Le réseau Canopé Le portail educ-revues
 
Diversité

II.c) Scolarisation : Gens du voyage

Dispositif de scolarisation des enfants du Voyage - Haute-Saône

Jean-Pierre Pheulpin, Coordonnateur départemental IA 70 / Casnav, président de l'ASET Franche-Comté, Lure - www.gensduvoyage70.fr - ecole.enfants-voyage@ac-besancon.fr - gensduvoyage70@gmail.com

Le dispositif de scolarisation des enfants du Voyage est le fruit d'un travail collectif du groupe "Gens du voyage 70" qui a fédéré tous les acteurs associés aux Gens du voyage dans le département de la Haute-Saône. La Haute-Saône est l'un des quatre départements de l'académie de Besançon. Les principales villes sont de petites tailles et ce département est fortement rural. La scolarisation des enfants du Voyage concerne désormais un peu plus de 300 élèves de 3 à 16 ans, chaque année.

Ces élèves sont surtout des enfants de familles tsiganes. Une minorité d'enfants est issue de familles foraines d'origine sédentaire. De nombreuses familles sont mixtes composées de Tsiganes et de forains d'origine sédentaire. La population des Gens du voyage dans notre département est constituée de quelques sédentaires, de nombreux semi-sédentaires et de grands voyageurs. Tous ont un lieu habituel de stationnement quand ils fréquentent le département.

Une majorité pratique un mouvement quasi-permanent entre Vesoul, Lure et Luxeuil. De nombreuses familles, en plus de ce mouvement permanent, se déplacent dans les départements limitrophes. Les raisons des déplacements sont familiales, économiques ou provoquées par le simple désir de changer de lieu. Les grands voyageurs se déplacent surtout vers la région parisienne en hiver et vers le sud en été pour des raisons essentiellement économiques.

UN CONSTAT ALARMANT

Plus d'une trentaine d'écoles sont concernées par l'accueil des enfants du Voyage. Trois collèges commencent à accueillir massivement les ados inscrits au Cned, et un collège scolarise six élèves à temps plein. En 2002, on ne recensait qu'une soixantaine d'enfants du Voyage et uniquement dans le 1er degré.

Comment étaient-ils suivis dans leurs apprentissages ? Quel était leur niveau d'acquisition ? Il était bien difficile de le savoir car aucun d'entre eux ne disposait de livret scolaire ou de simple fiche de suivi. Une campagne d'évaluation était organisée avec des outils spécifiques et adaptés aux enfants du Voyage. Ces outils furent créés par des professeurs spécialisés en aide pédagogique, à savoir les enseignants des camions-écoles et le coordonnateur départemental de l'IA 70.

Le constat fut alarmant. En sortant de l'école, 60 % des enfants du Voyage ne savaient ni lire, ni écrire, ni compter, ou n'avaient acquis que quelques rudiments. Les 40 % restant avaient tout au plus un petit niveau de cycle 2. Il fallait créer des outils pédagogiques adaptés à la situation particulière des Voyageurs pour répondre à la demande des enseignants souvent démunis face à des élèves qui ne font que passer... Et, bien évidemment, unir les forces de terrain afin de changer cette situation ! Le groupe de travail Gens du voyage 70 allait naître.

C'est ainsi que sur le département, trois types de référents allaient devenir les moteurs de la scolarisation des enfants du Voyage, associant l'Éducation nationale et l'enseignement privé sous contrat, les actions associatives sur les plans éducatifs et sociaux. Tout d'abord le coordonnateur pour la scolarisation de l'IA 70 qui assure relations et médiations entre les partenaires et les Voyageurs organise les formations des enseignants et travailleurs sociaux, veille à l'accueil et au suivi des élèves en collaboration avec les écoles. Il est le référent départemental conformément à la circulaire d'avril 2002. Il enseigne également et est fortement présent sur le terrain, les écoles, collèges, les aires de stationnement, ainsi que sur les terrains familiaux.

LES CAMIONS-ECOLES

Le second moteur de la scolarisation est constitué par les antennes scolaires mobiles de l'ASET, les camions-écoles, qui assurent un dispositif passerelle pour les enfants de 3 à 5 ans et les ados de 12 à 16 ans. Les enfants de 6 à 12 ans sont systématiquement orientés sur les écoles de secteur. Deux enseignants sillonnent le département au volant de ces antennes mobiles. Ils représentent un lien fort entre les enfants du Voyage et les écoles. Ils sont le véhicule du cheminement de l'aire de stationnement à l'école de secteur.

