Le réseau Canopé Le portail educ-revues
 
Diversité

Bibliographie

Les enjeux de l'apprentissage de la langue française (bibliographie)

Serge Goffard, linguiste

Retour vers les repères pouvant servir à dégager les questions pertinentes, en échappant aux modes simplistes.
Les problèmes posés par les échecs dans l'acquisition du langage sont loin d'avoir trouvé leurs solutions. Pourtant, il est possible de ne pas se résigner. Sans nourrir d'illusions...

    OUVRAGES

  • ABDALLAH-PRETCEILLE Martine, Former et éduquer en contexte hétérogène.?Pour un humanisme du divers, Paris, Anthropos, coll. "Exploration interculturelle et science sociale", 2003.
    En comparant plusieurs expériences (Québec, Italie, Allemagne, Grande-Bretagne, Belgique), l'auteur montre qu'une relation éducative peut être mise en place dans un monde culturellement divers et hétérogène. On peut compléter cette lecture avec : Marie-Hélène Éloy, Martine Abdallah Pretceille, Abdeljalil Akkari et al., Les Jeunes et les Relations interculturelles : rencontres et dialogues interculturels, Paris, L'Harmattan, coll. "Villes plurielles", 2004.
  • ARTIS Jean-Paul, "Apprentissages scolaires, activités cognitives et symbolisation des adolescents dits psychotiques" ["Academic learnings, cognitive activities and symbolization in adolescents said to be psychotic"], Psychologie & Éducation, 1995, no 20, pages 11-35 (Association française des psychologues scolaires, Dourdan, France).
    Comment travailler utilement dans une institution d'éducation spécialisée pour adolescents souffrant de troubles pathologiques graves ? Ces adolescents peuvent-ils apprendre ? L'auteur propose d'analyser les symptômes comme des modes spécifiques de symbolisation propres à chaque individu. Les psychotiques ont alors une personnalité, dont les façons de construire du sens éclairent la compréhension du langage en général.
  • BAKHTINE Mikhaïl, Esthétique de la création verbale, Paris, NRF Gallimard, coll. "Bibliothèque des idées", 1984.
    Ce n'est sans doute pas un hasard si ce livre est devenu pratiquement introuvable. Il contient, en effet, une étude, plus que cinquantenaire, sur "Les genres du discours" (pages 263 à 308). L'auteur innove, en ce qu'il dresse un panorama analytique des usages du langage, qu'ils soient oraux ou écrits, dans toutes les sphères de l'activité humaine. Tous ces usages prennent leur sens d'être en relation les uns avec les autres, se construisant dans les échanges entre les hommes. Bakhtine a montré ainsi que le langage est un moyen d'interaction humaine et a théorisé le dialogisme.
  • BERNSTEIN Basil, Langage et Classes sociales. Codes socio-linguistiques et contrôle social, Paris, Minuit, coll. "Le sens commun", 1975.
    En 1971, Basil Bernstein rassemble différents articles concernant les différences de réussite et de comportements des jeunes Anglais, considérant l'échec scolaire aussi bien que la délinquance. Réfutant les théories du destin génétique, il propose de s'intéresser aux usages du langage par les différents groupes sociaux. On peut lire, page 260, cette invitation, qui reste innovante : "Pour que la culture du maître devienne partie intégrante du monde de l'enfant, il faut d'abord que la culture de l'enfant soit partie intégrante du monde du maître. Peut-être faudrait-il, pour cela, que le maître comprenne le parler de l'enfant plutôt que d'essayer arbitrairement de le changer."
  • DASEN Pierre R. (éd.), PERREGAUX Christiane (éd.), AKKARI Abdeljalil et al., Pourquoi des approches interculturelles en sciences de l'éducation ?, Bruxelles, De Boeck-Wesmael, coll. "Raisons éducatives", 2002.
    Une équipe de l'université de Genève propose une revue analytique des approches interculturelles en sciences de l'éducation. Les aspects scolaires et parascolaires, la formation des enseignants et de leurs partenaires sont ainsi scrutés.
  • FRANÇOIS Frédéric, Pratiques de l'oral, Paris, Nathan, coll. "Pédagogie", 1993.
    L'auteur s'est ici attaché à comprendre comment le sens vient au langage, particulièrement quand il s'agit de l'apprentissage du langage par des enfants. Loin de prétendre apporter des réponses aux questions que cet apprentissage pose, il les éclaire, leur ouvre des perspectives, en montre la diversité des implications. Le langage devient alors dialogue, échange, "ouverture d'un espace de jeu et plus spécifiquement comme multiplicateur d'imaginaire". Bref, pour acquérir le langage, il ne suffit pas d'apprendre des mots.
  • GOFFMAN Erwin, Les Rites d'interaction, Paris, Minuit, coll. "Le sens commun", 1974.
    Comment vivre ensemble, dans tels et tels moments, et dans tels et tels endroits ? Comment se construisent la confiance, l'embarras, la défiance, la perturbation, le conflit, la délinquance, la folie ? L'auteur a étudié situations et lieux, dans leurs relations au langage, pour arriver à la proposition qu'il existe des rituels pour les interactions, sans lesquels les sociétés humaines sombreraient dans la violence.
  • LABOV William, Le Parler ordinaire. La langue dans les ghettos noirs des États-Unis, Paris, Minuit, coll. "Le sens commun", 1978.
    En 1972, Labov publie le résultat de ses recherches sur l'anglais des Afro-Américains. Il montre qu'il s'agit d'une façon de penser et d'agir, différente mais comparable aux autres façons de parler, lire et écrire en anglais. En 1997, il rappelle devant la commission du Sénat américain enquêtant sur les questions soulevées par l'Ebonic (Black English ["anglais noir"], que l'Oakland Unified School District Board of Education a décidé d'enseigner), que certains groupes construisent leur langue de façon différente d'autres groupes. Reconnaître ces propriétés différentes le conduit à s'interroger sur la façon d'affronter la situation désespérée des écoles des ghettos. Désespérée en 1972, et aujourd'hui... Labov a-t-il été entendu ?
  • LAHIRE Bernard, Tableaux de familles. Heurs et malheurs scolaires en milieux populaires, Paris, Gallimard/Le Seuil, coll. "Hautes études", 1995.
    Alors que ces enfants semblaient promis à un destin, voilà qu'ils y ont échappé. Comment ont-ils/elles pu échapper à la fatalité sociologique ? L'auteur a suivi et analysé les trajectoires de ces enfants pour essayer de comprendre comment des identités inattendues avaient pu être construites. Les acteurs sociaux peuvent écrire leurs rôles.
  • PETIT Michèle, Une enfance au pays des livres, Paris, Didier Jeunesse, coll. "Passeurs d'histoires", 2007.
    Le regard d'une anthropologue sur ses parcours personnels. Où lire n'est pas seulement une technique, mais surtout un processus d'humanisation par l'ouverture au monde.
  • SAUSSURE Ferdinand de, Cours de linguistique générale, Paris, Payot, coll. "Grande bibliothèque", 1995 [1re édition 1913].
    Ce livre, fondateur de la linguistique moderne, peut être lu par tous. On y trouve exposés les concepts fondamentaux d'une théorie du langage. L'auteur y montre comment la langue est structurée mais est, aussi, une institution sociale. Saussure est souvent réduit à l'opposition "signifiant/signifié"; c'est oublier ses analyses sur la construction sociale et conventionnelle du sens. Le (re)lire sous cet angle permet d'ouvrir quelques sujets de réflexion.
  • STEINER George, Langage et Silence, "Bibliothèques 10/18", 1999 [1re édition 1969].
    L'auteur pose plusieurs questions très importunes. Le langage ne sert-il qu'à communiquer ? A-t-on besoin de penser ? Pourquoi ne pas se passer des grands écrivains, si ennuyeux ? Un livre précieux, qui sucite des débats toujours nécessaires que beaucoup aimeraient occulter pour le plus grand bien de la "culture de masse".
  • VAN ZANTEN Agnès, "Une discrimination banalisée ? L'évitement de la mixité sociale et raciale dans les établissements scolaires", in Didier Fassin et Éric Fassin, De la question sociale à la question raciale ? Représenter la société française, Paris, La Découverte, 2006.
  • VAN ZANTEN Agnès, GROSPIRON Marie-France, "Les carrières enseignantes dans les établissements difficiles : fuite, adaptation et développement professionnel", VEI-Enjeux, n° 124, 2001.
  • VYGOTSKY Lev Semionovitch, Pensée et Langage, Paris, La Dispute, 1997.
    Ce livre, publié en 1934, après la mort de l'auteur, a été rapidement interdit par les autorités staliniennes. Lorsque Jean Piaget le découvre dans la traduction américaine condensée de 1962, il salue son contemporain comme un chercheur fondateur. Vygotsky a étudié le développement de l'enfant et est parvenu à la conclusion que ce développement procède du social vers l'individuel. Cette critique des premiers travaux de Piaget, dense et touffue, n'est pas d'un abord facile. Mais, découvrir comment pensée et langage, d'abord progressant en parallèle, se rejoignent pour devenir inséparables mérite bien quelques efforts. Voir aussi : Yves CLOT, Avec Vygotsky, Paris, La Dispute, 2002.
  • ARTICLES

