Le réseau Canopé Le portail educ-revues
 
Diversité

II. Questions d'enseignement

Le programme "Réussite pour tous" de la Région Île-de-France

Anne-Christine LANG et Jacques BONNISSEAU sont chargés de mission "Réussite pour tous" à la Direction des politiques éducatives et à la Direction de l'équipement de la Région Île-de-France.

En 1999, environ 60 000 élèves en France sortaient du système éducatif sans aucune qualification, dont environ 12 000 en Île-de-France.

Les pouvoirs publics, chargés d'apporter des solutions à ces milliers de jeunes que le "système" a laissés sur le bord de la route, ne pouvaient se limiter à un constat d'impuissance devant ces chiffres inacceptables.

Convaincue que seule une collaboration renforcée entre l'État et les collectivités locales permettrait d'apporter des solutions à ces jeunes, la Région Île-de-France proposait, dès 2000, aux académies de Paris, de Créteil et de Versailles, de lancer le programme "Réussite pour tous". Une charte signée en 2002 était reconduite en 2005 entre ces partenaires auxquels s'était jointe la Direction régionale et interdépartementale de l'agriculture et de la forêt d'Île-de-France (DRIAF).

Conçu pour prévenir le décrochage et l'abandon scolaire, permettre le raccrochage et la construction d'un projet personnel et professionnel, ce programme a été mis en place en étroite collaboration avec les missions générales d'insertion de l'Éducation nationale.

Il s'adresse à des jeunes, âgés pour la plupart de 16 à 18 ans, souvent scolarisés en lycée professionnel. Leur parcours scolaire a souvent été chaotique et leur orientation subie plutôt que choisie ; très souvent, leur insuffisante maîtrise de la langue française, orale et écrite, constitue un handicap pour un parcours scolaire réussi. Confrontés à ces difficultés, ces jeunes peinent à trouver une motivation dans leurs études et à construire un projet professionnel ; ils deviennent alors absentéistes chroniques puis décrocheurs.

Les actions mises en place

Les projets des établissements peuvent prendre des formes diverses, selon les contextes et les objectifs des équipes éducatives : ateliers de maîtrise de la langue, notamment "français langue étrangère et français langue seconde", groupes d'écoute et de parole, ateliers de mobilisation, groupes d'expression et de communication pour une restauration d'une image positive de soi, atelier d'écriture, atelier d'aide au travail personnel, organisation d'un accueil personnalisé en seconde... Dans la plupart des cas, les équipes pédagogiques font appel à des intervenants extérieurs pour enrichir le projet.

S'agissant des ateliers linguistiques et de remobilisation notamment, l'originalité du dispositif réside dans le fait que les lycéens peuvent bénéficier des prestations des organismes de formation continue pour répondre à un besoin non couvert en formation initiale. Il s'agit de construire du "sur mesure" et d'aller vers une plus grande individualisation des parcours et des prises en charge.

Les élèves se rendent alors sur les plates-formes des organismes pour des cours de français langue étrangère/français langue seconde (FLE/FLS), une ou deux demi-journées par semaine par exemple. Les formateurs peuvent également se rendre dans les établissements.

Il existe également des structures de rescolarisation (huit au total) qui accueillent à temps plein des jeunes décrocheurs avec des projets pédagogiques spécifiques.

Depuis quelques années, le programme "Réussite pour tous" a évolué et s'est élargi. Au-delà de la prévention du décrochage et de la reprise d'une scolarité pour les élèves décrocheurs, il concerne aujourd'hui plus largement le soutien à la réussite des élèves défavorisés. Ainsi, des projets de plus en plus nombreux s'attachent à réduire le taux de redoublement en 2nde, qui atteint parfois 30 % en Île-de-France. Dans le même esprit, des établissements ont élaboré des projets pour permettre de restaurer l'ambition dans les lycées défavorisés et de permettre aux jeunes qui y sont accueillis de dépasser l'autocensure dont ils sont victimes et d'accéder à l'enseignement supérieur, y compris dans les filières les plus sélectives.

Le programme "Réussite pour tous" compte aujourd'hui environ cent vingt projets, dans quatre-vingt-dix lycées d'Île-de-France.

Qu'ils appartiennent à l'Éducation nationale (chefs d'établissement, enseignants, conseillers principaux d'éducation, infirmières scolaires ou assistantes sociales) ou qu'ils viennent de l'extérieur (organismes de formation, psychologues, artistes, associations), les différents partenaires contribuent, par leurs compétences diverses et complémentaires, à enrichir le programme et à le faire évoluer.

C'est en effet dans la pluralité des approches, des compétences, des regards que réside l'originalité du programme "Réussite pour tous" et sans doute, aussi, son efficacité.

En 2005, le nombre d'élèves sortis sans qualification du système scolaire était descendu à 8 000 en Île-de-France. Ce chiffre est, bien sûr, encore beaucoup trop élevé, mais le succès remporté par les dispositifs de prévention du décrochage en cours de scolarité en général, et par le programme "Réussite pour tous" en particulier, nous conforte dans l'idée que la solution passe par une collaboration accrue entre tous les partenaires, parmi lesquels les collectivités territoriales jouent un rôle déterminant.

Diversité, n°151, page 127 (12/2008)

Diversité - Le programme "Réussite pour tous" de la Région Île-de-France