorming) = phase constructive

6. Le chapeau noir élimine les propositions qui ne tiennent pas.

7. Le chapeau bleu organise la stratégie de sélection des solutions.

8. Le chapeau rouge exprime le sentiment des participants face aux solutions possibles.

9. Procédure de choix : mélange de pensées en chapeaux jaune et noir pour la recherche de la meilleure solution.

9. Stratégie pour mettre en oeuvre ce qui a été décidé.

" Jouons du chapeau "

Deuxième phase formative et pratique : utilisation des chapeaux

Premier exercice

1. Un problème général qui intéresse et concerne directement une majorité des élèves est choisi pour être débattu : problème social, politique, éthique, d'actualité ou autre...

2. Le professeur porte le chapeau bleu et dirige la discussion.

3. Un secrétaire est désigné pour prendre des notes et faire la synthèse des interventions.

4. Le professeur fait choix successivement des différents chapeaux (en suivant éventuellement la première stratégie du chapeau bleu) et les dépose à tour de rôle devant lui. À ce signal, les élèves cherchent des réponses qui s'inscrivent dans le registre de réflexions correspondant à la fonction du chapeau choisi en introduisant systématiquement leur intervention par :

- " mon sentiment est que... " pour le chapeau rouge ;

- " les faits sont les suivants " pour le chapeau blanc ; les élèves devront à chaque fois préciser leur source d'information et le degré de véracité des faits évoqués ;

- " oui... mais " ou " mes critiques sont... " pour le chapeau noir ;

- " je propose comme action positive de... " pour le chapeau jaune ;

- " j'imagine... " pour le chapeau vert.

Le secrétaire prend note.

Variante : la classe est divisée en six groupes égaux, chacun derrière un chapeau différent porté par un condisciple. Les groupes débattent entre eux, orchestrés par le professeur (chapeau bleu).

Deuxième exercice

1. Un élève apporte un problème précis qu'il souhaite voir clarifier et éventuellement résolu à l'aide des six chapeaux. Il explique celui-ci de la façon la plus complète possible (les faits, son ressenti, ses interprétations, ses réactions spontanées, ses extrapolations...) et les élèves posent quelques questions pour approfondir leur compréhension du problème.

2. L'élève qui dépose son problème assiste à la discussion. Six élèves portent respectivement un chapeau de couleur différente. La personne qui porte le chapeau bleu orchestre l'échange et est assistée d'un secrétaire qui prend note. Ses notes seront ensuite remises au propriétaire du problème. Les participants clarifient le problème ou cherchent des solutions en respectant la psychologie et les attitudes de pensée du chapeau porté, sous la direction du chapeau bleu.

3. À la fin de l'échange, le propriétaire du problème peut, s'il le souhaite, faire le point sur ce que cette discussion lui a permis de clarifier et éventuellement sur les solutions qu'il entrevoit comme possibles ou qu'il compte effectivement mettre en pratique.

Variante : six équipes égales sont constituées et débattent entre elles chacune sous la bannière d'un chapeau différent.

PROLONGEMENTS POSSIBLES

Une stratégie pour aborder l'étude des problèmes de société

Le professeur pourrait sur la base de cette leçon dégager une stratégie d'étude des problèmes d'actualité ou de société sous forme de constitution de dossiers ; ceux-ci comporteraient des feuilles de six couleurs différentes correspondant aux six modes d'approche. La documentation correspondante serait répertoriée dans chacun de ces rubriques.

Des repères pour clarifier l'argumentation

Les panneaux étant affichés dans la classe, le professeur pourra y faire constamment référence pour clarifier le mode de pensée auquel correspondent les arguments convoqués dans une analyse, un texte littéraire, philosophique, un débat...

À chacun d'inventer d'autres dispositifs pour exploiter cette méthode de réflexion holistique. À chacun de trouver de nouveaux usages pour le port des six chapeaux !

ANNEXE

La pensée en chapeau blanc (" les faits sont les suivants ")

S'en tient aux faits et aux informations

Effort d'impartialité et d'objectivité

1. donne des informations, faits, chiffres en les stipulant correctement. Énonce soit des certitudes, des faits prouvés ; soit des croyances, des faits non vérifiés (je crois que) en signalant ses sources

2. et stipule l'échelle de véracité (absolue, générale, occasionnelle) par des termes comme toujours vrai, habituellement vrai, souvent vrai, parfois vrai, occasionnellement vrai, jamais vrai...

La pensée en chapeau rouge (" voici mon sentiment sur la question ")

Sentiment, émotion,

intuition, pressentiment, impression,

droit de cité à la subjectivité rationnelle

1. ici et maintenant

Les sentiments sont variables, complexes, parfois confus, contradictoires ou incohérents. Ils ne nécessitent pas de justification.

