Informations et publications

Informations et publications

INFORMATIONS

Colloques

La 9ième rencontre sur les NPP (Nouvelles Pratiques philosophiques), coorganisée par l'association Philolab et l'IUFM de Créteil, avec le soutien de la revue Sciences humaines, aura lieu les 18 et 19 novembre 2009 à l'Unesco. Elle aura cette année pour thème : "Ecole, cité, entreprise : la philosophie, une arme face à la crise ?"

On trouvera toutes les informations (sur le déroulement du colloque, les inscriptions, les projets de communications, les ateliers de réflexion etc.) sur le site : http://www.rencontrespratiquesphilo.org/

Expérimentation de la philosophie pour enfants en Tunisie

Lors de la rencontre des pays arabes organisée par l'Unesco à Tunis les 11 et 12 mai 2009, le Ministre de l'éducation tunisien a lancé une expérimentation de la philosophie à l'école primaire. C'est une première dans le monde arabe. Un comité de pilotage, coordonné par Michel Tozzi, a été mis en place, avec des Inspecteurs de philosophie, du premier degré, des conseillers pédagogiques et des chercheurs du CNIPRE.

La réunion avait pour objectif d'adopter un plan d'action en vue de promouvoir l'enseignement de la philosophie aux différents niveaux d'enseignement dans les pays de région arabe. Cette expérimentation en Tunisie concrétise notamment ce plan...

D'autres réunions ont eu lieu en mai et juin dans d'autres régions, à Manille pour les pays asiatiques, en République dominicaine pour l'Amérique centrale et du sud, et en Afrique.

Colloque Enseigner la philosophie, faire de la philosophie

Organisé par Jean-Louis Poirier, doyen de l'Inspection générale de philosophie, et le Ministère de l'Education Nationale, ce colloque a eu lieu les 24 et 25 mars à la Sorbonne (Paris), en présence de nombreux professeurs de philosophie, choisis pour leur rôle de formateur dans les académies. Il y a eu d'abord des conférences sur des notions du programme officiel par des approches philosophiques différentes : la conscience (Par Jean-Luc Marion) ; universel/singulier (Alain de Libera) ; la démonstration (Pascal Engel) ; communauté et société (Pierre Manent) ; la philosophie (Bertrand Saint-Sernin), avec des ateliers correspondants à chacune des notions. Des tables rondes sur "Concepts, textes, arguments", "L'évaluation en philosophie", et "La philosophie a-t-elle un public ? Enfin des ateliers sur "Enseigner la philosophie, faire de la philosophie" : la classe de philosophie. Philosophie et histoire de la philosophie. Méthodes et styles. Les cursus en philosophie. L'appropriation du savoir en philosophie. Qu'est-ce qu'approfondir ? On trouve le compte rendu du colloque sur le site de l'ACIREPH.

L'ACIREPH organisera ses Journées d'étude les 24 et 25 octobre à Paris sur l'évaluation

C'est par le biais de l'évaluation que l'enseignement de la philosophie est le plus souvent mis en cause. C'est une évidence pour beaucoup : "l'évaluation en philosophie est "aléatoire"" (cf. le célèbre article "la loterie philosophique" paru dans le Monde de l'éducation d'avril 1989)... On peut avec raison peut-être refuser ce constat. Cette attitude cependant ne permet pas de répondre aux questions qu'on ne manque pas de se poser quand il s'agit de corriger le baccalauréat. C'est le moment de vérité : celui où ce qu'on évalue c'est surtout l'abîme qui sépare les productions des élèves de nos attentes, et des objectifs donnés à notre enseignement pas les instructions officielles. L'évaluation devrait être le moment où l'on vérifie que les élèves ont acquis ce que nous leur avons enseigné. Elle est souvent le moment où l'on découvre que les élèves sont en majorité incapables de faire ce que nous attendons d'eux. Il faut bien s'interroger sur les causes d'un tel phénomène, et les moyens d'en réduire les effets !

Évaluer est à la fois l'une des tâches quotidiennes du métier et l'une des missions professionnelles des enseignants. On évalue sans arrêt : quand on observe les réactions des élèves pendant le cours et qu'on réajuste en permanence notre activité ; quand on se demande comment a "marché" le cours ; quand on conçoit des exercices et des activités d'apprentissage ; quand on cherche à mesurer ce que les élèves ont compris et appris, quand on corrige les copies, pendant l'année et pour l'examen final ; mais encore, en prenant du recul, quand on s'interroge sur la valeur formative de notre enseignement dans son ensemble, au regard des missions de l'Ecole.