Enfin, troisième moteur de scolarisation, les travailleurs sociaux et les bénévoles de l'Association franc-comtoise des Gens du voyage et gadjé organisent et suivent les activités périscolaires, participent aux montages des dossiers d'inscription au Cned et interviennent auprès des familles afin qu'elles scolarisent leurs enfants régulièrement. Une forte volonté de travail concerté émanent des différents acteurs donne toute la cohérence à ce dispositif associant la scolarisation et le social. Le groupe Gens du voyage 70 est le fruit de cette collaboration active et donne leurs sens aux objectifs communs à atteindre dans le respect des droits et devoirs de chacun. Ce dispositif actif est reconnu par tous : Voyageurs et sédentaires, associations, organismes et institutions. Désormais, les Gens du voyage identifient clairement chaque référent et son domaine d'intervention et savent que tous les problèmes pouvant survenir seront traités par celui qui est le plus apte à les aider ou sera relayé vers un autre référent compétent.

Ce dispositif est également reconnu pour ses actions de formation en direction des équipes pédagogiques de plus d'une trentaine d'écoles en Haute-Saône, une vingtaine d'autres écoles de l'académie, des travailleurs sociaux et des bénévoles de la lutte contre l'illettrisme. Plusieurs collèges envisagent de demander une formation pour l'ensemble du personnel de l'établissement. Des actions de formations et d'information ont également été conduites dans d'autres régions ou départements de France.

PEDAGOGIE, CULTURE ET SOCIAL

Toutes ces formations associent pédagogie, culturel et social. Les outils pédagogiques spécifiques et adaptés facilitant l'accueil, l'évaluation et le suivi des enfants du Voyage sont expédiés sur demande des enseignants dans toute la France depuis 2005. Ces outils sont également utilisés par des associatifs dans des activités périscolaires et pour des adultes voyageurs qui apprennent à lire. De nombreuses institutions, collectivités ou organismes soutiennent le groupe de travail.

Ce dispositif, s'installant en douceur depuis 2002, ne pouvait que donner des résultats assez rapidement en terme de scolarisation des enfants du Voyage. De 2002 à 2007, les effectifs d'enfants du Voyage scolarisés ont quintuplé, passant de 62 recensés à 307 en juin 2007. Le transfert des tchavé1scolarisés par l'ASET dans ses camions-écoles s'est opéré en direction des écoles de secteur. Tout d'abord en douceur en 2003 et 2004 et ensuite massivement à partir de 2005. Cette évolution massive des effectifs scolarisés dans le 1er degré prend en compte le mouvement important en direction des écoles maternelles.

On constate en effet que non seulement le transfert des effectifs de maternelle s'est bien opéré de l'ASET vers les écoles de secteurs, mais aussi que de nouveaux élèves fréquentent de plus en plus jeunes les camions-écoles. En 2007, l'effectif en maternelle approchait la centaine d'élèves en globalisant les inscrits des camions et ceux des écoles.

Les débuts en maternelle des enfants du Voyage ont été facilités par l'organisation de visites d'écoles et l'invitation des mères à des fêtes scolaires. Les mères ont découvert un univers inconnu pour la plupart d'entre elles.

Pour les 6 à 12 ans, le transfert s'est opéré de l'ASET vers les écoles de secteur et de plus le mouvement qui a été lancé en direction d'une scolarisation massive de tous les enfants du Voyage, y compris ceux de passage pour quelques jours seulement. 2005 a été une année charnière dans le dispositif qui prenant de l'ampleur et de la cohérence a pris une véritable dimension de confiance avec les Gens du voyage. La presse régionale a largement salué ce dispositif et ses résultats.

LE SECOND DEGRE

Dans le second degré, tous les ados fréquentaient uniquement les camions-écoles jusqu'en 2004. En 2005, les premiers enfants du Voyage entraient au collège à temps plein, en 2006 le groupe Gens du voyage 70 invitait les parents voyageurs à inscrire massivement leurs enfants au Cned. Le but de ces inscriptions massives était d'initier doucement un suivi des apprentissages jusqu'à l'âge de 16 ans. L'automne 2006 a vu les premières rencontres entre le groupe de travail, trois collèges et le Cned pour signature de conventions d'accueil des enfants du Voyage inscrits à cet institut. En 2007, le dispositif était opérationnel dans un collège et remportait un succès notoire avec un taux d'assiduité de près de 50 % pour la première année. En 2008, trois collèges accueillent désormais les ados du Voyage, l'effectif possible est de 86 élèves. Plus aucun ado ne fréquente les camions-écoles sans fréquenter le collège au moins une demi-journée par semaine pour une aide aux devoirs du Cned. Les familles ont téléphoné dès septembre pour savoir quand se ferait la rentrée des enfants après inscription au Cned. Un collège propose depuis cette année une journée complète avec quatre intervenants différents, la possibilité de fréquenter la cantine, le CDI, la salle informatique et de pratiquer des activités culturelles ou sportives. Quelques ados ont déjà opté pour cette formule, le mouvement est amorcé.

