En classe

Articuler un débat d'interprétation littéraire à une discussion à visée philosophique

Monique Desault, professeur d'école, doctorante en philosophie pour enfants

Analyse comparative entre des séances menées avec des adultes et des élèves de CM.

La philosophie pour enfants et la littérature étant deux domaines complètement novateurs à l'école, tout est à inventer. En effet, si la discussion à visée philosophique1 a été introduite en France à partir de la moitié des années 90, et expérimentée dans différentes régions, la littérature n'est au programme de l'école élémentaire que depuis 2002. Bien que la philosophie pour enfants ne soit pas une pratique institutionnalisée à l'école, elle trouve pleinement sa place dans ce que les documents d'application en littérature Cycle 3 appellent des débats d'interprétation et d'idées : "L'interprétation prend, le plus souvent, la forme d'un débat très libre dans lequel on réfléchit collectivement sur les enjeux esthétiques, psychologiques, moraux, philosophiques qui sont au coeur d'une ou plusieurs oeuvres.2". Ainsi, les Instructions officielles préconisent une approche de l'oeuvre littéraire qui ne serait pas seulement au service de la maîtrise de la langue comme elle a pu l'être traditionnellement dans le secondaire notamment, mais bien pour ce qu'elle peut apporter au niveau culturel et humain à un jeune lecteur.

Mon positionnement concernant la philosophie rejoint celui d'Annick Perrin, qui parle de "philosophie herméneutique" plutôt que rationaliste, et celui de Nicolas Go qui vise plus l'art de vivre que l'art de penser3. En effet, si mon objet de recherche se limite à la littérature, la démarche générale que je vise est l'éducation aux valeurs, ou "orientée vers les valeurs", comme la définissent les chercheurs d'Auroville4. Je vais ici faire part d'un travail qui pourrait contribuer modestement à la formation d'animateurs de séances qui associeraient littérature et philosophie pour enfants.

Quelques expériences de formation d'animateurs de DVP existent5, et consistent en général à mettre les adultes en communauté de recherche et leur faire vivre une DVP. Si ce dispositif est indispensable, il est néanmoins insuffisant pour former à animer des groupes d'enfants, comme ont pu le constater Lebuis et Sasseville6. Il l'est encore moins quand on travaille sur la littérature, comme on va le voir à travers les résultats d'une comparaison entre des séances animées avec des adultes et des enfants à partir du mythe de Platon : "L'anneau de Gygès". À travers cette étude, mon objectif est de mettre en évidence les points sur lesquels faire porter l'attention des enseignants qui sont amenés à transposer didactiquement avec leurs élèves la séance qu'ils ont vécue en formation.

LE CADRE

Les séances adultes se sont déroulées au Centre de Formation Pédagogique de Montpellier durant une formation d'enseignants animée par Michel Tozzi à laquelle j'ai participé en mai 2004. C'était la première fois qu'il proposait en formation un débat d'interprétation articulée à une DVP. Les huit adultes ont été mis en situation avec un dispositif inspiré de la pédagogie institutionnelle, c'est-à-dire avec des fonctions qu'ils ont choisi : président de séance, synthétiseurs, observateur. Ils ont ainsi découvert étape par étape une séance-type à partir de "l'anneau de Gygès".

J'ai expérimenté ce déroulement dans six classes de CM de milieux différents, en modifiant parfois quelques consignes, car je ne disposais pas toujours du temps nécessaire, surtout en fin d'année scolaire. Les séances avec les adultes ont duré plus de trois heures, avec les enfants entre 50 min et 1h40. Pour ne pas alourdir le dispositif, j'ai fait le choix de ne pas donner de fonctions aux élèves, car cela ne me semblait pas indispensable, même si je trouve de nombreux avantages à animer un débat de cette manière. Par contre, pour la DVP, j'ai travaillé par demi-classe, quand cela était possible et nécessaire.

 QuartierNivNbdurée
1.MixteCM2281 séance : 50 min
2.Zone sensibleCM1-2241 séance : 50 min
3.Zone sensibleCM2172 séances : 40 min et 1h
4.Très favoriséCM2252 séances dont 1 par demi-classe :
40 min, 20 min (G1) et 30 min (G2)
5.Centre villeCM1-2262 séances dont 1 par demi-classe :
55 min puis deux fois 30 min
6.FavoriséCM1-2212 séances : 45 et 42 min

Choix du texte

"L'anneau de Gygès" est un mythe écrit par Platon, philosophe qui se défiait de l'opinion incertaine et suspecte que représentaient les fictions. Son oeuvre majeure La République, d'où est tiré ce texte, est une sorte d'allégorie qui illustre des propos, combattus par Platon, destinés à soutenir la thèse répandue à Athènes, selon laquelle la justice est une convention à laquelle on n'a pas intérêt à obéir, car la justice ne profite jamais à celui qui la met en oeuvre.

La version qui a été présentée est une légère adaptation de la traduction qui en a été faite, afin d'être comprise par les enfants. Extrait de son contexte (on ne sait pas que c'est Glaucon, le Sophiste, qui présente cette histoire pour illustrer sa thèse), on fait commencer le texte par l'histoire et finir par ce que certains enfants ont assimilé à une morale. De plus, dévoilée par parties, cette fiction qui débute par "il était une fois" a les allures d'un conte fantastique et des éléments (berger, anneau qui rend invisible) qui font évidemment penser au film "Le Seigneur des anneaux", qui s'en est inspiré.

