Informations et Publications

Informations et Publications

I) Informations

Séminaire du Collège international de philosophie 2020-2021 (Enseigner de la philosophie : quels dilemmes de la pratique ? Directeur de programme Rémy David).

03/10, de 10 h à 12 h : Introduire au concept de dilemme de métier ; un cas particulier de pratique, Rémy David ou Lucie Chanu (en visioconférence)

20/10, de 14h à 17h : Les dilemmes de métier dans une perspective de didactique en philosophie, avec Michel Tozzi (Montpellier et en visioconférence)

28/11, de 9h30 à 12h : Ce que nous apprend la sociologie sur le métier de professeur de philosophie : Sociologie du travail enseignant : envisager le travail d'enseignant de philosophie sous l'angle de ses dilemmes pratiques (Tardiff et Lessard). (RD)/Des paysages et des formats de formations. Bilan d'une enquête.

09/01, de 9h30 à 12h : La dynamique formative de PhiloCité, à Liège, avec Gaelle Jeanmart

06/02, de 14h à 17h : Denis de Casabianca. L'expérience d'une pédagogie Freinet en philosophie, avec Denis de Casabianca / L'expérience du Rézophilo à Marseille : un collectif entre pairs, hors institution, avec Denis de Casabianca et Marc Rosmini

06/03, de 9h30 à 12h : La conception et la pratique des formations collectives du GFEN, avec Jean-Charles Royer et Nicole Grataloup, en présentiel à Paris / Ce que nous apprend la sociologie sur le métier de professeur de philosophie : le regard réflexif d'une sociologie critique (Bourdieu et Pinto) avec Sébastien Charbonnier.

03/04, de 9h30 à 12h : Se former par la recherche : l'expérience de la recherche formation en clinique de l'activité, avec Geneviève Guilpain et Thérèse Moro, en présentiel à Paris / Ce que nous apprend la sociologie sur le métier de professeur de philosophie : peut-on risquer une sociologie de l'expérience enseignante en philosophie ? (à partir de Dubet), RD.

09/06, de 14h à 17h : Questionner les dilemmes de la problématisation, avec Gaëlle Jeanmart, à Montpellier de 14h à 17h/ou RézoPhilo ?

12/06, de 9h30 à 12h : "Enseigner la philosophie autrement" : un collectif innovant en philosophie est-il possible ? Retour sur l'expérience de l'Epha.

Contact : remydavid@free.fr

Les jeux philosophiques se développent sensiblement actuellement. En voilà deux intéressants, gratuitement accessibles en ligne et utilisables notamment en classe terminale :

La Caverne | Connexion (ccdmd.qc.ca) Il permet aux élèves de s'évaluer (ou d'être évalués) sur leur maîtrise des fondamentaux logiques. Le jeu est solide, parfois drôle, avec un gameplay modeste mais entraînant. Le détail des résultats finaux permet même d'avoir un barème ! Cela suppose quelques heures d'apprentissage de la logique en amont (ou avec le jeu en mode "exercice"), mais ce peut être formateur !

L'évolution de la Confiance (ayowel.github.io) Disponible en ligne, il décortique par les techniques de l'apprentissage actif les prises de décision qui renforcent ou déstabilisent la confiance entre les individus. Parmi les comportements proposés, le joueur comprend que c'est le "copycat" qui s'en sort le mieux dans ses relations aux autres, loyal envers ceux qui lui font confiance, méfiant vis-à-vis de ceux qui l'ont trompé.

La Maison de la philosophie de Romainville dévoile la saison philosophique 2020-2021, avec de multiples activités : éveil Philo 4-6 ans ; rendez-vous des Ptits Philosophes 7-11 ans ; conférences avec des super philosophes ; débats à la Maison des Retraités ; café-philo pour adultes ; théâtre-philo en famille ; ateliers d'expression avec les collégiens ; ateliers PhiloLUDO dans toutes les écoles élémentaires...

Deux nouveautés cette année :

- Le club des Jeunes Penseurs 12-16 ans.