Le dispositif collège/Cned/Aide à la scolarisation des enfants tsiganes est piloté par le chargé de mission de l'IA 70 et du Casnav. Le groupe Gens du voyage 70 encourage et aide les Voyageurs à renseigner les dossiers d'inscription au Cned, propose quand c'est possible l'inscription à plein temps ou avec des aménagements au collège. Le chargé de mission et les enseignants de l'ASET évaluent les enfants avant leur inscription afin qu'ils reçoivent des cours adaptés au mieux à leur niveau. Ces trois enseignants, assistés d'une personne membre de l'ASET, gèrent le calendrier des travaux à renvoyer à l'institut, assurent les cours, proposent des parcours individualisés aux élèves. Un des objectifs induits par ce dispositif est de sortir les enfants du Voyage de leur isolement et de leur faire découvrir un univers méconnu des Voyageurs, le collège, lieu de tous les dangers, cliché véhiculé dans leur communauté.

Le bilan de fonctionnement de l'ensemble du dispositif fait apparaître que le taux de scolarisation dans le 1er degré est près des 100 %, deux ou trois familles seulement ont encore des difficultés à scolariser leurs enfants pour des raisons de non-fréquentation des aires, de l'errance et des expulsions. Dans le second degré, ce taux est de plus de 90 %. Tous les enfants du Voyage ne sont pas encore prêts à une pratique de scolarisation jusqu'à 16 ans et il faudra encore quelques années pour que tous les ados soient scolarisés. Pour le 1er degré : la fréquentation et l'assiduité sont très bonnes en élémentaire et en très forte augmentation en maternelle. Pour le second degré : les élèves inscrits en collège fréquentent sans aucune absence et obtiennent de bons résultats.

La première adolescente du Voyage entrera au lycée en septembre 2009 ! Pour les inscrits au Cned, l'assiduité reste relative car liée au voyage et sans suivi hors du département. Le niveau scolaire des enfants du Voyage s'améliore d'année en année dans le premier degré. En ce qui concerne le second degré, de plus en plus d'enfants du Voyage ont un niveau acceptable pour accéder au collège. Pour les inscrits au Cned, il subsiste des difficultés que l'assistance de la convention avec les collèges ne peut régler seule.

La cohérence du dispositif associant l'éducation nationale, l'enseignement privé, l'action associative militante et sociale a permis de gagner la confiance des Gens du voyage. Cette confiance partagée conduit les Voyageurs à contacter le groupe Gens du voyage 70 pour tous les problèmes liés à la scolarisation. Des demandes émanant des Gens du voyage nous parviennent de tous les départements français pour des médiations, des réexpéditions de devoirs du Cned et des conseils. En 2008, les Voyageurs sont venus des régions voisines pour inscrire leurs enfants au Cned.

CE QUI RESTE A RESOUDRE

Dans le premier degré où les passages incessants et de durées variables ne sont pas suffisamment pris en compte par l'administration dans les effectifs. Le passage des enfants du Voyage provoque dans certaines écoles un surcroît de travail important pour les enseignants, en particulier à l'occasion des grands mouvements annuels (Toussaint, Pâques, vendanges).

Par ailleurs, la plupart des aires de stationnement sont très éloignées des écoles et collèges et les bus de ramassage scolaire, à une ou deux exceptions près, ne s'arrêtent pas à proximité. Les inscrits au Cned et fréquentant les dispositifs passerelles ne peuvent emprunter les bus des collèges car la double inscription n'est pas reconnue. Les inscrits au Cned et fréquentant les dispositifs passerelles ne bénéficient pas des tarifs subventionnés comme les autres collégiens, ni de la gratuité des manuels scolaires. Seul le bon vouloir des conseils d'administration des collèges sous l'impulsion de principaux motivés permet de contourner le problème.

L'enseignement par correspondance par le Cned est la seule réponse officielle à l'itinérance. Elle permet surtout d'obtenir un certificat de scolarité, mais certainement pas de progresser si l'adolescent voyageur ne dispose d'aucune aide associative ou familiale. Les problèmes posés par cet enseignement sont nombreux...

Il existe une réelle inadéquation entre les apprentissages proposés par le Cned aux Voyageurs et leurs attentes. Pour une majorité de Gens du voyage, lire, écrire, compter constituent l'objectif final des apprentissages. Pour les sédentaires, il s'agit d'un point de départ à d'autres apprentissages. Le projet désormais en cours, initié par le Casnav de Besançon, consiste à adapter le dispositif Gens du voyage 70 aux autres départements de l'académie en prenant en compte les réalités locales.


(1) Enfants, en manouche.

Diversité, n°159, page 125 (09/2009)

Diversité - Dispositif de scolarisation des enfants du Voyage - Haute-Saône