Editorial

Editorial du n°54

Michel Tozzi

Nous ne saurons que dans quelques mois si le changement de majorité présidentielle va entraîner des évolutions réglementaires dans l'enseignement de la philosophie et la prise en compte plus générale de l'esprit philosophique dans le système éducatif. Il serait dommage de ne s'en tenir qu'à un toilettage de l'examen dans les séries technologiques, qui va donner lieu à consultation. Deux questions entre autres : quid du bilan des expériences menées en seconde ? Vont-elles changer, par la médiation de l'interdisciplinarité notamment, certaines pratiques dans les classes ? Vont-elles faire avancer l'idée de progressivité dans la discipline philosophique ? Et pour ce qui concerne le premier degré, l'enseignement de la morale à l'école va-t-il s'infléchir d'une conception très traditionnelle vers un développement de la réflexivité et du jugement moral ?

Nous continuons pour notre part à alimenter la réflexion des décideurs par la publication d'expériences, de témoignages, de recherches sur la question de la philosophie à l'école et dans la cité, au niveau national et international. On trouvera ainsi par exemple dans ce numéro, concernant l'école, des pistes pédagogiques pour une exploitation du mythe du Politique de Platon à l'école primaire ; l'intérêt que peut avoir la discussion philosophique avec de jeunes élèves pour réfléchir sur ses émotions ; la façon dont un professeur de philosophie présente le noyau de cette discipline dans un Ce1-Ce2 ; la manière dont un autre conçoit et pratique l'accompagnement philosophique en classe terminale. Et du point de vue de la recherche, une tentative d'utilisation didactique d'une grammaire pragmatique des doctrines philosophiques ; ainsi qu'un petit dictionnaire de l'apprentissage du philosopher reprenant d'une part quelques acquis des recherches en didactique de l'apprentissage du philosopher, d'autre part un aperçu des nouvelles pratiques philosophiques qui se sont développées en France depuis vingt-cinq ans.

Quant à la philosophie dans la cité, on pourra lire une apologie des cafés philo par un animateur historique du Café des Phares ; ainsi que l'initiative d'une plateforme mondiale des cafés philo...

Diotime poursuit ainsi sa vocation de rendre compte des innovations dans les pratiques philosophiques à l'école et dans la Cité, dans une perspective nationale et internationale. Le prochain rendez-vous de leur mutualisation aura lieu à l'Unesco les 14 et 15 novembre 2012, pour le dixième anniversaire de la Journée mondiale de la philosophie1.


(1) Comme chaque année depuis 2001, cette rencontre internationale sur les NPP (Nouvelles Pratiques Philosophiques) est largement ouverte à tous (gratuité de l'entrée, mais inscription obligatoire pour des raisons de sécurité à l'Unesco).
Programme et inscription sur le site :
http://rencontrespratiquesphilo.unblog.fr/

Diotime, n°54 (10/2012)

Diotime - Editorial du n°54