- Les ateliers PhiloSignes pour les enfants et ados sourds et malentendants.

Avec une session de formation à la pratique philo avec les enfants et les ados (en février et avril). Pour connaître le programme détaillé 2020-2021, cliquez ici.

Une Maison de la philosophie pratique vient de se créer à Lyon, 17 rue Sainte Catherine, 69001. Programmation : Fil rouge (strikinglycdn.com) Contact : tristan.bitsch.org

Le Service de didactique de la philosophie de l'Université de Liège et l'association PhiloCité viennent de créer La fabrique philosophique, collectif de recherche et de formation didactique de la philosophie né en septembre 2020 de collaborations déjà fertiles entre les membres du Service de didactique de l'ULiège et de l'asbl PhiloCité, ainsi qu'avec des ddidacticien·ne·s, enseignant·e·s et praticien·ne·s qui ont pris part ces dernières années aux activités scientifiques organisées par ces deux structures. Ce collectif a vocation à s'étendre, et ainsi à rassembler autour de problématiques propres à la didactique et à la philosophie, quelle que soit leur articulation, toute personne intéressée.

Site : La Fabrique Philosophique - Collectif de recherche et de formation en didactique de la philosophie

Programme du séminaire de formation de la 10e édition des Rencontres philosophiques, sur le thème "Le langage", à Langres, du 8 au 10 octobre 2020 :

"Le programme de formation et les présentations des conférences et séminaires sont en ligne sur éduscol. Le ministère de l'Éducation nationale, de la Jeunesse et des Sports est heureux de pouvoir soutenir les Rencontres philosophiques de Langres (RPL) qui ont lieu du 2 au 11 octobre 2020, dont le thème principal est le langage. Professeurs, formateurs, inspecteurs de philosophie sont conviés dans la ville natale de Diderot, afin de dialoguer, de parlementer, de discourir, d'argumenter, de s'entretenir sans jamais palabrer, de parler fort parfois, de chuchoter peut-être, sur un sujet dont la philosophie s'est emparée dès les premiers âges de son existence - Socrate n'a-t-il pas parlé de philosophie sans jamais l'écrire ? - et dont Descartes faisait la base de la nature humaine. Enjeux : l'école tout entière vit au rythme du dialogue, de l'écoute ou du débat, et donne au langage deux de ses dimensions les plus importantes : transmettre et faire société. Chaque élève est un futur citoyen éclairé, qui découvre tout autant la poésie que l'argumentation, les répliques de théâtre que les grands discours de l'Histoire, le langage dans d'autres langues que le langage par les signes mathématiques et scientifiques. Il comprend ainsi peu à peu que le langage est à la fois pensée et action, sur le chemin de l'autonomie et de la liberté individuelle. C'est pourquoi le nouveau baccalauréat introduit une épreuve de "Grand oral", préparant chaque élève à une prise de parole construite dont il aura besoin tout au long de sa vie. Dès l'école maternelle et primaire, l'acquisition du langage est une priorité : l'entrée des enfants en maternelle dès 3 ans permet une meilleure acquisition et diversification de vocabulaire et le ministre a fait de l'apprentissage du français et des mathématiques une priorité. Le langage intéresse naturellement la philosophie. La notion figure au programme de la discipline en classe de terminale de la voie générale et "la parole" à celui de l'enseignement de spécialité Humanités, littérature et philosophie de la classe de première. Le langage est enfin au coeur de l'éducation artistique et culturelle, qui nous permet d'utiliser les mots mais aussi le corps, la peinture, la sculpture, la danse pour s'exprimer et communiquer avec le monde".

II) Publications

François Galichet a publié aux éditions Initiale, avec l'illustrateur David Vanadia, un magnifique album : Qu'est-ce que l'art ?On y découvre, dans la perspective interprétative de F. Galichet (voir son ouvrage chez Vrin : Philosopher à tout âge - Approche interprétative du philosopher), des questions essentielles à se poser pour échanger et débattre entre adultes et enfants : l'art est-il utile à quelque chose ? Doit-il nous faire réfléchir ? Nous élever vers de belles pensées ? Ou simplement nous procurer du plaisir et de l'apaisement ?

