En classe

Exercices de philosophie

Oscar Brenifier & Isabelle Millon, formateurs, Institut de Pratiques Philosophiques - http://www.pratiques-philosophiques.com .

Tout enseignant de philosophie, animateur d'ateliers philosophiques, formateur ou autre, intéressé par le travail de compétences philosophique rencontre des difficultés qu'il est possible de travailler par ce qu'on pourrait appeler des "exercices intermédiaires". Ces derniers permettent de mettre en oeuvre les différentes compétences philosophiques, de les travailler et d'évaluer les difficultés des élèves. Ce même type d'exercices peut être utilisé dans les plus petites classes comme outil préparatoire aux compétences réflexives.
Dans cette perspective, nous proposons de fournir aux enseignants un certain nombre d'exercices ; les quatre premiers ont été publiés dans les numéros précédents.

I/ Exprimer son être

A) Explication de l'exercice

Nous cherchons tous plus ou moins à savoir et à dire qui nous sommes. De nombreux paramètres sont en jeu dans la découverte de soi. Certes le rapport aux autres, à l'environnement, mais aussi la complexité de l'être, en ses multiples dimensions et aspects. Nous tentons ici d'énumérer un certain nombre de critères, qu'il s'agit de départager.

Les critères sont présentés par deux, couplés parce qu'ils sont plus ou moins de même ordre. Il s'agit de choisir à chaque fois un des termes de l'alternative, en justifiant ce choix par un argument. Ainsi la personne analysera le rapport qu'elle entretient avec ces différents critères, même si certains lui paraîtront surprenants.

B) Exercice

Qu'est-ce qui exprime le mieux qui vous êtes ?

Votre nom ou votre prénom.
Votre famille ou vos amis.
Votre corps ou votre esprit.
Votre origine ou ta nationalité.
Vos vêtements ou votre coiffure.
Votre sexe ou votre âge.
Votre force ou votre intelligence.
Vos connaissances ou votre savoir-faire.
Votre passé ou votre futur.
Vos actions ou vos paroles.
Vos loisirs ou votre travail.
Vos rêves ou vos pensées.
Vos amis ou vos ennemis.
Votre bouche ou vos yeux.
Vos idées ou votre caractère.

II/ Bon et mauvais

A) Explication de l'exercice

De notre point de vue individuel, certaines personnes agissent de manière étrange, voire choquante, en tout cas en apparence. Car on peut aussi découvrir par la suite que leur comportement est justifié, au vu du contexte ou de leur situation particulière. Il n'est pas toujours facile d'évaluer les justifications d'un acte ou d'un choix : cela renvoie à des décisions personnelles, qu'il s'agit au minimum de clarifier. Mais il faut aussi devenir conscient de ses propres présupposés et critères, afin de les évaluer.

Différentes raisons d'agir sont proposées dans la liste suivante, plusieurs d'entre elles plutôt récurrentes, d'autres plus étranges, auxquelles il s'agit déjà de trouver du sens. Il s'agit de déterminer pour chacune des propositions si l'argument est acceptable ou non, et si le cas se pose, quelle en est la condition de validité.

B) Exercice

Trouvez une raison de décider si la raison d'agir est bonne ou mauvaise, ou bien à quelle condition elle est bonne ou mauvaise.

J'ai agi comme cela parce que j'en avais envie.
J'ai agi comme cela parce que je l'avais décidé moi-même.
J'ai agi comme cela parce que c'était bien.
J'ai agi comme cela parce que mon ami me l'avait demandé.
J'ai agi comme cela parce que la loi l'oblige.
J'ai agi comme cela parce que ma mère me l'avait demandé.
J'ai agi comme cela parce que c'était lundi.
J'ai agi comme cela parce que j'avais le temps.
J'ai agi comme cela parce que j'ai agi comme cela.
J'ai agi comme cela parce qu'il pleuvait.
J'ai agi comme cela parce que la maison est en pierre.
J'ai agi comme cela parce que Mickey est une souris.
J'ai agi comme cela parce que Maeva est une fille.

Diotime, n°56 (04/2013)

Diotime - Exercices de philosophie