Editorial

Editorial du n° 15

Le paysage des pratiques philosophiques en classe et dans la cité est actuellement très contrasté en France. D'un côté s'exprime avec vitalité le réseau des innovateurs:

- 2e colloque des " Nouvelles pratiques philosophiques ", de la maternelle à la cité, au CRDP de Rennes, avec plus de cent participants les 22 et 23 mai;

- et préparation du colloque international pour les 10 ans de cafés-philo les 23 et 24 novembre à Noisy-le-Grand (voir page " ACTUALITÉS ").

De l'autre, celui plus classique de la classe terminale, c'est la confusion: une institution frileuse, polarisée sur la question des programmes, masquant les problèmes de fond d'un enseignement philosophique de masse; un ministre, Luc FERRY, qui n'apprécie guère la nouvelle mouture, proposée par le groupe Fichant, qui a remplacé A. Renaut...

Heureusement, l'ACIREPH1 continue son travail de réflexion. Cette année, son quatrième colloque fin octobre portera sur " Les connaissances et la pensée: quelle place faite aux savoirs dans l'enseignement de la philosophie? ". Nous reviendrons sur la question qui va être au centre des débats: " Comment s'articulent, dans le travail concret des classes, l'acquisition des connaissances indispensables et l'apprentissage de la réflexion? "

La rédaction


(1) Association pour la Création d'Instituts de Recherche sur l'Enseignement Philosophique, 108 rue de Turenne, 75003 Paris. Contact@acireph.asso.fr

Diotime, n°15 (07/2002)

Diotime - Editorial du n° 15