Informations et publications

Informations et publications

Créer un club UNESCO "Philosopher avec les enfants"

Vous faites de la philosophie dans un cadre scolaire ou dans une institution, de manière pérenne ? L'association Philolab et la Fédération des clubs UNESCO (FFCU www.clubs-unesco.org) vous proposent de créer un "club UNESCO pour la philosophie" dans votre école, votre collège, votre lycée ou votre établissement.

Créer un club UNESCO pour la philosophie, c'est :

  • intégrer un réseau d'enseignants et de praticiens pour s'informer, échanger, mutualiser, se former ;
  • donner de la visibilité à sa pratique philosophique dans son établissement et à l'extérieur ;
  • valoriser la démarche des jeunes qui font de la philosophie et les inciter à en rencontrer d'autres ;
  • faciliter la mise en place de projets collectifs.

Comment créer un club UNESCO dans un établissement d'enseignement ?

Un Club UNESCO peut être créé dans n'importe quel établissement scolaire, public ou privé (sous contrat), relevant du Ministère de l'Éducation nationale (établissements d'enseignement général, technique ou professionnel), ou du Ministère de l'Agriculture (Lycée d'Enseignement Général et Technique Agricole).

La création de Club UNESCO dans les établissements scolaires est autorisée et facilitée par la reconnaissance de la FFCU (Fédération Française des Clubs Unesco, dont le responsable est : Pascal Vasseur : pascal.vasseur@clubs-unesco.org), de la part du Ministère de l'Education nationale, comme "association éducative complémentaire de l'Enseignement public".

L'existence de fait du Club UNESCO peut être constatée par le Foyer Socio-Educatif (au même titre que les autres clubs : photo, danse, etc.). Cependant, l'efficacité du Club UNESCO et son rayonnement sont plus grands s'il est reconnu officiellement par le Conseil d'établissement et qu'il inscrit son programme éducatif dans le Projet d'établissement : c'est ce que préconise la FFCU. Au sein d'un établissement, la constitution d'une association "1901" pourrait se révéler utile.

La reconnaissance par le Conseil d'établissement permet au Club UNESCO d'être pris officiellement en considération par l'ensemble des partenaires de l'établissement (notamment de nature publique : Mairie, Conseil Général ou Régional, selon les cas ; l'Inspection et le Rectorat, etc.). Cette reconnaissance peut faciliter tant les démarches administratives que la recherche de financements.

Pour toute information, n'hésitez pas à consulter le site www.clubs-unesco.org et à contacter les animateurs du réseau des "Clubs UNESCO pour la philosophie" :

Véronique Delille (Philolab) : veronique.delille@gmail.com . Cette adresse email est protégée contre les robots des spammeurs, vous devez activer Javascript pour la voir.

L'école primaire de Lege Cap Ferret, afin d'informer sur les pratiques de son atelier philo, a créé un blog : http://philoportique.blogspot.com/

Pour tout contact, menvielles@yahoo.fr

Formation

L'association D'phi a organisé un stage de formation les 27 janvier, 17 février et 31 mars 2010 sur : " La discussion philosophique, de l'initiation à l'approfondissement des pratiques, autour des compétences de l'animateur". Il a eu lieu à L'AGECA, 177 rue de Charonne 75011 PARIS (Métro Alexandre Dumas).Objectifs de la formation : connaître les fondements théoriques ; s'initier aux différentes pratiques ; s'entraîner à préparer une discussion philosophique ; développer les compétences de l'animateur.

Responsable : Dominique Pellan, formatrice à l'IUFM de Paris. Contacts : pellan12@yahoo.fr

Master en consultation philosophique

Le professeur Guido Traversa, professeur de philosophie à l'Université européenne de Rome et au Pontifical Athenaeum Regina Apostolorum of Rome, président de IFACE (Institute for Philosophy and Clinical and Existential Anthropology. Consultancy, research, education), a créé un master en consultation philosophique.

Contact : guido.traversa@gmail.com - Site: www.ifacecrf.it)

Philostival

Nous recevons de Georges Dru, animateur d'un café philo à Lyon, un appel à communications sur le thème de: "La vie et l'identité", pour le "Philostival" organisé par ls associations Himéros de Marseille et Agora philo de Lyon, qui se tiendra à Lyon, au théâtre du Carré 30, les 5 et 6 juin 2010. Communications d'une dizaine de minutes à envoyer à G.dru@orange.fr

Festival Philosophia

Est organisé depuis 2007 à Saint-Émilion, un festival de philosophie : Philosophia. Conduit sous la direction d'Eric Le Collen, Philosophia est avant tout une fête de la philosophie : le plaisir d'apprendre et de comprendre. Un concept unique en France où le public peut assister à des conférences, participer à des ateliers, vivre des expériences sensorielles. De nombreux intellectuels sont conviés, proposant des approches pluridisciplinaires du thème général (sciences, économie, politique, sociologie, littérature...). Chaque année un thème différent est abordé. Pour cette nouvelle édition, programmée les 29 et 30 mai 2010, il s'agira de "l'imagination" : définir l'imagination, la comprendre, l'apprendre.