Texte lu par l'animateur

Partie 1

Il était une fois un berger au service d'un roi ; or, au cours d'un violent orage accompagné d'un séisme, la terre se fendit et une ouverture béante apparut près de l'endroit où il faisait paître des troupeaux. Voyant cela et s'émerveillant, il descendit et vit alors, parmi bien d'autres merveilles, un cheval d'airain, creux, avec des ouvertures, à travers lesquelles, en se penchant, il vit qu'il y avait à l'intérieur un cadavre qui paraissait plus grand que celui d'un homme, et qui ne portait rien d'autre que, à la main, un anneau d'or, qu'il retira en sortant.

Lorsqu'arriva le jour de la réunion des bergers, en vue d'aller faire au roi le rapport mensuel sur l'état des troupeaux, il y vint aussi, portant cet anneau. Alors qu'il était assis au milieu des autres, il lui arriva par hasard de tourner la bague vers lui à l'intérieur de sa main. Il devint soudain invisible à ceux qui étaient assis avec lui, et ils parlaient de lui comme s'il était parti. Et lui de s'émerveiller et, manipulant à nouveau à tâtons l'anneau, il le tourna vers l'extérieur et, en le tournant, redevint visible.

Réfléchissant à tout cela, il refit l'expérience avec l'anneau pour voir s'il avait bien ce pouvoir, et en arriva à la conclusion qu'en tournant la bague vers l'intérieur, il devenait invisible, vers l'extérieur, visible.

Partie 2

Ayant perçu cela, il fit aussitôt en sorte de devenir l'un des messagers auprès du roi et, sitôt arrivé, ayant séduit sa femme, il s'appliqua avec elle à tuer le roi et prit ainsi le pouvoir.

Partie 3

Ainsi donc, si l'on donnait un tel anneau à un homme juste, il ne resterait pas fidèle à la justice. Il ne pourrait pas s'empêcher de voler, de rentrer dans les maisons, de tuer des gens, de libérer des prisonniers, de faire tout à son gré. A ce moment-là, le juste aurait toutes les ressemblances d'un homme injuste. La justice n'est donc pas un choix individuel mais une obligation donnée par le groupe. Tous les hommes pensent donc que l'injustice est beaucoup plus avantageuse que la justice. Ceux qui penseraient le contraire seraient considérés par les autres comme les plus malheureux et les plus ridicules des hommes.

On pourrait évidemment s'interroger sur la "littérarité" de ce texte. Mais la façon dont il a été amené et exploité lui donne d'une certaine manière un caractère littéraire.

Déroulement des séances

L'animateur introduit le texte en expliquant qu'il va lire un mythe de Platon (pour les enfants, une brève explication a été donnée sur l'auteur). Les participants n'ont pas le texte sous les yeux, sauf les adultes pour la troisième partie (commentaire).

SéancesTexteAdultesEnfants (classe 1, 2 et 3)Enfants (classe 4, 5 et 6)
1. Débat
d'inter-
prétation
Lecture (Partie 1)- Qui pourrait nous reraconter cette histoire ?Idem- Qu'avez-vous pensé de ce texte ? (par écrit pour 4 et 6)
- Inventez la suite de l'histoire. Si vous étiez à la place de Gygès...- Que feriez-vous avec l'anneau si vous étiez Gygès ?- Ecrivez la suite de l'histoire. Si vous étiez à la place de Gygès...
Lecture (Partie 2)- Que nous dit le texte ?Qu'est-ce qui se passe ? (sauf 1, qu'en pensez-vous ?)Qu'est-ce qui se passe ? (sauf 4, Que pensez-vous de cette suite ?)
Lecture (Partie 3)- Que nous dit le texte ?Qu'est-ce que ça veut dire ?Qu'est-ce que ça veut dire ? (sauf 6)
2. DVP- Que pensez-vous de l'attitude de Gygès ?IdemIdem
- Quelles questions nous pose ce texte ?Idem (Sauf 1)Idem (sauf 4)
Débat à partir de la question choisieIdem (Sauf 1)Idem (sauf 4)

Le déroulement des séances a varié selon les classes car on ne disposait pas des mêmes conditions (temps, nombre d'élèves, lieu). Les consignes étaient sensiblement les mêmes sauf pour les élèves des classes 4, 5 et 6 qui ont été invités à réagir au texte soit par écrit soit par oral et d'écrire la suite de l'histoire.

En procédant de cette manière, on permettait une exploration possible des actions du personnage principal en invitant à se projeter en lui (posture projective), et pour les enfants à faire jouer leur imagination après qu'ils aient pu émettre librement des hypothèses sur l'origine du cadavre et de son anneau. Ce point est important car chez les adultes, par exemple, une personne a fait remarquer que l'on ne donnait pas le choix. L'anneau possédait un pouvoir qui rendait mauvais, qui faisait faire de mauvaises actions.