  • "L'éducation dans un monde multilingue", Enfants d'Europe, n° 12, printemps 2007 (association Le Furet, 6 quai de Paris, 67000 Strasbourg).
  • "Outils pédagogiques interculturels : un inventaire sélectif de bons exemples dans l'Union européenne", Université de Gand, Centre pour l'éducation interculturelle, 1997.
    En 1994, l'Union européenne projetait la "production d'une banque de données européenne de matériels éducatifs interculturels". L'ouvrage présente et évalue 148 outils d'enseignement ayant des objectifs interculturels.
  • REVUES

    Des revues donnent leur place aux questions du langage et aux débats les concernant. À retenir :

  • Les Cahiers pédagogiques, 10, rue Chevreul, 75011 Paris www.cahiers-pedagogiques.com
  • Langues et Cité, DGLF, 6, rue des Pyramides, 75001 Paris.
  • Repères, INRP, Service des publications, 19, allée de Fontenay, BP 17424, 69347 Lyon cedex 07. www.inrp.fr/INRP/publications/revues/reperes
  • Le Français aujourd'hui, AFEF, 5, place de l'Église, 86170 Avanton. www.afef.org/blog/index.php?Revue-le-francais-aujourd-hui

Diversité, n°151, page 211 (12/2008)

Diversité - Les enjeux de l'apprentissage de la langue française (bibliographie)