Depuis deux ans, il a été également mis en place des propositions pour le jeune public en amont et pendant le festival sous forme d'ateliers philo, notamment en milieu scolaire.

Contact : Cécile Dégrois, 05 57 49 09 17 ou 06 23 20 67 19 contact@festival-philosophia.com

Réforme du lycée

Nous avons reçu une prise de position de l'ACIREPH concernant la nouvelle réforme du lycée, qui regrette que rien ne change concernant la philosophie :

"Dans le nouveau lycée qui nous attend en principe à la rentrée 2010, rien ne change pour la philosophie. Pourtant, la conclusion du rapport de l'Inspection générale sur L'état de la philosophie en 2007-2008 était claire : "l'enseignement philosophique se trouve à la croisée des chemins", "vraisemblablement il se perdra s'il (...) refuse de changer sa manière d'être c'est-à-dire d'enseigner". Comment pourrait-on, dans ces conditions, se réjouir du maintien du statu quo, dont l'enseignement de la philosophie souffre depuis trop longtemps déjà ?
Cette réforme déclare changer l'économie générale du lycée : faire découvrir des enseignements de spécialité dès la seconde, distinguer entre un tronc commun et des options d'approfondissement (...). Or la philosophie reste la seule discipline, immuable, la seule dont les horaires ne sont pas redéfinis, même de manière formelle, qui ne peut être ni "découverte" en seconde, ni "approfondie", ni faire l'objet d'un tronc commun... Pourquoi ?
Manifestement pour ne pas s'attaquer à cette conception passéiste de l'enseignement de la philosophie, dont les défenseurs ont fait échouer jusqu'ici toutes les tentatives de réforme. Plus qu'une conception, il s'agit d'un vieux fantasme : la philosophie discipline du couronnement, qui perdrait son âme si elle s'adaptait un tant soit peu aux réalités du lycée d'aujourd'hui, si elle acceptait de répondre aux besoins des élèves et aux exigences démocratiques de l'institution (...).
La philosophie demeure une discipline reléguée en dernière année de lycée et donc vouée à rester une matière entièrement déterminée par l'examen, alors même que son évaluation fait l'objet de critiques méritées. On aurait pu espérer que la philosophie soit enfin enseignée dès la première, comme le réclament d'ailleurs les élèves et comme l'impose le bon sens ! La réforme annonce : "classe de détermination, la seconde devient un moment privilégié pour mieux découvrir toutes les voies et séries". Comment expliquer alors que les élèves ignorent tout de cette discipline, et qu'elle ne fasse pas partie des matières "à découvrir", alors qu'elle reste de facto la matière principale de la série L ?
Enfin, l'identité disciplinaire de la philosophie reste toujours aussi floue et génératrice de frustrations aussi bien pour les élèves que pour les enseignants: avec en particulier un programme de notions comme noyau... mou, la dissertation et l'explication de texte comme formes intellectuelles mal cadrées. Alors qu'on annonce des nouveaux programmes dans les autres disciplines, dans le fil de la réforme, le programme de l'enseignement de philosophie reste fidèle à ce qu'il était déjà il y a quarante ans...
Si un véritable débat sur ces urgences de fond était ouvert, nous y défendrions:

  • un enseignement de la philosophie sur deux années (au moins), et donc son introduction dès la classe de première et pour tous les élèves ;
  • l'alignement de toutes les séries en terminale sur un horaire commun raisonnable ;
  • une transformation du programme et des épreuves, pour les rendre compatibles avec une formation et évaluation effectives ;
  • la participation de la philosophie à des travaux transdisciplinaires et interdisciplinaires : pour former les élèves à la maîtrise du raisonnement, de l'argumentation, de l'analyse et de la synthèse... ; mais aussi pour aider les élèves à comprendre "les grands enjeux du monde contemporains" (pour reprendre l'expression ministérielle) : les questions bioéthiques, les "droits de l'homme", pour ne citer que ces deux exemples, parmi beaucoup d'autres possibles, pour l'étude desquels l'enseignement de la philosophie serait fort utile.