Les enfants, eux, ont constaté la même chose. Certains étaient presque étonnés que l'histoire se termine ainsi. On leur présentait une histoire qui finissait mal et le commentaire donnait une vision négative des choses.

Être confronté à un texte qui affirme une position qui n'est pas forcément ce qu'auraient adopté la plupart a amené aussi bien adultes qu'enfants à s'interroger, à remettre en question des évidences. Si eux avaient trouvé des idées pour employer le pouvoir de l'anneau positivement, pourquoi Gygès, lui, n'a fait que le mal, ses actions étant cautionnées d'une certaine manière par la "morale" à la fin. Pour les enfants, l'anneau doit être maléfique pour pousser ainsi toute personne qui utilise son pouvoir à faire le mal, ou alors c'est parce que Gygès avait des raisons qui justifiaient de tels actes. Ce qui a amené, à mon avis, certains élèves à émettre de tels propos qui les ont empêchés d'accéder à la dimension symbolique du texte, relève de plusieurs obstacles que j'ai pu relever avec d'autres types de textes7.

Obstacles spécifiques aux enfants

1) Obstacles linguistiques

Bien que le texte ait été adapté, certains élèves ont noté dans leurs réactions écrites qu'ils n'avaient pas bien compris l'histoire qui avait été lue par l'adulte. Le moment collectif où l'histoire a été reformulée par quelques élèves a certainement permis de lever des zones d'ombres, notamment concernant la reine. Dans la partie 2 du texte, le pronom possessif a prêté à confusion ("ayant séduit sa femme") et certains ont cru qu'il s'agissait de la femme du berger.

Les adultes, pour qui le texte ne posait aucun problème de compréhension, ne se sont prêtés à cette tâche qu'après un long silence pour la partie 1 (5 sec.) et malgré cinq interventions de l'animateur, les discutants se sont lancés dans un débat sur l'interprétation d'un détail de l'histoire de 6 à 23.

Adultes (1re séance)

6LauryEn fait il a volé l'anneau
7Adétail important sans doute ++ d'autres éléments qui vous semblent importants ?
9JulienIl me semble pas qu'il l'ait volé parce que la terre s'est ouverte pour lui donc c'est vrai qu'il est allé le chercher et qu'il appartenait à un cadavre. Il l'a profané peut-être mais peut-être pas volé au sens où il l'a pris à quelqu'un qui le tenait dont c'était la propriété. Euh je dirai plutôt euh il y a une sorte de vol il s'en va on n'explique pas mais il s'en va tout de suite une fois qu'il l'a pris mais et en même temps ça lui a été présenté, donc il y a été incité + du moins invité par à aller le +
11LauryEst-ce que c'est le fait que ce soit quelqu'un de vivant ou de mort qui détermine si c'est un vol ou non je pense que ???? pour moi c'est un vol
12AAlors là nous sommes en train de basculer dans la posture interprétative. ++ Vous interprétez différemment le sens du texte. Alors si on en reste à la + restitution narrative du texte est-ce qu'il y a des détails importants ?
17JanieJ'irais donc plutôt du côté de Julien euh je parlerais je dirais donc à Laury quelque chose qui éclairerait peut-être euh il me semble que on n'arrivera pas à sortir de cette opposition c'est un vol c'est pas un vol avec le mot tentation puisque c'est offert c'est visible ça s'ouvre ça vient sur sa route c'est une sollicitation c'est une tentation + est-ce que on peut retenir cette [interprétation ?] ?
18ADonc pour l'instant ce qui s'est passé ??? dans le texte Valérie insiste beaucoup sur la découverte de l'anneau + Laury c'est le fait que cet anneau a été volé ??? par contre Julien donne des détails supplémentaires avec le cadavre la faille etc + est-ce qu'il y aurait d'autres détails encore qui vous sembleraient importants ?
20JulienOui justement Valérie a oublié on était dans la première phase de découverte mais après la possession il y a l'utilisation + il l'a utilisé à l'occasion d'une réunion donc sociabilité ??? groupe et il découvre par hasard sûrement euh et ensuite il y a l'importance du concept intérieur et extérieur mais là je suis plus dans le mais bon quoique ça fait partie de la narration. ??? l'intériorité le rendre invisible et l'extériorité peut le rendre visible + donc c'est à la limite de l'interprétation et de la narration
21ATu reprends le détail de Valérie ??? tu contextualises en expliquant à l'occasion de la découverte de son anneau
22Julienet si je peux finir c'est une interprétation à mon avis du fait que qu'il allait avoir euh des questions pour comment l'utiliser + dans le texte + le texte s'arrête au moment où il découvre son emploi + mais on sait pas s'il va l'utiliser ou non
23AVoilà là tu ne vas pas plus loin disons que le narratif [...]

Les enfants aussi sont tentés d'interpréter le texte, d'émettre des hypothèses ou des réactions spontanées, mais sont rompus à répondre aux attentes de leur enseignant, même si cette tâche ne leur est pas naturelle. Sur les trois classes où cette consigne a été donnée, je ne suis intervenue que dans la classe 3 pour rappeler la consigne.

