En classe

Travail sur l'écriture en terminale littéraire

Catherine Goin, professeur de philosophie au Lycée du pays de Retz (Loire Atlantique)1

Parti pris de départ: afin que ce travail puisse s'insérer dans le temps hebdomadaire imparti à la philosophie, j'écarte tout projet d'écriture longue pour lui préférer ce que l'on pourrait appeler l'écriture du fragment (le fragment le plus expansé étant le format dissertation).

Objectifs :

- Contribuer à changer la situation des élèves face à l'écriture philosophique, pour qu'ils puissent au cours de multiples écritures / réécritures, acquérir des compétences textuelles transférables.

- Ouvrir pour l'élève un espace de construction de son image de soi, de son rapport au monde et à autrui. L'écriture est utilisée comme mise en scène d'un sujet en construction, qui vient servir le traitement des notions du programme de philosophie et des concepts liés.

Comment ?

En amorçant une familiarité plus grande de l'élève avec l'écriture, en le plaçant dans l'état d'esprit suivant :

- " Écrire c'est possible ".

- L'atelier d'écriture est un moment suspendu, hors des contraintes ordinaires.

- Éprouver la satisfaction d'avoir produit quelque chose dans la journée, à quoi l'on ne s'attendait pas du tout.

- Se décentrer par rapport au travail : ne plus être englué dans les difficultés, mais trouver des solutions pour les déplacer.

- Se jeter plus vite à l'eau, " oser " commencer sans être paralysé par la question " par où commencer ? ".

- Prendre conscience de son usage approximatif des mots et tenter d'y remédier.

- Aborder toute production écrite comme un projet à mener et non comme une norme scolaire formelle à satisfaire.

- Et peut-être au-delà amorcer une aventure autour de l'écriture avec les élèves.

Exemples pris dans le cycle sur les notions

Premier thème : la Mort

1- La fresque et le bain de mots (10 minutes)

À partir du thème la mort, chacun doit trouver, très rapidement, des mots et expressions liés à ce thème :

- synonymes

- contraires

- métaphores ou images (5 minutes)

Puis chacun va écrire ses mots sur une fresque affichée, selon ce classement (5 minutes).

2- Faire fructifier ce stock de mots (20 minutes)

Première mise en forme : chacun doit écrire une maxime, un aphorisme, ou énoncer une thèse, ou formuler une question, retrouver une citation réelle ou inventer une citation fictive, attribuée à un " personnage " (10 minutes).

Ensuite affichage de ces fragments et lecture croisée (5 minutes).

3- Pillons les philosophes (20 minutes)

Lecture d'une boîte à outils philosophiques, avec des citations, de courts passages (10 minutes).

S'en servir comme matrice formelle : réécriture des fragments choisis à partir de la boîte à outils.

Affichage des fragments et lecture croisée.

4- Voyager parmi les fragments (25 minutes)

Prélever les fragments qui vous intéressent, vous posent question, vous font penser plus loin (5 minutes).

En groupe de trois personnes, écrire un texte attestant que le voyage a eu lieu, qui reprenne (en les réécrivant éventuellement) tous les fragments choisis par chacun des membres du groupe. Il s'agira :

- d'un texte individuel ;

- d'un texte plus long impliquant un changement d'échelle par rapport aux fragments et la nécessité d'une mise en structure et d'une composition du texte, préparée par l'écriture du texte collectif précédent ;

- d'explorer divers types de textes philosophiques ;

- de confronter et de tisser notre propre écriture philosophique avec celle d'auteurs philosophiques.

4- Explorer la diversité de l'écriture philosophique (40 minutes)

Les différents genres ou types de textes philosophiques : la lettre, le dialogue, la méditation, l'aphorisme, le traité, les pensées, le discours, la somme, le conte, le poème, les maximes, le manuel, l'article, la conférence, le journal, les miettes, l'essai, le dictionnaire, le pamphlet, le cours, l'opuscule, le mythe, le commentaire, la dissertation, les réponses aux objections, les confessions, le sermon, le contrat etc.

Aller chercher des exemples représentatifs de ces genres dans le rayon philosophie du CDI (10 minutes).