Johanna Hawken a enregistré sur un DVD un entretien sous forme d'abécédaire sur la philosophie avec les enfants d'abord avec Michel Tozzi, puis avec Michel Sasseville. Le second entretien vient d'être publié à la Chronique Sociale : Abécédaire de la philosophie avec les enfants, avec une préface de Frédéric Lenoir.

Alexandra Ibanès vient de publier chez l'Harmattan Comment la philo à l'école a changé mon métier d'enseignante.

Une question fréquemment posée aux animateurs d'ateliers philo avec les enfants est celle-ci : "La pratique de ces ateliers a-t-elle changé quelque chose dans votre profession d'enseignant ?". Le titre même de l'ouvrage d'Alexandra Ibanès répond d'emblée et sans hésitation à cette interrogation. Ce n'est pas on en conviendra le moindre effet de ces ateliers que de modifier la perception et la pratique de sa profession, c'est-à-dire de son identité professionnelle !

L'ouvrage est résolument ancré dans la biographie de l'enseignante, depuis ses peurs quand elle était petite à l'école à sa participation au colloque de l'Unesco sur les Nouvelles Pratiques Philosophiques (NPP), en passant par sa matinée dramatique après l'attentat de Charlie hebdo ("je n'aurais pas pensé un jour être confrontée à protéger les enfants de la peur du terrorisme").

Alexandra sait de quoi elle parle ! Elle pratique les ateliers philo depuis 2001, année où elle a écrit son mémoire professionnel sur la question. Et depuis 18 ans, elle en organise chaque mois, quel que soit le niveau de sa classe au primaire. Son objectif est clairement affiché : "témoigner du bienfait de ces pratiques en classe" et "comment celles-ci font grandir les enfants tout au long d'une année et changent considérablement une vie de classe".

Qu'est-ce donc qui change chez les élèves et leur maîtresse ? Celle-ci met en place un dispositif, la DVDP (Discussion à visées Démocratique et Philosophique), qui articule d'une part une visée citoyenne, par la distribution structurante de rôles complémentaires entre élèves et des règles de distribution égalitaire de la parole, avec d'autre part des exigences intellectuelle sur les processus de pensée convoqués, le philosopher, donnant au langage un usage réflexif et pas seulement communicationnel.

Il y a un changement de posture chez l'enseignante, qui produit des effets formatifs importants, pour ses élèves... et pour elle-même. Considérant ses élèves comme des "interlocuteurs valables" (J. Lévine), dans un climat de sécurité assuré par le dispositif, et une mise en confiance par son comportement à la fois bienveillant humainement et exigeant cognitivement, elle favorise l'expression de leurs idées en groupe pour qu'ils apprennent ensemble à "penser par eux-mêmes". Ce faisant, ceux-ci développent un esprit critique, nécessaire à la fois à l'homme et au citoyen.

Pour étayer cette confiance, permettant de s'exprimer librement et d'expérimenter la joie (et pas seulement l'effort) de penser, et de penser collectivement, elle évite de donner son propre point de vue, et surtout tout jugement de valeur, ce qui donne leur chance aux élèves qui ne sont pas "scolaires", motivés par ailleurs par un usage oral et non écrit de la langue. Cet habitus du philosopher en classe développe l'écoute, l'empathie, le respect des autres, désamorce la violence, et cet esprit se retrouve, "déteint" dans d'autres disciplines, modifiant positivement le climat scolaire global de la classe.