Classe 3

2Lyes[...] Ça fait que ça + cette bague elle a un pouvoir peut-être que cette bague elle appartenait à quelqu'un qui était peut-être euh
3Aalors là pour l'instant on reraconte l'histoire
4Lyesmais
5AEst-ce que quelqu'un a d'autres détails des détails qu'il n'a pas dit ? alors vas-y Alexandre
6AlexC'est un petit peu comme le Seigneur des anneaux
7AOui mais au niveau de l'histoire est-ce que tu as des éléments supplémentaires à dire ?
8Alexoui
9AQue Lyes n'a pas dit
10AlexBen ça veut dire que si elle a des pouvoirs elle est très puissant
11AOui non mais là au niveau de l'histoire est-ce qu'il y a d'autres détails qui lui a échappé ? qui seraient importants à dire ? non ? alors ?

C'est pourquoi même si cela semble plus périlleux car on ne sait où les enfants vont nous mener, j'ai changé la consigne pour les classes 4, 5 et 6 pour partir de leurs réactions spontanées au texte comme le préconisent d'ailleurs Giasson8 et Tauveron9. Nous avons alors abouti au même résultat dans la classe 4, c'est-à-dire qu'en exprimant ce que l'histoire leur a fait penser, les élèves ont été amenés par des chemins détournés à reraconter l'histoire.

Classe 4

1AEst-ce que quelqu'un peut nous dire ou ce+ ce qu'il ont pensé de l'histoire ?
2VincentBen moi cette histoire je l'ai trouvée euh avec de la magie dedans parce que l'anneau quand on le tourne vers l'intérieur il est invisible euh le séisme le séisme ça m'a fait penser un peu à à ce qui s'était passé y a pas longtemps euh là y avait aussi quand + quand il dit le séisme plus suivi non un orage suivi d'un séisme j'ai trouvé que ça faisait un tout petit peu trop donc sinon personne ne résisterait et euh cette histoire je l'ai trouvé par mal dans l'ensemble elle était bien et euh elle était bien.
4ChristopheJ'ai bien aimé cette histoire + elle était pas mal comme Vincent a dit et euh aussi elle me fait penser à un film le Seigneur des anneaux parce que quand on met dans le Seigneur des anneaux quand le Hobbit met l'anneau au doigt ben il disparaissait et quand il l'enlevait il redevenait visible + donc y avait aussi de la magie dedans et voilà + j'ai bien aimé
6FloraMoi aussi cette histoire me fait penser au film le Seigneur des anneaux et aussi à la magie + puis en plus c'est un peu bizarre parce que c'est bizarre c'est bizarre que cette personne juste cette personne elle trouve cet anneau et puis euh en plus ça se passe quand il découvre ben l'anneau qui est magique et ben c'est juste là où c'est la réunion des bergers c'est bizarre quoi
9Mathilde En fait ce texte j'ai trouvé que c'était un peu comme une énigme parce que on se demande qui c'est la personne qui portait l'anneau avant. On sait même pas si c'est un humain parce que ils disent que c'était plus c'était plus grand qu'un humain et aussi on se demande d'où il vient le pouvoir de l'anneau aussi
22CharlesAlors justement c'est pour revenir à l'idée de Gabriel là + c'est pour revenir sur les idées de la classe du au Seigneur des anneaux oui et euh à mon avis cette histoire elle a été copiée par les Grecs parce que y a un cheval avec des personnes qui sont rentrées à l'intérieur et puis euh ça fait penser aussi pour la tempête c'est comme si c'était Zeus et Athéna qui l'avaient déclenché.

La tâche de l'animateur est alors plus grande car les enfants s'engagent parfois dans des voies inattendues et il n'est pas toujours évident de les amener à en dire plus. Il est alors important d'avoir en tête quelques questions qui les conduiront à exprimer leurs réactions. Dans les classes 5 et 6, il m'a été plus difficile de faire parler les enfants sur la partie 1. Ils étaient réservés et peu sont intervenus contrairement à la classe 4. N'étant pas leur enseignante, je ne connais pas leurs habitudes de travail et cette question ouverte les a peut-être déconcertés.

Classe 5

1AAlors qu'avez-vous pensé de ce texte ?
2JoffreyÇa se voit au fait que c'est euh une légende oui parce que dans la réalité + faut faut faire beaucoup de recherches pour arriver à se rendre invisible
3JocelynBen parce que c'est drôle de voir un cheval en métal + enfin en argent
4PierreÇa se voit que c'est une histoire parce que c'est impossible de devenir invisible voilà
5A[3 secondes de silence] A quoi ça vous a fait penser ?
6PlusieursAu Seigneur des anneaux
7OcéaneBen parce qu'il a l'anneau et aussi après voilà à chaque fois qu'il a chais pas ce qu'il faisait avec il devient invisible
8AEst-ce que là c'est la même chose ? qu'est-ce qui est différent ?
9JoffreyDans l'histoire dans l'histoire c'est pas tellement pareil que le Seigneur des anneaux parce que dans le Seigneur des anneaux il doit mettre l'anneau pour devenir invisible alors que là il doit le tourner vers l'intérieur.
10NicolasC'est que c'est euh un corps un cadavre dans un corps plus grand qu'un humain c'est pas possible c'est impossible
11AJustement quelles sont les différences avec le Seigneur des anneaux là dans cette histoire ? Qu'est-ce qu'il y a comme éléments ?
12JoffreyC'est un peu plus réaliste c'est un peu plus réaliste que le Seigneur des anneaux et on peut penser que le cheval en argent c'est un peu une reproduction du cheval de Troie.
13ARien d'autre + qu'est-ce qui se passe dans cette histoire ?
14JoffreyC'est de l'imaginaire
15AOui
16Clément C'est impossible c'est comme un + roman c'est comme une légende
17AVous n'avez rien d'autre à dire + sur les personnages ? +++ alors je voudrais vous demander donc ben je sais pas si vous avez un cahier ou plutôt une feuille de classeur + [en s'adressant à l'enseignante] c'est possible ? d'inventer la suite + d'inventer la suite + si vous étiez Gygès + c'est-à-dire le berger qu'est-ce que vous feriez avec cet anneau qui vous rend visible invisible ?

