Informations et Publications

Informations et Publications

I) Informations

Les 26 vidéos sur l' abécédaire de la philosophie avec les enfants, par Michel Tozzi et Johanna Hawken, sont disponibles sur :

https://www.youtube.com/

Le Département de philosophie et le Laboratoire LiDiLEM (Jean-Pascal Simon), de l'Université Stendal de Grenoble, viennent de mettre en place un Diplôme d'Université "Pratiques du dialogue philosophique dans la cité" (Projet IDEX PhiloPolis) qui vise à former des personnes capables d'animer des dialogues philosophiques dans divers contextes : scolaire et périscolaire, et selon différents dispositifs. A l'issue de cette formation, les stagiaires pourront intervenir auprès de publics variés : élèves en école et au collège, adultes, dans des contextes diversifiés (associations, enseignement...). Ce DU est le premier en France qui soit porté par un département de philosophie. Il en existait un autre en philosophie avec les enfants conduit dans le cadre des sciences de l'éducation et porté par l'INSPE de Nantes (Edwige Chirouter).

Stage GFEN Philosophie " Sexes, genre et féminismes. La philosophie à l'épreuve du genre" (26, 27 et 28 août 2019).

"Le stage du secteur philo a rassemblé cette année une quinzaine de participant-e-s sur une question brûlante : "Sexes, genre et féminismes". Comme si la grosse chaleur qui planait sur la place Voltaire ne leur suffisait pas, les esprits se sont échauffés à plusieurs reprises au cours de ces trois journées de lectures, de partage d'expériences et d'échanges, histoire de faire monter encore le thermomètre de quelques degrés : comment nier la différence des sexes ?  Mais si elle existe, en quoi consiste-t-elle exactement ? Sommes-nous assuré-e-s de notre identité sexuée, même sur le plan biologique ? Et si nous étions tous des intersexué-e-s qui nous ignorons ? Qui a le pouvoir et le droit de nous faire douter de notre identité et de nous demander d'en rendre compte ? Questions que nous nous sommes posés en constituant un comité d'éthique chargé d'examiner le cas de Caster Semenya.
Questions vives au croisement de l'intime et du politique, de l'individuel et du collectif, qui suscitent immanquablement le débat passionné, passionnel. Difficile pour les philosophes de garder leur sang froid !
Être féministe, une évidence, oui mais quel féminisme ? Là, les choses se gâtent car certains sont diamétralement opposés : quelle mesure commune entre le féminisme du care et le féminisme queer, entre le féminisme matérialiste et marxiste de Christine Delphy et un féminisme d'arrangement entre les sexes, entre le féminisme d'Antoinette Fouque affirmant l'irréductible différence entre les sexes et un féminisme visant une neutralisation des différences ou une virilisation des femmes, comme le propose Hubertine Auclert ?
Au cours de ces trois journées, nous avons également effectué une relecture genrée de nos philosophes préférés en nous demandant quel travail proposer aux élèves.
Kant néglige-t-il la domination masculine ou au contraire la dénonce-t-il ? Faut-il éviter de (faire) lire un certain texte de Spinoza excluant les femmes de la citoyenneté ? Le Rousseau auteur de l' Émile est-il bien le même que celui qui propose le programme éducatif de Sophie visant non pas l'émancipation des femmes, mais leur maintien dans l'ordre sexué naturel et social ?
Des ateliers ont nourri également la réflexion en mettant en perspective cas pratiques et théorisation. A partir d'un travail individuel ou en groupe, les participant-e-s ont pris le temps de la mémoire et de l'analyse avec des mises en scène d'expériences professionnelles, une confrontation de l'histoire personnelle et de l'Histoire sur la question du genre en élaborant une frise chronologique, une constitution d'affiche collective définissant l'homme et la femme…
La dernière matinée a été consacrée à examiner des possibles. Si nous sommes tombés d'accord pour construire un monde qui éradiquerait la domination masculine et les rapports de pouvoir entre masculin et féminin, les avis ont été partagés sur les moyens à mettre en oeuvre. Une société qui en aurait fini avec les combats féministes ne relève-t-elle pas de l'utopie ? Faut-il lancer un vaste programme d'éducation, notamment à la sexualité, faut-il en finir avec nos limites identitaires, penser à de nouveaux contrats, abolir les catégories de sexe et de genre, notamment dans les documents administratifs, point de départ du conte philosophique de Thierry Hoquet. Demain nous retrouverons nos élèves, nos étudiant-e-s, les adultes que nous formons : n'oublions pas que l'exercice de notre métier croise au quotidien des interrogations identitaires, des conflits et des préjugés et des ignorances qui peuvent être source de drames. Plus que jamais, il importe de se former à écouter, décrypter et répondre. Nous espérons rendre compte dans un futur Pratiques de la philosophie de quelques travaux que nous avons ou aurons menés".