Si on veut revendiquer la légitimité de l'enseignement de la philosophie au lycée, il faut bien en assumer le caractère scolaire et institutionnel ; cela implique la nécessité d'une évaluation juste et formatrice. Pourtant une telle évaluation en philosophie paraît d'autant plus difficile que l'objectif officiel de l'enseignement philosophique est très général ("l'exercice réfléchi du jugement", dont l'acquisition d'une "culture philosophique initiale" (indéfinie) est une condition.

C'est pour tenter d'identifier précisément les difficultés de l'évaluation, de chercher ensemble les moyens de les comprendre et peut-être de les résoudre que sont organisées ces deux journées d'étude. Question d'efficacité du travail, de justice, de démocratisation de l'enseignement philosophique.

Philosophie en entreprise

Le magazine Courrier cadres a publié, dans son numéro du mois de janvier, un article intitulé "La philo à l'écoute des cadres" (rubrique "tendance"), dans lequel il fait état de la rencontre sur la philosophie en entreprise qui a eu lieu lors du dernier colloque sur les Nouvelles Pratiques Philosophiques.

Une rencontre a été organisée le 14 mars 2009 avec une quinzaine d'acteurs de la philosophie en entreprise afin de réfléchir à la mise en oeuvre d'actions concertées susceptibles de promouvoir la philosophie en entreprise. Les actes de la rencontre sont disponibles sous format électronique et peuvent être obtenus sur simple demande à l'association : philolab@wanadoo.fr

Formations

Comme on nous le demande, nous publions des annonces ou compte rendus de formation.

Le 1er avril 2009 s'est tenu une formation aux ateliers de philosophie AGSAS Jacques Lévine

Objectifs : permettre aux participants de comprendre les fondements de la méthode, de maîtriser les outils nécessaires à la mise en place d'ateliers de philosophie AGSAS et d'échanger avec des enseignants ayant déjà pratiqué ce type d'atelier dans leur classe (de la grande section de maternelle à la classe de 3ème de collège) ou autre lieu de travail (RASED, CMP, Institutions...).

Contenus : genèse de la méthode et histoire de son élaboration. Les procédures : le cadre, le choix des thèmes, le statut social de l'enfant philosophe, le sens du terme philosophie. Aspects spécifiques de la méthode : durée de l'atelier, mode d'intervention des enseignants. Prolongements : Ateliers de psychologie et d'Interrogation collective. Transfert à la pédagogie.

Démarche : vécu de l'Atelier par les participants. Interrogation collective sur les effets des ateliers chez les enfants et les enseignants. Interrogation sur les facteurs à l'origine de ces effets.

Documentation : textes disponibles sur Internet : www.agsas.free.fr

Essai sur le monde philosophique de l'enfant. Le dialogue Moi Monde-Instance Monde : Jacques Lévine, avec la collaboration de Geneviève Chambard et Michèle Sillam.

Ateliers de Philosophie de l'AGSAS. Spécificité, pratique et fondements, Jacques Lévine.

Je est un autre. Pour un dialogue Pédagogie Psychanalyse ESF 2000, Jacques Lévine et Jeanne Moll.

Pour une anthropologie des savoirs scolaires ESF 2003 : Jacques Lévine et Michel Develay.

Je est un autre n° spécial 2001, avec la collaboration d'Agnès Pautard et de Dominique Sénore.

Un hommage a été rendu à J. Lévine le 23 mai 2009 au Palais du Luxembourg. J. Lévine a été un grand promoteur de la philosophie avec les enfants. Il est décédé le 23 octobre 2008, à Paris. Le matin, interventions de différentes personnalités après l'ouverture par Jeanne Moll, présidente de l'AGSAS : Edgar Morin, Philippe Meirieu, Nicole Beaume, Marie-Danielle Pierrelée, René Guth, Dominique Ginet, Danielle Rappoport, Ginette Francequin, René Jam, Hossaïn Bendhaman. L'après-midi, un séminaire de travail s'est tenu autour de la pensée et des écrits de Jacques Lévine. (14h - 17h)

Contact : Bernard.Delattre4@wanadoo.fr ; infos sur : http://agsas.free.fr

Association D'Phi

L'association D'Phi a organisé le lundi 25 mai 2009 une réunion autour de "La philosophie et ses supports : quels supports pour quelles discussions ?"

Pour des formations, contact à L'AGECA, 177 rue de Charonne 75011 Paris métro Alexandre Dumas.