Pour lever l'obstacle linguistique, cette étape de reformulation de l'histoire est indispensable mais sans doute est-elle plus naturelle sous la forme d'une question ouverte. Le rôle de l'animateur est ici essentiel pour exploiter et guider les propos qui fusent afin que le débat d'interprétation permette vraiment une meilleure compréhension de l'histoire.

2) Obstacles culturels : stéréotypes, valeurs et expériences.

L'idée principale du texte que l'on attendait portait sur la question du pouvoir, de son éthique. Ce que les adultes ont bien perçu. Les enfants, par contre, ceux des classes 1, 2 et 3 (zone sensible) justifiaient l'action de Gygès, un berger pauvre qui devait être exploité par le roi, symbole de richesse et d'autorité absolue. Donc si Gygès a eu envie de prendre la place du roi, c'est parce que sa situation lui faisait envier celle du roi. Son attitude se justifierait par la vengeance ou la rancoeur envers le roi.

Classe 2

49Louis-SimonBen c'est pas forcément le mal parce que peut-être le roi il prenait beaucoup pour les impôts et tout et peut-être qu'il avait pas beaucoup d'argent alors peut-être qu'il a bien fait de tuer le roi parce que il pouvait donner plus d'argent aux autres hein donc

Classe 3

174LyesMoi je dirais que ce qu'il a fait Gygès c'est normal + parce que le roi parce que le roi il traite tous les bergers et Gygès comme des esclaves
175AEst-ce que c'est dit dans le texte ?
176LyesNon mais il dit que
177AOn dit qu'il est méchant qu'il les maltraite ?
178LyesNon mais il il non mais il lui dit il se met au service du roi et il se met des trucs comme ça donc le roi il lui demande de faire quelque chose il fait et ça c'est pas juste + normalement c'est euh et euh je dirais que Gygès il a tué le roi mais aussi ce que je n'ai pas compris c'est pourquoi il a comploté avec la femme du roi et euh alors que c'était sa femme + c'est ça que j'ai pas compris

Pour les enfants de milieu favorisé, certains avaient émis cette idée mais ils avaient aussi des arguments d'ordre éthique : même si Gygès était pauvre, il n'avait pas à tuer le roi. De plus, prendre sa place n'était pas justifié car le berger n'ayant pas été formé pour, ne saurait exercer son pouvoir correctement.

Classe 5

22ClémentOui je sais mais le berger oui il n'a pas de raison il est pauvre il est pauvre mais il a pas à tuer le roi ni à le voler il a fait deux choses énormes en même temps
49JoffreyBon moi ce qu'il dit c'est un peu vrai mais aussi + comment dire ? le berger ++ ah je trouve plus mes mots le berger + ah oui voilà ce que je voulais dire + c'est que il prend la place du roi mais bon devenir roi c'est pas ça s'apprend pas du jour au lendemain comme cela quoi donc ce qu'il fera ça se trouve il va mal gouverner y a des paysans qui seront pas contents et tous les paysans même si le roi serait bien mort si ça se trouve ils voudront plus travailler parce que c'est un mauvais roi et donc il va se retrouver à néant et euh il pourra plus rien faire et être roi ça lui servira plus à rien et voilà

Un autre point concerne la notion d'invisibilité. En effet, si pour les adultes cette notion était claire, pour les enfants elle était parfois confondue avec celui d'invincibilité (classe 3) ou de spectre (classe 6).

3) Obstacle de l'imaginaire

Les enfants se sont posés beaucoup de questions : est-ce que l'anneau devenait aussi invisible, est-ce que tout ce que portait Gygès devenait invisible, est-ce que l'anneau fonctionnait avec n'importe qui ou seulement avec celui qui l'a découvert ? (classe 3). Ils se sont interrogés également sur le côté pratique (quand on vole, l'objet lui reste visible) comment faire avec les moyens techniques modernes (détecteur infrarouge, recherche d'ADN) etc. Si bien que le débat avait souvent besoin d'être recentré par l'animateur afin que l'on n'en reste pas sur ce qui n'était pas essentiel mais qui intéressait vivement les élèves.