Elle explique aux parents en début d'année ce qu'elle fait, pourquoi et comment, pour les familiariser avec cette activité, qui a souvent des conséquences sur leur enfant, y compris en famille. Elle n'hésite pas dès lors à aborder les sujets sensibles, par exemple la mort, avec la médiation de livres de jeunesse, en généralisant les propos dès qu'on touche à l'intimité, ne voulant pas jouer le rôle de psychologue. Cela lui permet aussi de mieux les connaître, à travers leurs idées sur les questions existentielles, et à travers leurs questionnements. L'ouvrage ponctue chacun des chapitres en commençant par un témoignage éloquent d'élèves sur les ateliers philo, et se termine à la fin sur un florilège de leurs discussions sur la violence, le mensonge et la vérité, la tolérance, le bien et le mal... Paroles prolongées dans un ouvrage que l'auteure a déjà publié : Le village des petits philosophes... La vertu du témoignage est de rendre compte du réel d'une activité, et donc de la rendre possible pour d'autres. Et quand ce témoignage est positif, joyeux, de rendre ce possible souhaitable, et contagieux...

Aux Éditions du Cheval vert, Bruno Jay publie Des vacances avec Platon. Après avoir publié une collection sur les mythes de Platon à l'intention de la jeunesse, il regroupe dans un seul ouvrage presque l'intégralité de la mythologie platonicienne, dans un récit souvent drôle, très accessible mais sans simplification, toujours fidèle aux textes du grand philosophe...

La revue belge des enfants philosophes pour les 8-13 ans Philéas et Autobulea publié 3 nouveaux numéros passionnants. Le n° 68 sur "C'est quoi créer ?" ; le n° 69 sur "Responsable, pourquoi faire ?" : et le n° 70 sur "A quoi ça sert la force ?". On y trouve comme toujours, adaptées selon les âges, des bandes dessinées, des jeux, des découpages, des coloriages, des histoires, des documentaires etc. Il existe aussi des fiches techniques pour les enseignants.

Site : Philéas & Autobule - Accueil (phileasetautobule.be) Contact : info@phileasetautobule.com

Les concepts en philosophie- Une approche discursive, sous la direction deFrédéric Cossutta, éditions Lambert-Lucas, 2020.

Sans prétendre répondre à la question spéculative?: "?Qu'est-ce qu'un concept philosophique???", cet ouvrage analyse la façon dont les philosophes élaborent, produisent, créent des concepts. Ils définissent des termes, reconfigurent des notions communes ou des concepts canoniques hérités, inventent des néologismes qui, pour certains, deviennent de véritables signatures doctrinales ("?monade?", "?évolution créatrice?", "?différance?"). Analyser l'activité discursive par laquelle sont forgés des vocables, élaborés des ensembles notionnels, c'est pénétrer dans l'atelier du philosophe pour mieux comprendre la fabrique des concepts.

Cette activité sera analysée dans un double contexte :

a) Contexte clos des univers philosophiques qui donnent sens aux concepts, que ceux-ci soient reconnus comme un moyen privilégié pour penser, comme c'est le cas depuis Aristote jusqu'à Husserl en passant par Leibniz ou Kant, ou que l'usage en soit critiqué ou destitué, quitte à ce que doive être inventée une prose post-conceptuelle (Nietzsche, Kierkegaard, Bergson, Wittgenstein, Levinas, Deleuze ou Derrida).

b) Contexte plus ouvert consécutif à leur extraction lorsque, détachés de leur site textuel, les concepts essaiment, transitent dans l'espace public où ils s'agrègent à un patrimoine commun (ils peuvent être simultanément marqueurs d'une identité philosophique et porteurs d'un sens général, ex.?: "?déconstruction?"). Ou bien, lorsque de trajets en réinscriptions, ils sont retravaillés dans les commentaires, voire resémantisés, ou même enclos dans la nomenclature alphabétique d'un dictionnaire philosophique comme le Lalande.

Dans le cadre du DU (diplôme d'université) de philosophie avec les enfants de Nantes, Charlie Renard, professeure de philosophie, a écrit un mémoire intéressant sur Le souci de l'émotion dans les ateliers de philosophie avec les enfants.