Séminaire "Enseigner la philosophie au lycée" à l'ENS d'Ulm, organisé par Thibaut Lejeune et Benoît Brousse.

"Le constat initial est simple : d'un côté, l'ENS a été conçue pour préparer à l'enseignement, de l'autre, les concours français destinant à l'enseignement secondaire sont exclusivement tournés vers le théorique et l'année de stage est censée pourvoir à la dimension pratique. Dans les faits, le nouveau professeur peut se sentir "lâché", avec la maigre formation qu'il reçoit à l'INSPE. Or, s'il est nécessaire de posséder un bagage philosophique conséquent pour enseigner, encore faut-il réussir à transmettre ce savoir : gérer 35 élèves en situation, primo-philosophant, possiblement inintéressés par la philosophie ou dissipés, tout cela dans le cadre d'un programme et d'un examen de fin d'année.
Il s'agit donc de créer un séminaire de travail pratique et non de recherche théorique . L'écueil serait de partir dans les nuées en débattant de l'objet de la philosophie en classe de terminale. Il est certain que tout professeur de philosophie a dû définir pour lui-même le but de l'enseignement de la philosophie afin de donner sens à son activité. Ce séminaire ne cherchera pas à lui donner un sens (souvent trop idéaliste d'ailleurs), mais à le rendre possible. Il se justifie d'autant plus par la réforme, entrée en vigueur cette année pour les premières et mise en oeuvre à la rentrée 2020 pour la classe de terminale, qui modifie en profondeur la manière dont la philosophie s'enseigne au lycée : aux quatre heures de philosophie de tronc commun s'ajoute une option "Humanités, littérature et philosophie" dès la première, avec un programme spécifique organisé autour de quatre temps (les pouvoirs de la parole, les représentations du monde, la recherche de soi, l'humanité en question). Ce séminaire de pédagogie se divisera en 4 axes :
1) Un travail sur le contenu des programmes par l'étude des nouveaux programmes, du programme des bacs technologiques, de l'option "Humanités, Lettres et Philosophie", en s'appuyant sur les manuels principalement, en corrigeant des copies.
2) Un travail sur la pédagogique avec une réflexion sur les différents outils pédagogiques dont dispose un professeur (ressources internet, ateliers, débats, sorties scolaires envisageables), avec le principal souci de ne pas faire uniquement des cours magistraux.
3) Un travail sur la gestion d'une classe traitant des questions d'autorité, de la prise de notes, des retards en classe, de Parcours Sup (réflexion sur le rôle du professeur dans l'orientation post-bac des élèves), des sanctions possibles / convenables / préférables.
4) Une formation sur les complexités administratives concernant les affectations, les "points", les conseils de classe, les réunions parents-professeurs, etc.
Pour ce faire, nous alternerons entre différents formats de séances : des séances générales où l'on décortique les programmes, les différentes épreuves, ainsi que les manuels et autres outils pédagogiques à disposition ; des séances plus collaboratives où l'on réfléchit concrètement à la manière d'enseigner et de transmettre la philosophie ; et des séances avec un intervenant qui partagera son expérience (un professeur entré récemment dans le métier, un professeur aguerri, un professeur de lettres pour avoir son point de vue sur l'option "HLP", un organisateur de cinés-philo, un intervenant à l'INSPE...). Le projet se terminera vraisemblablement d'une part par une intervention en classe de Terminale, d'autre part, par la rédaction d'un livret qui retracera notre travail de l'année pour ceux qui préparent les concours de l'enseignement.
Que toutes et tous se sentent libres d'assister à ce séminaire, aussi bien ceux ayant déjà passé un concours de l'enseignement (CAPES, Agrégation), que les étudiants en philosophie qui envisagent d'enseigner au lycée et / ou en classes préparatoires".

Thèse - L'influence du training socio-psychologique sur le développement cognitif et personnel des élèves bulgares, utilisant la philosophie avec les enfants . Soutenue le 31/10/2019 par Lyudmila Tsvetkova,sous la direction de Cendrine Marro à l'Université Paris-Nanterre.