Les adultes sont restés "à distance de l'histoire" ils ne se sont pas investis au niveau de l'imaginaire. D'ailleurs, quand on leur a demandé de continuer l'histoire, ils ont cherché à éviter cette tâche. Seules deux discutants sur 4 ont exprimé ce qu'ils feraient avec l'anneau sans pour autant contextualiser. Il m'est d'ailleurs arrivé de mettre ainsi des enseignants en situation de production écrite à partir de Yakouba et certains ont résisté. Il n'a pas été possible que chacun écrive en silence. Ils éprouvaient le besoin de discuter avec leurs voisins.

Dans la partie 3, les adultes ont compris que le texte n'était plus narratif et l'ont commenté aisément sans se référer à l'histoire. Certains enfants (les garçons), par contre, ont cru que c'était la suite de l'histoire.

Classe 1

177SachaBen parce que j'ai remarqué qu'il faisait des trucs pas bien c'est par exemple libérer des prisonniers euh plein de choses pas bien et rentrer dans les maisons pour tuer des gens

Certains, comme Brahim, ont eu du mal à faire abstraction de l'histoire si bien qu'ils ne comprenaient pas toujours lorsque les autres donnaient des exemples dans la vie actuelle et ne suivaient pas le cours du débat.

Classe 3

135AÇa va vous comprenez alors je continue "il ne pourrait pas s'empêcher...". Alors ?
136BrahimAvant Gygès c'était un homme bon mais quand il a découvert l'anneau et ben il est devenu un homme mal.
232BrahimEt ben moi je suis pas d'accord avec Laura parce qu'elle a dit que y a des policiers mais avant y avait pas de policiers

Durant tout le débat d'interprétation de la partie 3, Brahim s'est référé à Gygès et alors que je relançais le débat (289), il a émis une hypothèse complètement hors-sujet (290) reprenant une idée qu'il avait émise bien avant (213).

213BrahimMoi je dirais que l'anneau il donne la mort ++ parce que peut-être le cadavre ?? il est mort à cause de l'anneau
289AVoilà + alors juste en fait on va en revenir à la question pourquoi lorsque à la fin du texte on nous dit quand on a la possibilité d'être invisible et bien on peut faire on a tendance à faire des choses qu'on ne fait pas lorsqu'on est visible ? et là dans tous les exemples que vous avez donné euh et bien soit on fait des choses par peur de d'être attrapé par des policiers ou alors euh ben interdites par les parents ou bien par l'école ou bien des choses qu'on vous dit de faire et que vous n'avez pas envie de faire ou de se venger comme disait Jade.
290BrahimMais peut-être l'anneau euh c'était fabriqué par un magicien et cet anneau il sera ça attire tout ce qui est tout ce qui est invisible et après quand Gygès il va se rendre compte il a fait tout ça et ben il pourrait se tuer

Mehdi, qui a pourtant bien compris que cette partie 3 était une "suggestion", se demandera si finalement Gygès était juste. La dualité entre le juste et l'injuste lui fait douter de l'honnêteté de Gygès.

Classe 1

193MehdiBen c'est vrai on va le faire mais je pense pas que alors euh [bruit de robinet] comme Arthur il a dit le berger il était un petit peu tourné. Parce que au début de l'histoire il est gentil chais pas on trouve qu'il est gentil parce que c'est un berger. Il cultive pour le roi il est gentil euh. Puis après quand on voit tout ça ben ça se trouve ça fait basculer. On dit qu'il est juste mais euh ben peut-être qu'il est pas du tout juste. Ben peut-être que dès le début il cache son jeu.

Les élèves, notamment les garçons, ont émis plusieurs hypothèses sur l'origine du cadavre, sur sa taille supérieure à un être humain, sur les raisons de sa mort, sur l'origine de l'anneau, sa fabrication, son pouvoir. Plusieurs élèves ont fait référence au Seigneur des anneaux qui a beaucoup influencé leur interprétation, trop même parfois (dans le film, on devient invisible dès que l'on porte l'anneau à son doigt et tous ceux qui voient l'anneau sont tentés de s'en emparer. Le héros a pour mission de le jeter dans un volcan afin qu'il ne puisse plus servir.)

La plupart des enfants sont restés sur le côté magique et maléfique, comme une force extérieure. Ils n'ont pas toujours perçu son côté symbolique.

Dans la classe 5, deux élèves ont fait le rapprochement avec les terroristes ce qui n'a pas empêché une autre élève de penser que la cause du mal était extérieure.

Classe 5, 2e partie, groupe CM1

150ClémentEt ben mince j'ai oublié et ben on peut on peut aller du côté maléfique parce que il y a plus de choses qu'on peut faire on croit que c'est pas on croit que c'est bien mais en fait quand t'es du côté obscur tu dis que c'est bien mais quand t'es du bon tu dis que c'est pas bien et tu prends et ça ça t'arrange vu que tu travailles pas tu fais la même chose et t'as l'argent et lui il est changé du côté à cause de l'anneau mais y en a qui le font sans l'anneau.
153JoffreyBen ce côté maléfique on l'écoute avec l'anneau on peut l'écouter sans l'anneau mais ce côté maléfique on peut pas l'écouter du tout et mais si on l'écoute la plupart du temps y a des y a des morts des morts ceux de l'attentat les monuments qu'on a mis beaucoup de temps à construire et euh la plupart du temps ça finit très mal
175OcéaneBen pourquoi écouter le côté obscur et maléfique et ben on a simplement à enlever la bague et euh on n'a plus l'intérieur

Idem dans cet exemple où Vincent donne l'exemple de l'éducation. Ilana, qui affirmait au début qu'elle ne volera jamais, insistera à la fin pour exposer un nouveau point de vue mais où l'anneau viendrait la troubler.

