Editorial

Editorial du n° 34

Michel Tozzi

Le corps des professeurs de philosophie de classe terminale des lycées s'interroge beaucoup sur le devenir de la série L (Littéraire) du baccalauréat, qui comporte huit heures hebdomadaires de cette discipline, particularité du système éducatif français. Vu l'effondrement des effectifs (10% désormais du total des élèves scolarisés en terminale), il y a des projets de réaménagement global de la section, l'idée d'introduire la philosophie l'année précédente etc. S'agit-il d'une menace qui se profile à l'encontre de l'enseignement philosophique ? D'aucuns le pensent. Peut-on dans cette conjoncture proposer une façon de repenser l'enseignement philosophique, pas seulement dans ses structures, mais aussi dans sa didactique ? C'est aussi une manière d'aborder la question. Car un enseignement de la philosophie sur deux années conduirait à distinguer initiation et approfondissement, à imaginer une progressivité, à se réinterroger sur sa pédagogie : problématique très absente jusque-là...

L'ACIREPH, association des professeurs de philosophie qui a déjà lancé ce chantier de réflexion, et est favorable à l'instauration de la philosophie en Première, organise pour alimenter le renouveau un colloque les 27 et 28 octobre 2007 au CISP (Centre International de séjour de Paris) sur "Comment parler en classe de la religion et des croyances religieuses ?".

La crise de l'enseignement philosophique en terminale contraste avec la vitalité de la philosophie à l'école primaire, au collège et dans la cité : cet écart entre une demande sociétale et scolaire forte de philosophie et son inscription institutionnelle problématique ne laisse pas d'interroger... Une hypothèse : les modalités actuelles de l'enseignement philosophique actuel embrayeraient mal sur l'apprentissage du philosopher, alors que les nouvelles pratiques qui se sont développées seraient plus en phase avec l'éveil ou le travail d'une pensée réflexive...

On trouvera ici un écho diversifié de ces nouvelles pratiques, analysées par le dernier symposium du colloque sur les Compétences1 qui s'est tenu à l'université Montpellier 3 en septembre 2007, et qui sont diffusées par le colloque qui se tient à l'Unesco le 14 novembre 2007 pour la journée mondiale de la philosophie (voir le site : http://www.colloquepratiquesphilo.org).


(1) Nous publierons prochainement dans Diotime les communications de ce symposium sur "Discussion à visée philosophique et compétences développées".

Diotime, n°34 (07/2007)

Diotime - Editorial du n° 34