Résumé : "L'objectif principal de ce travail de recherche est d'observer l'influence du training socio-psychologique sur le développement cognitif et personnel des élèves. Si, une fois scolarisé, l'enfant est bien accompagné activement dans son développement intellectuel, il n'en va pas de même pour son développement émotionnel et social (image de soi, compétences affectives et relationnelles). Les élèves sont sommés d'acquérir beaucoup de savoirs disciplinaires variés, mais on ne travaille pas suffisamment leurs compétences émotionnelles et sociales, ce qui nuit à leur épanouissement personnel et peut les conduire à se détourner de l'école.
Dans le cadre de cette thèse, nous étudions les effets de la mise en oeuvre du training socio-psychologique, notamment via la méthode de "Philosophie avec les enfants" en milieu éducatif. Dans la recherche réalisée, on examine plus précisément l'impact des discussions à visée philosophique sur le développement émotionnel (identification des émotions), la connaissance de soi et des autres et le développement des compétences sociales. La thèse prend appui sur une étude se déroulant sur deux années scolaires (2013 à 2015) durant lesquelles on étudie l'influence des débats à visée philosophique chez les élèves scolarisés en CE2 (8-9 ans), au collège (11-13 ans) et au lycée (15-16 ans). Le recueil des données est réalisé en deux temps, au début et à la fin de chaque année scolaire. Ont été utilisés des outils de mesure quantitatifs (questionnaires et sociogramme) et qualitatifs (questionnaires d'enquête, observations). Le traitement statistique des données est effectué avec les logiciels SPSS-16 et UCINET 6.
Les résultats obtenus témoignent de l'impact positif de la méthode de "Philosophie avec les enfants", qui se manifeste dans trois domaines principaux : identification des émotions – de ses propres émotions, mais aussi de celles des autres ; construction d'une représentation de soi plus authentique, avec amélioration de l'aptitude à mieux connaitre les autres ; amélioration des compétences sociales (les capacités de communication) et des relations avec les autres. En ce sens, les débats à visée philosophique s'avèrent une bonne alternative au travail en groupe animé par la ou le psychologue scolaire, qui complète bien le travail individuel avec les élèves. Il est toutefois important de souligner qu'il ne remplace pas le travail psychologique individuel".
Mots clés – Développement cognitif et personnel, Training socio-psychologique, Philosophie avec les enfants, Débat à visée philosophique, Compétences émotionnelles et sociales

Une rencontre philo organisée par le Pôle Philo, service de Laïcité Brabant wallon a eu lieu le 21 mars à Wavre (Belgique).

3 ateliers étaient organisés : "La philosophie, la littérature et l'enfance" (Edwige Chirouter) ; "Interroger l'envers pour comprendre l'endroit : enrichir une discussion philosophique par la réflexion des opposés" (Martin Georges) ; "L'expérience des Philonautes" (Axel Pleek). Chaque personne pouvait dans la journée participer aux 3 ateliers.

Contact : polephilo@laicite.net

Site : https://www.calbw.be/pole-philo

II) Publications

Publication d'un numéro spécial des Cahiers du CERFEE (Université P. Valéry, Montpellier), sur la philosophie avec les enfants. Quelques articles :

" Débattre ou apprendre : faut-il choisir ? " (Raynaud Serra Patrice). 

" De la philosophie à l'école à une école philosophique. Redonner de la saveur aux savoirs pour lutter contre les inégalités scolaires " (Edwige Chirouter). 

" Potentialités du débat éthique en termes d'anticipation adaptative des inégalités scolaires et sociales " (Karine Demuth-Labouze). 

" La professionnalité enseignante dans le débat en classe : une étude de cas en EMC pour faire émerger le milieu de vie de l'élève " (Jean-Luc Denny et Eric Flavier).

" L'intérêt de la DVP pour (re)donner du sens aux apprentissages " (Olivier Blond-Rzewuski). 

" Pratique de la philosophie et fraternité : un levier pour lutter contre les inégalités ‘' (Christian Budex).

" Origines et valeurs des conseils coopératifs d'élèves " (Sylvain Connac.) 

" La participation des enfants à l'école sous le prisme des droits de l'enfant " (Maude Louviot). 

" La discussion philosophique avec les enfants : un dispositif communicationnel égalitaire comme pratique éducative de l'ouverture d'esprit " (Johanna Hawken). 

Devenir philosophe ! Contes philosophiques en vue de l'animation d'un café philo à l'attention des 10-13 ans, Chronique sociale, 2019, par Marie Reverdy, dramaturge et philosophe. Un ouvrage pédagogique à l'intention des adolescents et de leurs enseignant.e.s.

Prête-moi tes ailes, de Dominique Paquet, philosophe et dramaturge, aux Editions Théâtrales, 2019. Un jeune garçon solitaire joue au bord d'une rivière et, le temps d'un été, se lie d'amitié avec une libellule. D'abord méfiant, le garçon s'attache de plus en plus à ces conversations dans lesquelles ils interrogent ensemble les mystères du monde des humains et de la nature. Il lui confie son secret : il prend des cours de danse en cachette, car danser est mal vu pour un garçon. Peu à peu, la libellule va l'aider à se libérer des règles sociales et à trouver le chemin de sa liberté. Cette fable philosophique questionne les normes de la société, tout en douceur, à hauteur d'enfant…

Petit Manuel de discussions politiques – Réflexions et pratiques d'animation à l'usage des collectifs, Gaëlle Jeanmart, Cédric Leterme, Thierry Müller, Editions du commun, 2018. Ce petit Manuel propose des pistes concrètes pour (ré)apprendre à discuter ensemble, et à faire ainsi du groupe où l'on s'engage un champ d'intelligence partagée. Il combine une vigilance pratique du manuel et une interrogation plus théorique sur les enjeux des processus de discussion, sur leurs limites, leurs points aveugles et leurs présupposés. Il valorise le dispositif de la DVDP (Discussions à Visées Démocratique et Philosophique).