Michel Piquemal a réuni dans un seul ouvrage six histoires publiées entre 2009 et 2011, pour les tous petits, et à usage des classes maternelles : Petites et grandes questions philo de Piccolo, chez Albin Michel. Dans un style à la fois profond et drôle, il aborde les questions essentielles des petits, et permet des échanges tant à l'école que dans la famille.

Il y a en philosophie avec les enfants des livres pour les enfants, des livres pour les enseignants et animateurs d'ateliers philo, mais peu pour les parents. Nous connaissons de Nicole Prieur et Isabelle Gravillon, Nos enfants, ces petits philosophes. Partager avec eux leurs grandes questions sur la vie , Albin-Michel, 2013. Et de Marie Gibert et Michel Tozzi, Ateliers philo à la maison, Ed. Eyrolles, 2016.

Un autre ouvrage vient de paraitre en 2020, 50 activités pour philosopher avec ses enfants - Des ateliers ludiques pour réfléchir et créer ensemble, coordonné par Fanny Bourrillon et Angie Gadea, First Editions. A la fois théorique et pratique, sérieux et original, cet ouvrage a été imaginé pour un dialogue entre enfants et parents, en entrant dans un univers philosophique et créatif, du rêve à l'amitié en passant par la mort, l'univers, la tolérance, l'animal et la nature. Au fil de la réflexion, on peut lire des contes philosophiques, commenter des citations de philosophes, mais aussi créer des objets originaux spécialement conçus comme des "miroirs" de la partie philosophique (attrape-rêve, animal-totem, carnets du coeur...).

Les Presses universitaires Blaise-Pascal de Grenoble viennent de publier un ouvrage : Philosopher avec les enfants - Fabrique de l'apprendre, fabrique du savoir, coordonné par Anda Fournel, Jean-Pascal Simon et al.Ce volume présente des scénarios pédagogiques montrant que la philosophie resserre les liens d'une communauté adolescente en collège, que le dessin peut être utile à la réflexion, que la philosophie entretient des liens avec la métaphore, que l'on peut philosopher à partir d'oeuvres d'art, croiser philosophie et lecture en français, et que les gestes sont un véhicule important de notre pensée. Cet ouvrage étudie les freins et les leviers de pratiques que les chercheurs étudient scrupuleusement. Il montre que les collégiens peuvent s'initier à l'écriture philosophique, et que le désir de savoir, qu'ils activent déjà à l'oral, se répercute dans des écrits où la qualité créative ou logique trouve un moyen de développement...

Dans le n° 39 de la revue Recherche en Education, janvier 2020, on trouve un article de Samuel Nepton : "Faire bonne expression : prise de parole et formation de la pensée en philosophie pour enfants".

Cet article vise à présenter les conditions que doit faire respecter l'enseignant lors d'un atelier de philosophie pour enfants, afin que la prise de parole des participants oeuvre à la formation de leur pensée. En effet, cette approche éducative qui, depuis les dernières années, voit sa popularité s'étendre par le monde, opère un renversement face aux pédagogies traditionnelles en éducation en plaçant l'enfant au centre même de la classe. Cette révolution s'explique par la reconnaissance d'un lien intime et nécessaire entre la parole, la discussion et la pensée. Il sera ainsi explicité comment la réflexion est intrinsèquement liée à l'expression et comment, en contrepartie, cette expression implique un double risque pour les enfants. Par conséquent, il sera expliqué comment une éducation qui viserait la formation de la pensée devrait s'assurer de fournir aux enfants un espace dans lequel ils pourront oser s'exprimer. Il sera présenté toutefois comment la prise de parole en elle-même n'est pas suffisante à la formation de la pensée. Par conséquent, plutôt de seulement laisser les enfants s'exprimer, le rôle de l'adulte doit être de les mettre au défi de penser en s'assurant que cette prise de parole respecte certaines conditions telles que de prendre la forme d'une enquête et de permettre le développement d'habiletés intellectuelles.

Deux sites intéressants : Monsieur Phi | De la philosophie avec un monstre vert et Parle-Moi de Philo - YouTube

Diotime, n°87 (01/2021)

Diotime - Informations et Publications