60 minutes pour convaincre

"L'enfant-philosophe ?" / 5 mai 2009 / UNESCO (Paris)

Le bureau de l'information publique de l'UNESCO, conjointement avec le secteur des sciences humaines et la section Sécurité humaine, démocratie et philosophie, a organisé le 5 mai dernier une séance de présentation des enjeux du développement de la philosophie avec les enfants, principalement à destination des ambassadeurs auprès de l'Organisation. Un extrait du film actuellement tourné par la société de production Ciel de Paris dans une classe de maternelle de ZEP de la région parisienne a été diffusé, avant l'intervention de Michel Tozzi, professeur en sciences de l'éducation et spécialiste de la philosophie avec les enfants.

Le groupe Cegos, leader international sur le marché de la formation à destination des entreprises, propose depuis peu trois formations explicitement "philosophiques" au sein de son catalogue général :

  • Les sept grandes questions de la philosophie
  • Une journée de philo pour comprendre la relation en entreprise
  • Gérer les situations difficiles grâce aux grands penseurs

Informations : 01 55 00 95 95 ; www.cegos.fr

RECHERCHE

Laurence Coullet (laurence.coullet 0899@orange.fr) a soutenu en 2009 un mémoire Cafipemf sur : Apport des albums de jeunesse dans les "discussions à visée philosophique" au cycle 2.

Dans Carrefours de l'éducation, n° 25 (janvier-juin 2008), un article intéressant de Catherine Cazenave (catherine.cazenave@free0.fr) sur "Le débat philosophique à l'école : un changement de posture pour l'élève".

Universités populaires : on trouvera un article intéressant sur l'origine des Universités populaires : "De l'origine des UP en France à l'AUPF (Association des Universités Populaires de France)", par Michel Marc, Président de l'Université Populaire du Berry, ancien président de l'AUPF.

Site : http://www.universitepopulaire.eu/

Les associations marseillaises Himeros, Arts et Philosophie (qui organise notamment des cafés philo), Le courant d'air et Artmed ont décidé d'unir leurs moyens matériels et culturels pour créer l'Université populaire du Lacydon. Elles organiseront, au sein de leurs structures respectives, des conférences et débats visant à développer une véritable culture populaire, gratuite et non commerciale. Pour toute information sur le programme, contacter : fernand.reymond@wanadoo.fr

L'Université populaire de Verdun (nommée Diotime), est une association qui s'emploie depuis 4 ans à favoriser l'échange culturel et intellectuel entre des participants d'horizons et d'âges différents. Elle cherche par le biais de cafés philo à faire émerger le sens et la réflexion, et à donner à tous la possibilité d'exercer son esprit critique, de s'affirmer comme sujet rationnel et autonome, mais aussi comme individu capable d'écouter et d'interagir avec les autres...

Site : http://diotime.org

La philosophie est perçue comme difficile et éloignée des gens, s'adressant à une élite intellectuelle. En réalité, elle est proche des sujets d'actualité, des préoccupations quotidiennes et des questions existentielles que nous nous posons.

C'est dans cet esprit que l'Université Populaire de l'Île Maurice (UPIM) a organisé du 18 au 25 mars 2009 une Semaine nationale de la Philosophie (3e édition). Plusieurs activités sont prévues afin de rendre mieux accessible la philosophie : table ronde, café philo, ciné philo, conférence.

Site : http://upmaurice.wordpress.com/

L'association Agora 93 (animant notamment le café philo de Noisy-Le-Grand avec Eugène Calschi) fête son 10e anniversaire. Le café philo est une activité assez paradoxale :

  • C'est un lieu de liberté de parole - mais où chacun peut critiquer ce que les autres disent.
  • On y vient pour y "faire de la philosophie", mais la plupart des participants n'en ont jamais fait.
  • Un débat philosophique est chose sérieuse - mais tout le monde y trouve une distraction, non un travail.
  • Les participants discutent - et se retrouvent bons amis : c'est aussi une soirée amicale.

Bref : il y aurait trop de contradictions pour que ça existe ... Et pourtant ça marche. Il en existe dans de nombreuses villes de France et à l'étranger. Certains fonctionnent depuis longtemps (le café philo de Noisy-Le-Grand existe depuis octobre 1999).

Mais notre société traverse une crise qui touche, aggrave nos conditions d'existence à tous et qui tout autant interroge la condition de l'homme d'aujourd'hui. Chacun s'en inquiète. Chacun peut trouver dans la pensée des autres de quoi conforter et aider à développer la sienne.

Voilà pourquoi le café philo de Noisy-Le-Grand a voulu proposer pour ce Xe anniversaire ces deux thèmes : sur les droits de l'homme, et sur ce qu'est le respect aujourd'hui. Ils seront animés par deux philosophes et universitaires connus : le premier par Gunter Gorhan, également cofondateur du café philo des Phares, place de la Bastille à Paris ; le second par Michel Tozzi, fondateur du café philo de Narbonne et co-fondateur de l'Université populaire de Narbonne.

