Le réseau Canopé Le portail educ-revues
 
Diversité

I. Espèces d'espaces

Le territoire : un objet géographique pertinent en matière d'éducation

Hervé GUMUCHIAN, Professeur émérite à l'université de Grenoble, laboratoire Territoire UMR PACTE

Le terme "territoire" en raison de sa polysémie et son succès dans nombre de domaines de la vie quotidienne, exige un minimum de rigueur dans sa définition. L'utilité de ce concept en matière de réflexion et d'action sur le champ de l'éducation est certaine, à condition de bien cerner son sens et ses implications. Là où il y a de l'espace, il n'y a pas toujours du territoire.

Quand peut-on parler de territoire au sens plein du terme ? Pour ce faire, doivent être réunies, simultanément, cinq caractéristiques qui sont autant de conditions nécessaires mais pas toujours suffisantes :

SPATIALITE ET CONFIGURATIONS SPATIALES

L'objet "territoire" correspond à une portion d'espace, c'est-à-dire à une matérialité, à une étendue présentant ses propres spécificités (altitude, massifs ou plateaux, vallées encaissées, températures, etc.). Sur cette étendue matérielle sont inscrites des configurations spatiales particulières, produits des activités humaines : villes, moyens de communication, structures matérielles de formation. L'objet territoire dans sa dimension spatiale est donc toujours situé, ce qui implique une relation interne au territoire entre les diverses configurations spatiales, et externe avec d'autres territoires éventuels. À cette première condition sont associées deux conséquences : le territoire est un objet cartographiable, le territoire est un objet de défense du territoire.

CONSTRUCTIBILITE DE L'OBJET TERRITOIRE

Il s'élabore au fil du temps ou encore face à une exigence particulière et située de la société. Cette caractéristique induit trois points essentiels :

  • Le territoire est toujours issu d'une partition raisonnée de l'espace selon des spécificités particulières. Tout territoire est une construction au sens où il ne s'agit pas d'un objet donné ; il demeure donc toujours un objet réfutable.
  • Le territoire se construit et s'affirme dans le cadre d'une problématique propre, en l'occurrence, ici, la question de la formation et de l'éducation.
  • Tout territoire est issu d'un mode de cognition particulière, ce qui lui confère une certaine plasticité.

COMPLEXITE SYSTEMIQUE CARACTERISTIQUE DE TOUT OBJET TERRITOIRE

Une telle affirmation recouvre alors les notions d'organisation interne et d'interactions, d'autonomie et de dépendance, de régulation, de récursivité et finalité, toutes notions très opératoires lorsqu'il s'agit d'appréhender formation et éducation.

Sens et représentation pour les acteurs internes et externes

L'objet territoire est porteur de sens tant pour les acteurs concernés en interne (élèves, parents, enseignants, gestionnaires) que pour les acteurs extérieurs au territoire (acteurs du système éducatif et politique). Les représentations propres à un territoire, celles que se construisent les différents acteurs, sont portées par des valeurs (celles de la société en général mais aussi celles spécifiques à un contexte localisé particulier). L'opérationnalité de ces représentations territoriales n'est plus à démontrer ; celles-ci s'inscrivent dans un triptyque "représentations-pratiques-action", qui peut être envisagé comme une clé de lecture du territoire analysé.

ACTEURS AU COEUR DE L'OBJET TERRITOIRE

La notion d'acteur territorialisé est centrale à condition :

  • De retenir une définition large de l'acteur et de ne pas se contenter des acteurs institutionnels mais aussi socio-économiques, associatifs et de considérer que, potentiellement, tout un chacun est acteur de son territoire ;
  • De prendre en compte les systèmes d'acteurs présents sur le territoire considéré ou qui interviennent sur ce territoire de l'extérieur ;
  • De considérer que ces acteurs en interrelation peuvent porter la notion de ressource territoriale.

À l'énoncé de ces cinq caractéristiques, chacun d'entre nous a pu sans grande peine se référer aux thématiques éducatives : bassin de formation et bassin de vie, l'école comme institution sur tous les espaces ou comme ferment de participation, mobilisation et développement sur les territoires...

La question demeure néanmoins posée de l'existence systématique d'un territoire sur tout espace considéré. Quelle est l'alchimie qui rend possible la territorialisation d'un espace ? Peut-être un paramètre que je n'ai pas abordé : le temps, ou plutôt cet instant où vont se rencontrer et se cristalliser les temporalités différentes, propres à chaque groupe concerné, pour faire territoire : notamment des temporalités qui permettent l'émergence du sentiment d'appartenance au territoire et la construction progressive d'une identité qui sera reconnue par les autres, ceux qui sont extérieurs au territoire considéré.

Les territoires naissent, grandissent, arrivent à maturité puis disparaissent progressivement.

Une réflexion-action sur l'école et la formation ne saurait se dispenser de la prise en compte de ces caractéristiques constitutives de l'objet géographique territoire, sous peine d'être largement déconnectée du vécu quotidien de tous les acteurs.

Diversité, n°155, page 41 (12/2008)

Diversité - Le territoire : un objet géographique pertinent en matière d'éducation