Éditorial

Éditorial du n°48

Michel Tozzi

Après M.-C. Nevoux, A. Delsol, J. Lévine et A.-M. Scharp, c'est Matthew Lipman qui vient de nous quitter, le 26 décembre 2010. C'est un grand innovateur qui vient de partir. Philosophe universitaire américain, il a osé sortir la philosophie de l'histoire de la philosophie, de l'académisme universitaire, et ouvrir l'apprentissage du philosopher aux enfants. L'histoire de l'éducation retiendra certainement son nom : celle d'un grand pédagogue qui a inventé une méthode originale (dont les romans sont traduits en vingt langues), pour aider les élèves à l'éveil de leur pensée rationnelle. Nous avons voulu dans ce numéro de Diotime lui rendre un hommage international francophone, à partir de quelques témoignages de chercheurs et formateurs qu'il a beaucoup influencés.

Apprendre à philosopher aux enfants ne va pas sans formation, surtout pour ceux qui n'ont pas eu ou peu de philosophie dans leurs études. C'est pourquoi nous publions un dossier sur la formation dans ce numéro, représentatif de différents courants.

Cette formation implique notamment de construire chez les enseignants - comme chez les élèves - des compétences adéquates aux objectifs poursuivis. Or ce concept de compétences est discuté dans les sciences de l'éducation, où il n'est pas totalement stabilisé, et il est critiqué par certains philosophes. D'où l'idée du Collège international de Philosophie (CIPH) et de l'équipe de recherche de Philolab sur les Nouvelles Pratiques Philosophiques, de coorganiser à l'Unesco, pour la Journée mondiale de la philosophie 2010, un colloque de confrontation sur ce concept de compétence, en général, mais aussi dans la didactique de la philosophie. On trouvera dans ce numéro les interventions faites à ce colloque.

La cinquième et dernière réunion organisée par l'Unesco pour ses pays membres, afin de diffuser les propositions de son livre publié en 2007 La philosophie, une école de la liberté, et qui concernait les pays d'Amérique du Nord et d'Europe, a eu lieu à Milan du 14 au 16 février 2011. Nous en rendrons compte dans le prochain Diotime.

Diotime, n°48 (04/2011)

Diotime - Éditorial du n°48