Classe 4, 2e partie

182VincentAu début tu disais "je vais essayer de faire un truc bien pour une fois oui" et petit à petit l'anneau il te dit c'est comme si l'anneau il te parlait il te disait : "ah fais ça fais ça !" petit à petit je dis : "non non non non non" et après tu le fais.
183ATu peux pas résister
184VincentVoilà. Tu parles tu parles tu parles et après tu le fais. Nos grands-parents ils nous disent : "jamais voler jamais voler jamais voler" et y a bien des enfants qui volent
185EC'est parce qu'ils sont mal éduqués
206IlanaMoi c'était pour répondre à votre question enfin pour répondre à la question que vous avez posée à Laureen. Est-ce que tu résisterais ou pas ? Moi je pourrais pas dire il faudrait vraiment que je tente. Si j'ai l'anneau que ben voilà.

On voit bien ici que ces obstacles ne peuvent être levés qu'à travers un débat d'interprétation bien mené par l'animateur. On ne peut cependant distinguer nettement deux phases, celle du débat d'interprétation et celle de la DVP car comme on va le voir plus loin, si les adultes font bien la part des choses et s'abstraient de l'histoire pour "philosopher", il n'en est pas de même pour les enfants.

Limites de l'interprétation du mythe

Le mythe de Gygès écrit par Platon a pour objectif d'illustrer une thèse et joue en ce sens le rôle d'une allégorie. À ce titre, l'interprétation doit être limitée et le fait d'aller plus loin ne ferait que nous éloigner de l'intention philosophique de l'auteur. Les enfants reçoivent ce texte comme n'importe quelle histoire ou conte, c'est pourquoi lorsqu'on leur demande leur avis sur Gygès, ils sont partagés. Ils ont d'ailleurs conscience que leur jugement ne peut être complètement objectif puisque tout dépend pour eux de la qualité du roi.

Classe 4

101Gabriel[...] ben peut-être ça dépend si ça se trouve il voulait le tuer depuis longtemps parce qu'il avait fait des choses mauvaises pour euh le peuple donc voilà + on n'a pas donné assez de détails au début de l'histoire pour en juger encore plus

Formulation des questions philosophiques

S'il n'est pas évident pour des adultes de formuler de manière concise et claire des questions philosophiques que pose un texte que l'on vient d'étudier ensemble, cela l'est encore moins pour un enfant. En effet, les élèves avaient tendance à poser des questions en se référant au texte. Qu'est-ce qu'une question philosophique à partir d'un texte ? Lorsqu'on a abordé le texte, même si on a fait un débat d'interprétation auparavant, il arrive que certaines questions non soulevées à ce moment-là surgissent (voir annexe 2). Comment faire comprendre aux élèves ce qu'est une question philosophique ? Un travail préalable sur ce point serait certainement important avant d'aborder une DVP avec des enfants.

CONCLUSION

À travers cette étude, nous avons pu relever quelques points sur lesquels porter notre attention lorsqu'on veut mener une DVP à partir d'une oeuvre littéraire avec des enfants.

S'il est important, pour former des animateurs à ce type de séance, de les mettre en situation, il est essentiel qu'ils soient conscients que la transposition avec des enfants ne va pas de soi. Plusieurs obstacles peuvent les empêcher d'accéder "philosophiquement" au texte. L'enseignant a alors pour tâche d'animer le débat de façon à ce que les élèves non seulement aient bien compris l'histoire, qu'ils s'y soient investis, mais qu'ils puissent se dégager du texte pour se demander ce que ces idées signifient pour eux. Une analyse de séances enfants à partir d'une vidéo et de transcriptions pour déterminer les gestes professionnels ainsi qu'une auto-analyse des enseignants-animateurs en situation pourrait compléter le dispositif de formation.

Annexe : questions exprimées par les participants à partir du texte

Légende :
Question relative à l'histoire
Question reformulée

Adultes

Le pouvoir pourquoi faire ? + la finalité ? La nature humaine est-elle bonne ? Y a t-il des pouvoirs non violents ? Qu'est-ce qui justifie le pouvoir ? Y a-t-il de multiples possibles dans l'exercice du pouvoir ? Qu'est-ce que le pouvoir ?  Est-ce que le pouvoir induit un type d'attitude ou plusieurs attitudes possibles ?

Classe 2

Avec l'anneau qu'est-ce qu'on pourrait faire à la place de Gygès ? Comment faire avec un anneau ? Comment savoir se contrôler ? Comment on peut faire pour résister à la tentation ? Comment faire avec un anneau pour pas faire de bêtises ? Pour pas tuer des gens ? Comment on fait pour ne pas tuer des gens avec l'anneau ?