Théâtre

Philosong est une méthode inventée par Thierry Aymès, professeur de philosophie et musicien, qu'il utilise avec ses élèves de Terminale. Depuis le début de l'année, celui-ci leur a demandé d'écrire plusieurs sketches et...de les jouer. C'est une nouvelle méthode : Philoscène.

"Cet exercice, dit-il, est intéressant à plus d'un titre: 1/ Je leur propose de mettre tel "concept" en sketch. 2/ Ils doivent bien entendu le cerner et imaginer une façon de le mettre en texte, pour se l'incorporer. 3/ Ils procèdent ensuite à son écriture en construisant un "dialogue" où, l'on peut remarquer qu'un mouvement savamment appelé "dialectique" se dessine très simplement entre les deux interlocuteurs : l'un donne son avis (la thèse), l'autre développe un avis contraire (l'antithèse) ; et tous deux finissent par tomber d'accord en développant un troisième point de vue qui dépasse la contradiction (la synthèse). Le tout saupoudré d'humour. Nous avons ici, dans un style différent, l'exact mouvement d'une dissertation classique. 4/ Pour les élèves tétanisés par cet exercice sacro-saint, l'écriture de sketches permet de le dédramatiser, en leur faisant remarquer qu'ils fonctionnent "naturellement" comme cela. Il constitue un moment de respiration studieuse. Pour en savoir plus, voir le site : www.philosong.fr

Au Théâtre de la Cité Internationale,du 12 au 30 mai a été jouée la pièce : Wittgenstein Incorporated, écrite à partir de trois cours du philosophe consacrés à la croyance. Des cours qui parlent de la foi et de la mort, de l'impossibilité de comprendre vraiment ce à quoi croit quelqu'un qui croit. Dans la mise en scène qu'ils font du texte de Verburgt, mise en scène créée il y a vingt ans et reprise aujourd'hui, JanRitsema et Johan Leysen ont choisi de faire entendre à égalité les idées de Wittgenstein et le travail d'extraction de ses idées, les difficultés, les impasses, les retours en arrière, la violence aussi que déclenche chez le philosophe le sentiment de ne pas y arriver, de ne pas savoir penser, ou pas assez précisément. À l'aide d'une gestuelle millimétrée et rigoureuse, Wittgenstein Incorporated veut donner à voir autant qu'à entendre la naissance d'une pensée terriblement rigoureuse. Contacts : www.theatredelacite.com ou 01 43 13 50 50

International

Une initiative intéressante au département de philosophie de l'Université de Genève, que nous présentons en raison de sa méthode d'expériences de pensée.

Pour des infos détaillées sur ce programme : http://www.philosophie.ch/index.php?id=101

Voici ses objectifs :

  • introduire les participants aux débats philosophiques récents; - initier les participants à la pratique de la philosophie (au travers de discussions et de débats) dans ce qu'elle a de plus exigeant mais également de plus plaisant;
  • souligner l'intérêt que peut revêtir une approche philosophique des problèmes dans de multiples domaines;
  • présenter et valoriser la recherche contemporaine menée en philosophie;
  • produire une vulgarisation de qualité des recherches philosophiques."

Les intervenants articuleront leurs présentations autour d'expériences de pensées. Ces expériences consistent à imaginer des situations possibles, plus ou moins éloignées de notre situation réelle, et à se demander ce que nous serions prêt à faire, à dire, ou à considérer comme vrai dans de tels cas. Les expériences de pensées sont un des outils récurrents de la philosophie classique mais aussi contemporaine. Elles présentent l'intérêt d'être à la fois philosophiquement pertinentes et pédagogiquement efficaces. Chaque manifestation sera organisée autour d'une ou plusieurs expériences de pensée, qui permettent de saisir intuitivement un problème et de le discuter. Quelques éléments du programme :

