Editorial

Editorial du n° 24

Michel Tozzi

Le feuilleton des programmes français de philosophie continue. On connaît maintenant la version des séries technologiques proposée à la consultation des enseignants. Une première mouture laissait présager quelques ouvertures méthodologiques. Mais la dernière version revient sur cette orientation.

Le point positif, c'est une plus grande détermination du programme. Mais celle-ci est restreinte parce qu'elle ne lie pas étroitement les trois notions fondamentales arrêtées au libellé des sujets du baccalauréat : il y aura donc encore une multiplicité de problématiques possibles, ce qui ne facilitera pas la préparation de l'examen. Il s'agit d'affirmer l'unité de l'enseignement philosophique dans toutes les séries : mais du coup la spécificité des enseignements dans les séries technologiques n'est pas prise en compte. Enfin les épreuves sont maintenues dans leur forme actuelle, alors que la dissertation pose de plus en plus de problème aux élèves. Les difficultés de la philosophie dans ces séries ne seront pas levées. D'où l'urgence, au-delà des programmes, d'une réflexion pédagogique et didactique...

En contrepoint, la philosophie continue à se développer.

- Dans la cité, avec l'ouverture de nouvelles Universités Populaires (Narbonne, Lyon, Arras).

- A l'école : le 5e colloque sur les Nouvelles pratiques philosophiques se déroule cette année les 1er et 2 avril au CRDP de Poitiers, en coorganisation avec le Centre culturel et scientifique Mendès France, avec une forte dimension internationale, pour faire le point sur les pratiques en France et à l'étranger. On trouve toutes les informations sur le site créé à cet effet : www.europhilo.org.

Enfin une association Eurosophia rassemble depuis fin janvier 2005 " toutes les associations et tous les groupes de travail qui sont convaincus que la philosophie a un rôle à jouer dans la formation scolaire des jeunes européens, car elle apporte une culture d'idées associée à des compétences d'analyse, de questionnement et d'argumentation, qui sont les conditions de développement d'un esprit éclairé et critique, essentiel à l'épanouissement de la personne et à sa pleine participation à la vie démocratique. Les membres fondateurs sont l'Acireph (France), Athena (Italie), le Cef-Spf (Portugal), la Sepfi (Espagne) et la Sfi (Italie).

Diotime, n°24 (01/2005)

Diotime - Editorial du n° 24