Comment il a pu vouloir séduire la femme du roi ? S'il avait bien utilisé l'anneau, pourquoi est-ce qu'il serait emprisonné dans le cheval ? Comment faire pour ne pas tomber dans la tentation de faire des bêtises ?

Classe 3

Quelles sont les actions justes et quelles sont les actions pas justes ?

Pourquoi il fait du chantage à la reine et pourquoi il tue le roi ? Est-ce qu'on peut utiliser le pouvoir pour le bien ? Pourquoi dès que Gygès est invisible, rien ne le transperce ? Que peut-il se passer si on n'a plus le pouvoir d'invisibilité ? Est-ce qu'on peut utiliser l'anneau pour faire le bien ? Pourquoi Gygès il a tué le roi ? Pourquoi Gygès n'a pas menacé le roi de lui laisser la place ? Pourquoi en est-il venu à tuer le roi ? Comment Gygès a-t-il tué le roi ? Pourquoi est-ce que le pouvoir de l'invisibilité amène à tuer ?

Classe 5

CM2 : Qu'est-ce que je ferais avec un anneau qui me rend invisible ? Pourquoi lui il l'a trouvé et pas moi ? Comment peut-on contrôler notre côté obscur ?

CM1 : Est-ce que l'anneau il est vraiment maléfique Est-ce qu'on peut passer du bien au mal ? Pourquoi il a pris de l'argent au roi et pas à quelqu'un d'autre ? Pourquoi on veut prendre la place de quelqu'un qui a le pouvoir ? Pourquoi il est allé prendre l'argent du roi pour aller prendre juste la place du roi ? Pourquoi aurait-il piqué la femme du roi ? Pourquoi a-t-on besoin de ce qui nous appartient pas ? Pourquoi personne ne nous dit qu'on devient bizarre ? A quoi ça sert d'avoir pris la place parce que dans l'histoire il est bien en tant que paysan ? Pourquoi quelqu'un de bien devient quelqu'un de mal ? Pourquoi il prend l'argent c'est pas un pouvoir ? Pourquoi il veut plus de pouvoir, des choses en plus ? Pourquoi il vend pas la bague ? Pourquoi il s'est pas débarrassé de la bague ? Pourquoi on n'arrive pas à se démêler de ce pouvoir ? Pourquoi il met pas son anneau dans la boîte de bijoux du roi ? Pourquoi il n'a pas laissé l'anneau là où il l'a trouvé ? Pourquoi écouter le côté maléfique ? Pourquoi écouter le côté obscur qui est en nous ?

Classe 6

Pourquoi + piquer la place de quelqu'un pour s'enrichir et devenir populaire ?

Pourquoi lorsqu'on a trouvé un objet magique, on veut devenir riche, on veut prendre le pouvoir ? Qu'est-ce qui nous incite quand on a du pouvoir à en vouloir plus ? Pourquoi vouloir s'enrichir alors que + l'argent ne fait pas le bonheur ? Comment le berger devient riche ? Pourquoi tuer pour de l'argent alors que l'argent ne fait pas tout ?

BIBLIOGRAPHIE

  • Documents d'application des programmes : Littérature Cycle III, CNDP, 2002.
  • DROZ Geneviève, Les mythes platoniciens, points Sagesse, 1992.
  • GIASSON J., Les textes littéraires à l'école, Montréal, Gaetan Morin, 2000.
  • Ministère de l'Éducation nationale, Qu'apprend-on à l'école primaire ?, CNDP, 2002.
  • SOULE Y., TOZZI M., BUCHETON D., Littérature en débats, Argos, CRDP Créteil, à paraître.
  • TAUVERON C., Lire la littérature à l'école. Pourquoi et comment conduire cet apprentissage spécifique, de la GS au CM2 ?, Hatier, Paris, 2002.

(1) Cette expression a été proposée par J.-C. Pettier, professeur de philosophie à l'IUFM de Créteil.

(2) Littérature cycle 3, p. 6.

(3) Professeurs de philosophie à l'IUFM de Paris et Nice.

(4) L'Institut international de recherche Sri Aurobindo (Inde du Sud) définit ainsi cette éducation orientée vers les valeurs : "processus exploratoire et progressif de développement, basé sur la recherche inconditionnelle de la bonne volonté". Cité dans la conférence d'Antonella Verdiani, représentante de l'Unesco, à l'occasion du colloque de l'IUFM de Dijon, 20 et 21 mars 2002.

(5) Voir la thèse en cours de S. Especier, IEN, sur la question.

(6) Professeurs aux universités de Montréal et Laval, qui animent des formations à la philosophie pour enfants.

(7) DESAULT M., Pratiques réflexives et littérature au cycle 3 de l'école primaire, article in DIOTIME N°25.

(8) Giasson J., Les textes littéraires, Gaëtan Morin, Montréal, 2001.

(9) Tauveron C., Lire la littérature à l'école. Pourquoi et comment conduire cet apprentissage spécifique, de la GS au CM2 ?, Hatier, Paris, 2002.

Diotime, n°29 (04/2006)

Diotime - Articuler un débat d'interprétation littéraire à une discussion à visée philosophique