- 14 mars 2009: "La machine à expérience", la philosophie et le plaisir L'expérience de pensée : La machine à expérience (R. Nozick, 1974). Supposez qu'il existe une "machine à expérience", qui nous procure sans risque toutes les expériences plaisantes possibles : l'impression de voir un bon film, d'avoir de bons amis, d'être aimé par ses proches, d'être un grand écrivain, d'accomplir de bonnes actions, etc. Serions-nous prêts à passer notre vie dans cette machine ? Nozick suggère que non. D'après lui, nous voulons aussi voir vraiment de bons films, avoir vraiment de bons amis, être vraiment aimés par nos proches ; être vraiment de grands écrivains ou accomplir vraiment de bonnes actions. Depuis Platon, les philosophes se demandent si le plaisir est la seule chose que nous devons rechercher, la seule chose qui possède véritablement une valeur. L'hédonisme est la théorie philosophique qui répond positivement à cette question. Ses opposants font valoir que le seul fait que nous puissions hésiter à entrer dans la machine à expérience montre que nous attachons de l'importance à d'autres choses que le plaisir. Lors de cette manifestation, le public sera d'abord divisé en deux ateliers distincts, l'un portant sur la définition du plaisir, l'autre sur sa valeur. Chaque atelier sera encadré par au moins un philosophe du Pôle de Recherches en Sciences Affectives et par un des organisateurs principaux. Les deux ateliers confronteront alors leurs résultats dans le but d'exhiber les liens entre les diverses théories sur la nature du plaisir et les diverses théories de sa valeur.

- 28 mars 2009: "Achille et la tortue", la philosophie par les paradoxes L'expérience de pensée : Achille et la tortue (Zénon d'Elée) : Achille fait une course avec une tortue à laquelle il accorde cent mètres d'avance. D'après Zénon, Achille, bien qu'il coure plus vite, ne pourra jamais rattraper la tortue (c'est-à-dire arriver à une distance nulle d'elle). En effet, une fois qu'il aura comblé la moitié de son retard (50m) il lui restera encore la moitié de ce retard à combler. Mais une fois qu'il aura comblé la moitié de ces 50 mètres restants, il lui restera encore 25 mètres à rattraper. Puis il ne lui restera plus que 12m50, puis 6m25, et ainsi de suite, à rattraper. Bien qu'il ne cesse de se rapprocher de la tortue, il ne pourra jamais rattraper son retard, car il lui restera toujours une distance de plus en plus petite, mais toujours non nulle, à combler. De Zénon d'Elée qui prouvait ainsi que le mouvement était impossible, à nos jours, beaucoup de la recherche en philosophie a été motivée par des paradoxes. Les paradoxes montrent des tensions dans nos opinions quotidiennes, des incohérences dans nos concepts et des fautes parfois subtiles dans nos raisonnements. Le but de la philosophie n'est pas seulement de trouver et localiser de tels paradoxes, mais de les résoudre, de développer des théories meilleures et des concepts plus sophistiqués. Lors de cette manifestation, le public sera averti de quelques-uns des paradoxes les plus importants pour la philosophie d'aujourd'hui, et pourra tenter de les résoudre, d'abord en groupes de travail animés par des philosophes, puis lors d'un débat ouvert. Le but de cet après-midi sera d'inviter les participants à se lancer dans la réflexion philosophique afin qu'ils découvrent par eux-mêmes le plaisir du raisonnement théorique.

- 18 avril 2009: "Robinson Philosophe", le philosophe et la société. L'expérience de pensée : sur une île déserte perdue dans l'Océan Indien, un amas de glaise génère spontanément un corps humain dans lequel Dieu insuffle une âme. Nourri par une gazelle, l'enfant acquiert petit à petit les moyens de sa survie physique. Puis, selon une succession parfaitement naturelle, il progresse de la simple survie à la science suprême : disciplines techniques, logique et physique, astronomie et cosmologie pour arriver, à l'âge de trente-cinq ans, à la métaphysique, l'apogée théorique de son parcours... Mais non pas sa fin, tant s'en faut : par imitation de l'objet le plus pur de la connaissance - le premier principe (ou encore Dieu) - l'homme désormais mûr en vient à développer une éthique de la contemplation philosophique. Il a cinquante ans lorsque se produit un changement radical dans son existence : la rencontre avec un autre être humain, arrivé par hasard sur son île. Après lui avoir appris à parler, ce voyageur le convainct de l'accompagner en son pays, où l'on pratique assidûment une religion révélée. Notre Robinson le suit et connaît alors son premier échec : réalisant que les vérités qu'il avait acquises de manière totalement naturelle ne se distinguent pas de celles que la religion révélée évoque à travers des images, il tente de partager son expérience. Mais le message ne passe pas - au contraire, plus il s'efforce d'expliquer, plus il se voit rejeté. Résigné, il décide alors de retourner sur son île pour y reprendre sa vie contemplative.Telle est l'histoire d'Ibn Yaqzan, orphelin radical et héros d'un roman philosophique composé dans le dernier quart du 12e siècle à la cour Almohade de Marrakech par Ibn Tufaïl (1110-1185), médecin personnel et accessoirement philosophe du calife Abu Yaqub Yusuf. Les enjeux et les enseignements de cette parabole sont multiples. Elle nous confronte au paradoxe d'un langage impuissant mais nécessaire - c'est en quelque manière par lui que le mal arrive, mais en même temps, il n'y a pas d'autre moyen de communiquer. Cette fable philosophique soulève également la question du caractère naturel, quasi mécanique de la progression du niveau biologique à la contemplation philosophique via l'ensemble des sciences pratiques et théoriques : la philosophie serait-elle anthropologiquement donnée, la soif de connaître aussi bien que le désir du lait de gazelle ? Mais la question la plus fondamentale que pose le roman d'Ibn Tufaïl est sans doute celle du rapport de la philosophie à la société : ne peut-on être authentiquement philosophe que seul sur son île ? La question, soulevée par Ibn Tufaïl aux alentours de 1180, reste pour nous de la plus brûlante actualité.

