Diotime

Les incertitudes, affectives, épistémologiques, éthiques, écologiques, politiques engendrées par la (post- ou l'hyper-) modernité, et le trouble existentiel qui en résulte, se traduisent par une demande sociétale croissante de philosophie. Celle-ci, qui reflète une quête angoissée de sens, est nettement perceptible dans l'écho rencontré par la philosophie dans l'édition et les médias, mais aussi dans l'efflorescence de nouvelles pratiques sociales et scolaires : dans la cité (en France, cafés philosophiques depuis 1992, nouvelles Universités populaires depuis 2002, consultation privée ou en entreprise etc.), et à l'école (notamment dans l'enseignement primaire et avec les adolescents, ou les élèves en difficulté).

Une réflexion s'impose donc aujourd'hui sur la place et le rôle de la philosophie et du philosophe dans la cité et à l'école, sur le fonctionnement de toutes ces formes innovantes que l'on appelle désormais les NPP (Nouvelles Pratiques à visée Philosophique), et sur la façon dont des « praticiens philosophes », professionnels ou amateurs, tentent de les didactiser.

Face au défi jeté à l'homme d'un monde complexe et aléatoire, qui a perdu de sa lisibilité, et où les individus cherchent du sens à leur vie, il est urgent de « rendre la philosophie populaire », comme le souhaitait Diderot, et ce dès le plus jeune âge et dans la cité, rendant accessible à tous le "penser par soi-même", et peut-être une forme de sagesse. On peut regretter, contrairement à d'autres disciplines, la faiblesse en France de la recherche didactique en philosophie. D'où l'intérêt d'un lieu qui rassemble tous les travaux français et internationaux s'inscrivant dans une telle perspective.

L'objectif de la revue Diotime est donc de faire connaître ces nouvelles pratiques de terrain, accompagnées par de nouvelles pratiques de formation liées à ces activités, et un nouveau champ de recherche universitaire. Elle contribue, en donnant la parole à des enseignants, des animateurs, des formateurs et des chercheurs, à alimenter la réflexion sur une nouvelle didactique de l'apprentissage du philosopher.

Dans le prolongement du bulletin de l'ARDAP (Association pour la Recherche en Didactique de l'Apprentissage du Philosopher), qui a mis en réseau de 1994 à 1999 chercheurs et praticiens en France et dans divers pays, la revue a été créée en mars 1999 par le CRDP de de Montpellier. Paraissant tous les trois mois, elle a été publiée sous forme papier jusqu'au numéro 18, et existe depuis sous forme numérique.

Il existe plusieurs rubriques, qui parcourent la diversité du champ, en France comme à l'étranger :

  • Dans la Cité donne la parole par exemple à des acteurs de cafés-philo, des Universités populaires, d'ateliers philosophiques, à des activités philosophiques autour du théâtre, du soin, à des consultants philosophiques…
  • En classe expose des expériences sur le terrain scolaire. Si à l'origine il s'agissait surtout d'innovations dans le cadre de l'enseignement officiel de la philosophie, le champ s'est élargi à la première, au lycée professionnel, à l'éducation civique, etc. Mais depuis quelques années, ce sont les formes inédites de philosophie à l'école primaire et dans les collèges (en particulier les SEGPA) qui ont été de plus en plus abordées.
  • D'autres rubriques traitent de la formation (sa nécessité, son contenu, ses modalités) à ces nouvelles pratiques, ou de la recherche menée (annonce et comptes rendus de colloques, communications, etc.) .
  • Il y a aussi des témoignages, et des réflexions de nature didactique.
  • Informations et publications signale des initiatives associatives, des événements, et rend compte des publications récentes dans ce domaine (avec quelques recensions d'ouvrages).
  • La rubrique International s'ouvre aux autres pays, aussi bien pour informer de l'état de la didactique de la philosophie dans le monde, que pour signaler les pratiques les plus innovantes qui émergent. Il y a d'ailleurs depuis le numéro 33 des articles en anglais et espagnol.

Tous les numéros et les articles publiés depuis le numéro 10 sont en ligne sur le site, et référencés par mots, thèmes, pays, auteurs, pays, date et numéro : un outil très utile pour se repérer dans le foisonnement des publications.

L'abonnement à la revue est payant. Trois années après leur parution en ligne, les articles peuvent être consultés gratuitement.

  • Rédacteur en chef :
    • Michel Tozzi, professeur émérite des Universités à Montpellier 3
  • Directeurs de publication :