En groupes de trois, on analyse les caractéristiques d'un de ces genres sous trois angles (en partant d'un ou plusieurs exemples) (30 minutes) :

1. les conditions qui le déterminent : moment, circonstances, insertion dans une tradition ou pas ;

2. le projet d'écriture et d'interlocution dans lequel il se situe : destinataire, visée du texte ;

3. les règles et outils d'écriture qu'il implique. Essayer de donner quelques codes d'utilisation du genre.

5- D'autres ont écrit avant nous (15 minutes) :

Chacun reçoit un texte sur le thème la mort, a dix minutes pour le lire.

Puis il en extrait une phrase ou un paragraphe qu'il lira ensuite aux autres et affichera.

6- Ecrire un texte personnel (30 minutes)

Chacun écrit un texte personnel qui prolonge librement le travail d'écriture fait jusqu'ici, et qui prendra place dans notre anthologie sur la mort.

Trois exigences : choisir un des genres décrits, le mettre sur traitement de texte et laisser de la place autour du texte pour un re-travail ultérieur.

7- Lecture critique et réécriture (35 minutes)

Les textes individuels écrits dans la phase précédente sont ensuite répartis dans des groupes de trois ou quatre personnes qui vont en faire une lecture critique et proposer des consignes de réécriture à chaque auteur - comme peut le faire un comité de rédaction de revue (20 minutes).

Puis chacun réécrit son texte à partir de ces consignes (15 minutes)

Deuxième thème : la philosophie

À partir du sujet de dissertation : Peut-on reprocher à la philosophie d'être inutile ?

L'objectif de ce dialogue est de travailler l'argumentation en tant qu'elle est nécessairement dialogique. Il s'agit en partant de la forme même du dialogue, de la transformer en lettre, pour ensuite aboutir à la dissertation. Penser c'est penser avec ou contre les autres.

1) Écriture d'un dialogue

Rappel notionnel : discuter / dialoguer

Groupes de trois-quatre (45 minutes).

- Imaginer une situation dans laquelle plusieurs personnes peuvent être amenées à dialoguer autour de la question : Peut-on reprocher à la philosophie d'être inutile ?.

- Imaginer des personnages.

- Écrire un dialogue. Consigne d'écriture : " Faites en sorte que les répliques s'enchaînent bien, et ne soient pas simplement juxtaposées ".

2) Jouer ce dialogue

- Ceux qui jouent : le faire assez lentement et de façon vivante. Ne pas " lire " son texte.

- Ceux qui écoutent : noter ce à quoi vous n'avez pas pensé.

3) Écrire une lettre

Ecriture individuelle.

Situation : le ministère de l'éducation nationale décide de supprimer la philosophie des programmes scolaires. Vous décidez d'envoyer une lettre au courrier des lecteurs du Monde, pour réagir à cette décision.

Préparation (10 minutes) :

- Choisir une position, un point de vue à défendre dans cette lettre.

- Déterminer alors à qui vous vous adressez, et contre qui il faut défendre votre point de vue.

- En quoi cela doit-il déterminer ce que vous allez écrire ?

Ecriture (20 minutes) : " Composez votre argumentation en commençant par " Imaginons un monde sans philosophie "... "

4) À l'issue de ces trois étapes rédigez un bilan (15 minutes) :

- Quels sont les points forts de votre argumentation ?

- Qu'est-ce qui reste à travailler ?

- Avez-vous clairement distingué : inutile / sans intérêt / sans effet... Sinon, essayez de le faire.

- Cela éclaire-t-il la question : Peut-on reprocher à la philosophie d'être inutile ?

5) Combler les insuffisances repérées (à la maison).

- Travailler le chapitre consacré à la philosophie dans votre manuel.

- Rédiger une fiche de synthèse, reprenant tous les éléments que vous retenez.

6) Formuler les enjeux et composez un plan détaillé pour ce même sujet (à la maison)

- À partir de toutes les étapes précédentes, formuler les enjeux du sujet Peut-on reprocher à la philosophie d'être inutile ?

Composer un plan de dissertation détaillé, et le rédiger au propre.


(1) Pour une réflexion de fond, voir son article dans le n°9 de Diotime l'Agora. Pour d'autres types d'exercices, se reporter à : Tozzi M., Diversifier les formes d'écriture philosophique, CRDP Languedoc-Roussillon, 2000.

Diotime, n°22 (07/2004)

Diotime - Travail sur l'écriture en terminale littéraire