Les ateliers de Philosophe AGSAS : penser ensemble, dès l'enfance, la condition humaine. Dans Je est un autre n° 29, 2019. Cette brochure rend compte du colloque 2019 de l'AGSAS (Association des Groupes de Soutien au soutien, fondée par J. Lévine), centré sur les ateliers de philosophie pour les enfants, développés en France depuis 1996.

Philéas & Autobule, revue belge des enfants philosophes de 8 à 13 ans, publie régulièrement des numéros mêlant dessins, bandes dessinées, histoires, jeux etc. C'est un excellent support pour animer des ateliers philo au primaire et en collège. Un dossier pédagogique gratuit accompagne chaque numéro dès sa parution, mine d'information et d'inspiration pour les enseignants et les animateurs : "Qu'est-ce qu'une erreur ?", n° 66 (oct./nov. 2019), "L'amour, qu'est-ce que ça fait ?", n° 67 (Déc. 2019/janv. 2020).

Contact : info@phileasetautobule.com

Site : www.phileasetautobule.com

Ci-dessous plus d'informations.

Document (format PDF) : Présentation de PHILEAS & AUTOBULE. Les enfants philosophes?

Pratiquer la philosophie – Expérimenter la philosophie, Christophe Point, Chronique sociale, 2019. Préface de Philippe Meirieu. Ce livre a été écrit par un professeur de philosophie qui raconte ce qu'il a vécu en enseignant à des élèves de terminale. Il propose des dispositifs pédagogiques innovants et une façon de penser l'éducation inspirée par le philosophe et pédagogue John Dewey. Toutes les pratiques présentées ont été bricolées en classe et expérimentées personnellement. Il ouvre des possibles qui pourront inspirer bien des enseignants de philosophie.

L'ouvrage de Serge Cospérec : La guerre des programmes (1975-2020). L'enseignement de la philosophie, une réforme impossible ? (Lambert-Lucas, 2019), parvient à conjuguer, de façon mordante et passionnante, les ambitions de l'historien, du professeur de philosophie et du démocrate… "Pourquoi les réformes de l'enseignement de la philosophie ont-elles toutes dégénéré en affrontements violents, entre «?conservateurs?» et «?progressistes?»?? Pourquoi se sont-elles polarisées sur la question des programmes?? Quels en ont été les acteurs, pour quelles motivations et dans quels rôles?? Dès 1975, le Greph et Jacques Derrida soulignaient l'impasse d'un modèle hérité du temps où la «?classe de philosophie?», couronnement des études secondaires, était réservée à une élite sociale. En 2020, la disparition de la série? L, les difficultés que la philosophie rencontre dans la filière technologique, l'étouffement des innovations pédagogiques par l'institution scolaire signent la marginalisation de cette discipline. La perspective est amère pour les professeurs et désolante pour les élèves, alors que la philosophie pour tous est devenue plus que jamais nécessaire. Ce livre retrace l'histoire ignorée d'un échec, avec ses positions, ses questionnements, ses débats. Parce que l'enseignement scolaire de la philosophie reste à réinventer".

On trouvera une recension fidèle de cet ouvrage remarquable par Janine Reichstadt sur le site : https://www.democratisation-scolaire.fr/spip.php?article312

La philo vagabonde, un film de Yohan Laffort, suit dans ses pérégrinations Alain Guyard, le "philosophe forain", qui pratique la philosophie dans les prisons, les hôpitaux, les bistrots, les concerts, les quartiers, dans la rue… Son roman, La zonzon, ED. Le dilettante, 2011, met en scène son expérience de "prof de philo pour taulards".

Pour des informations sur le film : http://laphilovagabonde.com/

Chiara Pastorini (créatrice de l'association Les petites lumières), a sorti deux CD où elle traite sous forme de dialogues des thèmes pour pratiquer la philosophie avec les enfants : exemples La philosophie, c'est quoi ?Une rencontre avec Socrate et Platon ; ou Puis-je faire confiance à mes sens ?Une rencontre avec Aristote etc.

Contact : www.atelierdephilosophiepourenfants.com

Les Editions Agora viennent de publier un ouvrage : Les Zophes - Dix grandes questions pour construire une réflexion éthique. On trouvera dans le PDF ci-dessous un dossier de présentation.

Document (format PDF) : Dossier de présentation desZophes?

Diotime, n°84 (04/2020)

Diotime - Informations et Publications