Pour être démocratique et réellement formateur, le lycée du ???e siècle pourrait compter sur la philosophie. Malheureusement cette contribution risque de rester virtuelle. Non seulement les mesures annoncées n'améliorent pas la situation de l'enseignement de la philosophie, mais elles risquent de le rendre plus difficile encore, dans la mesure où elles ne l'intègrent pas dans l'ensemble du cursus des lycéens de manière cohérente. En rendant cet enseignement de plus en plus incompréhensible aux élèves, aux parents, et aux autres disciplines, en le marginalisant toujours davantage, on le condamne, à moyen terme. Et la France, qui le revendique comme son "exception", dans l'ignorance de ce qui se fait ailleurs, risque de le perdre alors que tant d'autres pays commencent à lui donner son véritable rôle. C'est incompréhensible. Et c'est désolant".

Pour plus d'informations sur les prises de positions de l'Acireph : www.acireph.org

On trouvera progressivement sur ce site de l'ACIREPH des contributions à la réflexion sur des questions essentielles concernant l'enseignement de la philosophie : l'argumentation ; le rapport aux textes ; l'oral en classe ; l'évaluation ; la dissertation ; l'étude de texte ; l'oral du bac ; le travail sur une oeuvre ; les exercices en philosophie ; les manuels, le matériel. Déjà publiés sur la pédagogie et la didactique :

http://www.acireph.org/pedagogie_et_didactique_570.htm

http://www.acireph.org/pd_dissertation_573.htm

Institut de Pratiques Philosophiques (Argenteuil, Val d'Oise) : Cycle un auteur, un texte, une demarche

À chaque séance, un professeur de philosophie impliqué dans la pratique philosophique présentera un auteur et une démarche par le biais d'un texte. Les participants seront ensuite invités à mener un exercice correspondant à la démarche étudiée.

13 mars : Michel Margottet
Jacques Lacan Texte : L'inconscient n'est pas le "non-conscient"
Épistémologie de la rupture

27 mars : Alexandre Georgandas
Baruch Spinoza Texte : La pierre qui vole
La méthode de l'exemple imaginaire

3 avril : Claude Lupu
Ludwig Wittgenstein Texte : Jeux de langages et maladies philosophiques
La méthode des jeux de langage

17 avril : Michel Margottet
René Descartes Texte : Le morceau de cire
La méthode analytique

8 mai : Alexandre Georgandas
Emmanuel Kant Texte : L'espace et le temps
La méthode transcendantale

22 mai : Anne Gaumin
Socrate Texte : Ménon (Platon)
La maïeutique

5 juin : Claude Lupu
Charles Sanders Peirce Texte : Comment rendre nos idées claires ?
La méthode pragmatique

26 juin : Anne Gaumin
Martin Heidegger Texte : L'origine d'une oeuvre d'art
La vérité comme dévoilement

Ce cycle s'adresse à tous ceux qui s'intéressent à la pratique philosophique, pour mener une pratique de discussion ou d'enseignement, sur un plan professionnel ou à titre d'amateur, sans aucun pré-requis d'expérience ou d'érudition. Il peut servir d'initiation ou d'approfondissement de la pratique.

Les séances se tiendront le samedi, de 15h à 18 h, à Argenteuil (Val d'Oise).

Participation : 10 Euros/séance ; 50 Euros pour l'ensemble du cycle.

Renseignements/Inscriptions : i.millon@club-internet.fr

Tel. 01 30 76 06 24

Publications

Yves Thélen, Eveil à la pensée philosophique, l'Harmattan, 2009.
Ce professeur de philosophie et de morale laïque belge nous propose, dans un style concis et accessible, un ouvrage à l'intérêt double : présenter dans une première partie les "grandes questions philosophiques", leurs enjeux, la façon dont des écrivains, des scientifiques et des philosophes s'en sont emparés ; et dans une deuxième partie, un large panorama historique des idées philosophiques, mais aussi scientifiques, à travers les auteurs, connus et moins connus, qui les ont élaborées. Un intérêt supplémentaire, pour le lecteur français, est qu'il n'aborde pas ces questions à partir de la vision du programme de philosophie français, mais déplace le point de vue.

Oscar Brenifier (auteur), Jacques Després (illustrateur), C'est bien, c'est mal, Nathan, 2010
Douze idées sur le bien et le mal se confrontent dans ce livre : certains pensent que l'on peut clairement distinguer le bien du mal, d'autres que le mal peut parfois prendre l'apparence du bien. Certains trouvent que le bien est naturel à l'homme, d'autres qu'il nécessite un effort...
C'est le quatrième ouvrage dans cette collection "PhiloZidées" (autres titres : Le livre des grands contraires philosophiques, L'amour et l'amitié, Le sens de la vie).
Prochain titre dans cette collection (à paraître en juin 2010) : La question de Dieu

Diotime, n°44 (04/2010)

Diotime - Informations et publications