- 25 avril 2009: "Le cerveau dans une cuve", dogmatisme et scepticisme. L'expérience de pensée : "Le cerveau dans une cuve", H. Putnam (1981). Imaginez un cerveau dans une cuve qui reçoit exactement les mêmes influx nerveux qu'il recevrait s'il était dans un corps capable de se mouvoir. Supposez maintenant que vous soyez vous-même ce cerveau : vous n'auriez certainement aucun moyen de le savoir (vous auriez l'impression de manger des glaces, de monter des escaliers ou de serrer la main de vos amis, comme si vous y étiez). Comment savoir alors que nous ne sommes pas des cerveaux dans des cuves ? Un des problèmes philosophiques les plus anciens et un des plus vivement discutés aujourd'hui est le problème du scepticisme. Le sceptique, qui affirme ne rien savoir, est-il simplement trop sévère, est-il aveugle, épistémiquement vicieux ou peut-être même fou ? Est-il possible de montrer - à lui ou à d'autres - qu'il a tort ou faut-il l'isoler de toute argumentation, le mettre en quarantaine comme un foyer d'infection ? A l'autre extrême, opposé au sceptique, on trouve le dogmatique, qui affirme savoir sans pour autant donner des raisons en faveur de ses affirmations. Est-il aussi épistémiquement vicieux que le sceptique ? Lors de cette manifestation, le public discutera de ces questions, sous forme d'un débat controversé entre deux équipes, animé et aidé par des enseignants du département. Le but visé est celui d'un compromis: peut-être y a-t-il des domaines où nous devrions être sceptiques, et d'autres où le dogmatisme représente la position plus attractive.

- 9 mai 2009 : "Jim et les Indiens" : "que devons-nous faire ?" L'expérience de pensée: Jim, explorateur texan à la recherche des vestiges d'une civilisation précolombienne, arrive un jour sur la place centrale d'une petite ville d'Amérique du Sud. Fendant une foule disposée en cercle autour d'un groupe d'hommes en uniforme qu'il distingue mal, il parvient au premier rang et se rend compte avec stupeur que vingt indiens sont attachés, le dos contre un mur, face à plusieurs soldats armés. Le capitaine qui les dirige, surpris et gêné par l'irruption de Jim, citoyen d'un pays allié, lui explique que ces Indiens ont été choisi au hasard et vont être fusillés pour l'exemple, afin que les habitants de cette région restent tranquilles et ne manifestent plus contre le gouvernement. Mais comme Jim est un hôte d'honneur, le capitaine lui fait la proposition de tuer lui-même l'un des Indiens, et alors les autres seront relâchés. Si, par contre, il refuse, les vingt seront fusillés comme prévu. Que doit faire Jim ? Bernard Williams a imaginé cette tragique histoire parce qu'elle paraît mettre en question un principe moral qui paraît intuitivement valide, à savoir qu'il est moralement requis de minimiser les victimes et le mal produit lorsqu'on agit. D'où la question suivante: faut-il rejeter ce principe dans ce cas particulier et si oui, quel autre principe doit-on lui substituer ? Cette histoire soulève encore une autre difficulté. À première vue, on a l'impression qu'elle constitue un dilemme, c'est-à-dire une situation dans laquelle il n'existe pas de raison péremptoire d'agir dans un sens plutôt que dans un autre. Mais peut-il exister de vrais dilemmes moraux ou, comme Kant et Mill le pensaient, les dilemmes moraux ne sont-ils qu'apparents ? Lors de cette manifestation, plusieurs autres dilemmes seront encore présentés aux participants, afin de tester leurs intuitions morales et à l'occasion desquels seront examinées les différentes réponses que différentes doctrines morales y ont apporté.

