International

Saint-Domingue : philosophie pour enfants, une expérience pratique

Joseline Estela Peña Escoto, doctorante en Philosophie à l'Université Complutense de Madrid - jpenalopez@yahoo.com,
María Amalia León Cabral, doctorante en Philosophie à l'Université Complutense de Madrid - lalicen31@gmail.com.

Ces dernières années, nous nous sommes efforcées de dépasser les tendances de l'école traditionnelle axées sur la transmission du savoir au profit d'une école génératrice de processus de la pensée critique. Cependant, ces efforts s'avèrent insuffisants, car les dernières études menées sur les systèmes éducatifs d'Amérique Latine nous situent parmi les moins efficaces. Cette réalité nous conduit à réévaluer et à repenser l'ensemble du système pédagogique.

C'est dans ce contexte et dans le souci de contribuer à améliorer notre éducation que nous avons entrepris, en 20041, de mettre en place un programme pilote de philosophie pour enfants à Lux Mundi2. Nous travaillons sur le programme de philosophie pour enfants de Matthew Lipman. Ses objectifs sont d'accroître la capacité de raisonnement, la pensée critique et la métacognition des enfants ; de stimuler leur créativité et susciter l'amour de la lecture, de la recherche et de la science ; et d'encourager leur développement holistique afin qu'ils deviennent sensibles et responsables vis-à-vis de leur environnement

Cependant, notre propre expérience et celle d'autres pays nous ont conduit à adapter cette proposition à notre réalité culturelle et contextuelle. C'est pourquoi nous avons intégré le programme "Pienso en Arte" ("Je pense à l'art")3, nous avons créé des chansons, et nous avons utilisé le théâtre comme éléments enrichissant nos pratiques, en tant qu'ils constituent des leviers significatifs de nos démarches pédagogiques. Par exemple, à partir d'une oeuvre d'art ou d'une pièce de théâtre, nous abordons les oeuvres sous trois angles complémentaires : l'explication scientifique, l'interprétation symbolique et la recherche philosophique.

Nos prémisses théoriques sont les suivantes : la pensée critique comme base de l'École de la Liberté ; la salle de classe comme communauté de recherche dans le cadre de discussions philosophiques, tout en respectant l'intégrité de la discipline.

La méthodologie que nous avons utilisée est axée sur : la pensée critique ; le respect des opinions des enfants ; l'autonomie de leur pensée ; l'écoute attentive de chaque membre du groupe de recherche ; l'utilisation de la méthode socratique, selon la problématique des solutions abordées.

La communauté de recherche a comme cadre de référence le dialogue en tant qu'élément de base. Le fil conducteur est une proposition de travail participative, précise, concrète, flexible et ouverte, où la créativité sera toujours la bienvenue. On cherche comme but la capacité à raisonner. On cultive le développement d'attitudes d'autocorrection, d'autonomie de la pensée et d'estime de soi. Il y a une liberté du dissensus sans crainte de représailles.

Quant à la démarche pédagogique, les lectures se composent de textes philosophiques et littéraires, en particulier d'auteurs dominicains (Saint-Domingue), dans un souci de renforcer notre identité.

En 2008, nous avons commencé à introduire le point de vue français, présenté au moyen des Nouvelles Pratiques Philosophiques (NPP), et la méthode des dilemmes moraux basée sur le fondement théorique de Kohlberg. Tout ceci nous a permis d'enrichir nos pratiques où "la primauté de la culture de la question devient une habitude scolaire", comme le signale avec force Michel Tozzi.

À l'expérience de ces différents programmes, nous avons constaté que nos élèves ont une attitude plus réflexive et critique ; argumentent mieux et formulent des idées en toute autonomie ; émettent des hypothèses de façon beaucoup plus créatives ; font preuve d'une plus grande ouverture au dialogue et d'une tolérance au désaccord ; assument un rôle actif au moment de faire des propositions alternatives pour la résolution de conflits.

Nous espérons que ce programme pilote contribuera à renforcer et à relancer l'enseignement philosophique dans notre école, et plus largement dans notre système éducatif, comme une contribution à l'éducation en République Dominicaine.


(1) En 2005, l'UNESCO a insisté sur l'impérieux besoin du retour de la philosophie à l'école.

(2) Établissement scolaire comprenant les sections primaire et secondaire.

(3) Programme développé par Projet Zero de l'Université de Harvard.

Diotime, n°44 (04/2010)

Diotime - Saint-Domingue : philosophie pour enfants, une expérience pratique