Englobe le négatif émotionnel et le positif émotionnel.

2. Il est très important de montrer ses sentiments car ils affectent la pensée.

- Toute situation ou discussion se présente dans un contexte émotionnel plus ou moins chargé, fort ou subtil, qui en constitue la toile de fond ou déclenche une perception initiale connotant tout l'échange par la suite.

- Les émotions sont fondamentales : discussions et actions en dépendent ; elles sont à la base de nos jugements de valeurs et de nos choix (cf. clarification des valeurs) ; elles induisent la motivation à agir lorsqu'une discussion a été prise.

3. Il est nécessaire d'affiner et de nuancer ses sentiments par des mots et expressions correspondants.

4. Quant aux intuitions, nées d'une perception globale ou d'une expérience accumulée, elles peuvent être justes et adéquates.

La pensée en chapeau noir (" oui... mais ")

Ce qui cloche (évaluation négative)

Le négatif logique

1. présente des raisons logiques et pertinentes (doivent être invoquées ! ! !) qui soulignent : ce qui est incorrect et erroné ; les raisons de l'échec, les vices de réflexion, le point de vue pessimiste et critique ;

2. évalue les risques d'échecs, les défaillances possibles, les dangers, les erreurs de conception, les erreurs de raisonnement et de méthodes de réflexion (non-correspondance avec les événements du passé, avec la vérité, absence de preuves, de lien de cause à effet, inadéquation aux connaissances et à l'expérience...) ;

3. détermine les possibilités réalistes de réalisation (utilisation positive de la pensée en chapeau noir). Dans ce but, le chapeau jaune devrait toujours être utilisé avant le chapeau noir.

N.B. Le chapeau noir ne se mêle pas d'argumenter. Il tente objectivement de mettre les éléments négatifs sur le tapis (rôle de l'avocat du diable).

La pensée en chapeau jaune (" je juge de façon optimiste que... ")

Pensée positive (évaluation positive) exploratrice et constructive

Positif spéculatif

Couvre la palette positive allant du logique et du pratique aux rêves, visions et à l'espoir

Optimisme raisonnable

Cherche l'efficacité opérationnelle

1. dégage des suggestions, propose des propositions positives concrètes et réalistes (but = efficacité opérationnelle), provoque les événements ;

2. établit un jugement positif, juge, argumente ;

3. construit des propositions qui sont faites pour résoudre un problème et apporter un changement positif ; élabore différents scénarios dont elle choisit le meilleur (profit maximal) ; anticipe l'avenir dans un espoir positif ;

4. explore l'élément positif du risque, l'opportunité, les perspectives d'avenir ;

5. l'aspect spéculatif du chapeau jaune traite aussi des visions : l'exaltation et la stimulation provoquent une vision qui donne son impulsion à la pensée et à l'action ;

6. repère les profits possibles et les valeurs.

La pensée en chapeau vert (" j'imagine ")

Pensée créatrice et latérale

Idée, perception et concept nouveaux

Nouvelle façon d'aborder les problèmes

1. libère du carcan des idées reçus pour créer de nouvelles conceptions au-delà des structures connues et des schémas de perception établis ;

2. formule parfois des paroles provocantes, illogiques (use de la provocation) ;

3. utilise l'humour ;

4. pratique le brainstorming pour décoincer une discussion.

La pensée latérale remplace le jugement (chapeau noir et chapeau jaune) par le mouvement : nous nous servons d'une idée tremplin pour son effet de propulsion, pour aller de l'avant. Une personne portant le chapeau vert a carte blanche pour présenter les idées les plus folles.

Le numéro 54-55 de la revue pour une pédagogie de la morale,

Entre-Vues, est paru en décembre 2002. Outre le dossier commun avec le n°16 de Diotime-L'Agora sur "Morale, éthique et philosophie", on y trouve un article très pertinent d'A. Bouillet sur "L'éducation à la sensibilité : condition de la formation de la personnalité démocratique" et la description de l'opération "Carré de culture, carré de nature", de la fondation 93 sur les expériences de philosophie en SEGPA.

Commandes : coppensmi@infonie.be


(1) Inter Éditions, Paris, 1987.

(2) Op. cit., pp. 40-41.

(3) " Le cours de morale en Belgique francophone dans l'éducation de la citoyenneté ", supplément n° 4 des Cahiers pédagogiques, oct-nov. 1998, pp. 29-30.

(4) Cf. Entre-Vues n° 11, sept. 1991, pp. 10-22.

Diotime, n°17 (01/2003)

Diotime - Belgique : six chapeaux pour penser