- 23 mai 2009: "La star du basket" : "qu'est-ce qu'une société juste ?" L'expérience de pensée : "La star du basket", R. Nozick (1981). Supposez une société dans laquelle chacun dispose de la même somme de richesses au départ. Dans cette société, un basketteur au talent exceptionnel décide de ne jouer que si chaque personne venant le voir lui verse 20 centimes à chaque match. A l'issue de la saison, ce basketteur est beaucoup plus riche que chacun des autres membres de cette société. Cette inégalité de richesse importante est-elle injuste ? Après tout, personne n'a été forcé de payer : seuls ceux qui étaient prêts à payer 20 centimes pour le voir jouer l'ont fait, volontairement, et ceux qui ne voulaient pas le faire ne l'ont pas fait. Pourquoi une telle inégalité devrait-elle être corrigée ?Une des questions centrales de philosophie politique est de savoir ce qu'est une société juste. Comment distinguer les distributions des biens justes de celles qui ne le sont pas ? Une distribution strictement égalitaire est-elle plus juste qu'une distribution plus inégalitaire mais dans laquelle l'inégalité introduite a pour effet d'augmenter la richesse des plus défavorisés ? Est-elle plus juste qu'une situation inégalitaire issue d'un processus analogue à celui décrit dans l'expérience de pensée de Nozick ? Doit-on se focaliser sur la distribution des biens et services matériels, ou est-ce la satisfaction des désirs des individus, leur bien-être qui sont au fond les choses qui doivent être équitablement réparties ? Cette séance sera organisée autour de 4 ou 5 petits débats, mettant en jeu des exemples concrets, auquel le public devra prendre part. Des enseignants spécialistes de philosophie politique aideront chaque équipe à retenir et à formuler les arguments les plus pertinents à la défense de sa cause.

Niger (Informations par Halidou Yacouba)

"Au Niger, la philosophie est enseignée dans tous les Lycées publics et privés des huit régions que compte le Pays (Agadez, Diffa, Dosso, Maradi, Tahoua, Tillabéri, Zinder et Niamey la capitale), et cela de la première à la terminale. Elle est également enseignée dans presque toutes les écoles professionnelles. Les élèves de première sont surtout initiés aux méthodes de la dissertation et du commentaire. En Terminale A (littéraire), la note de philo est de coefficient 4 contre 2 en Terminales C et D (séries scientifiques). Il y a seulement trois ans, la note de philo en série A était de coefficient 5. La philosophie a beaucoup d'auditeurs aujourd'hui au Niger, surtout avec les cafés philo qui ont lieu le dernier mercredi soir de chaque mois au CCFN (Centre culturel franco-nigérien Jean Rouch de Niamey, et tout récemment à celui de Zinder, la deuxième grande ville du Niger, à 900 km à l'Est de Niamey). Il vient d'être créé un département de philosophie avec comme UE "approfondissement des notions philosophiques" à l'École Normale Supérieure pour la formation des professeurs certifiés des Lycées. Cette année on va former trois capésiens. A la faculté des lettres et sciences humaines de la seule Université publique du Niger (UAM), nous avons un Département de philosophie dont je suis le directeur. Nous avons comme effectif 93 étudiants (Niveau 1: 23 ; Niveau 2 : 22 ; Niveau 3 : 21, et Niveau 4 : 28). En première année, nous avons une UE de tronc commun intitulé "Introduction aux sciences de l'homme". C'est un cours que je dispense aux étudiants de 1ère année de philosophie, sociologie, psychologie, anglais, géographie et linguistique, dont l'effectif est de 768 étudiants). Voici de manière ramassée ce que je sais de l'état de la philosophie au Niger qui compte plus de 98% de musulmans, le pays le plus islamisé de l'Afrique noire, où l'on pense souvent que faire de la philosophie c'est devenir athée. Mais ce préjugé tenace est sur le point de tomber...".

Pendant trois semaines, en octobre 2007, Isabelle Millon (Institut de Pratiques Philosohiques, France - i.millon@club-internet.fr) a conduit des ateliers philosophiques dans les écoles primaires de la Communauté Urbaine de Niamey et animé un séminaire de formation sur la pratique philosophique avec des enseignants du SNEB (Syndicat National des Enseignants de Base), des conseillers pédagogiques et des Inspecteurs. I.Millon avait menu un projet similaire, en collaboration avec le Ministère de l'Alphabétisation (l'équivalent du Ministère de l'Éducation Nationale en France) en octobre 2006 à Ouagadougou, au Burkina Faso.

PUBLICATIONS

Un magnifique blog sur "Philosophie et littérature de jeunesse" :

http://edwigechirouter.over-blog.com

Apprendre à philosopher avec Jacques Ricot,

Éditions Frémeaux - Coffret de deux CDs audio avec livret de 32 pages, 29,90 euros

Jacques Ricot a accepté durant plusieurs années de donner une chronique philosophique hebdomadaire sur une station de radio (Fidélité à Nantes) : à chaque fois, il devait poser un problème et fournir les éléments de sa solution en trois minutes et demie ! L'exercice, pour le professeur et le conférencier, habitué à des séquences autrement plus longues, n'est pas sans péril. Mais parce qu'il croit aux vertus de la parole concise, il a accepté de relever le défi en s'adressant au grand public dont l'accueil a été chaleureux.

Les chroniques philosophiques, présentées en deux CD, ont été regroupées en suivant la division du programme de philosophie de la classe de terminale parce qu'il est apparu qu'elles pouvaient offrir aux lycéens qui débutent une possibilité simple et efficace de se familiariser avec le mode de questionnement propre à la philosophie.

Toutes les séquences se présentent sous forme de questions auxquelles sont apportés de façon scrupuleusement claire mais dense, des éclairages de nature philosophique. C'est un bon moyen de s'entraîner à cette exigence philosophique qui inquiète parfois les apprentis philosophes : la problématisation, ou pour le dire simplement le sens du problème.

Défi supplémentaire dans la recherche de la concision, J. Ricot propose de brèves notices écrites qui résument chacune des chroniques pour en fournir la charpente. Elles sont toujours suivies d'une référence à un extrait de texte très sommaire ayant servi de point de départ à la séquence, puis à des chapitres ou livres choisis pour leurs vertus pédagogiques. En effet, ces chroniques auront atteint leur but si elles donnent l'envie d'aller vers les textes sans la pratique desquels l'exercice philosophique sombrerait dans la superficialité.

N.B. : Jacques Ricot, agrégé de philosophie, possède une solide expérience de la radio. Il a enseigné la philosophie dans les classes terminales et préparatoires et mène une activité de producteur radiophonique, de conférencier et de formateur auprès d'auditoires variés : grand public et secteur médical et social. Il est actuellement chargé de cours de bioéthique au département de philosophie de l'Université de Nantes et l'un des animateurs des Rencontres de Sophie à Nantes.

Sciences humaines

Spécial n° 200. "Pensées pour demain" : le penser global ; les nouveaux terrains de l'économie ; l'avenir de la religion ; géopolitique du 20e siècle ; la pensée en Asie ; le monde du web ; après l'empire neuronal ; le nouvel évolutionnisme ; le temps d'apprendre à vivre ; penser le souci des autres...

Philosophie Magazine

N° 26, février 2009. Encart sur Darwin. Dossier : "Comment peut-on être anti-capitaliste ?".

N° 27, mars 2009. Encart sur Aristote. Dossier : "Pourquoi fait-on des enfants ?".

N° 28, Avril 2009. Encart sur Lévinas. Dossier : "Et si...". 17 penseurs inventent le futur.

Hebdomadaire La Vie

Un article de Sarah Gandillot sur les cafés philo dans le numéro du 5/02/09, pp. 66-67 : "La philo sort de son carcan".

Philéas et Autobule (et les citoyens de 6-12 ans)

Dossiers de réflexion pour les enfants de l'école primaire

N° 13, janvier 2009, sur la bêtise.

N° 14, mars 2009 sur "les traces".

Nouvelles parutions d'Oscar Brenifier
www.brenifier.com

  • Questions de philo entre ados, Seuil Jeunesse : De belles questions à partir de notions classées par ordre alphabétique
  • Question de logiques, Seuil Jeunesse : À partir des aberrations les plus fréquentes du discours et de la pensée, Oscar Brenifier met une certaine "logique" du quotidien, avec son absurdité et sa légitimité. Pour en rire, et parfois nous faire grincer des dents
  • Nouvelle collection aux éditions Nathan, "Les Petits PhiloZEnfants", destinée à faire philosopher les tout-petits. 3 titres parus à ce jour :
    Pourquoi je ne fais pas ce que je veux ?
    Dis, maman, pourquoi j'existe ?
    Dis, papa, pourquoi tu m'aimes ?
  • Toujours aux éditions Nathan, dans la collection "Philozidées"
    L'amour et l'amitié (12 idées sur le sens d' "aimer").
    Le sens de la vie (12 idées sur le sens de la vie).
  • Sagesses et malices de Yoshua, l'homme qui se disait fils de Dieu, Albin Michel, Collection "Sagesses et malices".

Diotime, n°41 (07/2009)

Diotime - Informations et publications