Dossier - Philosopher à l'école : quelle place pour les pratiques d'écrit ?

Graines de philo, les discussions à visée philosophique et leur rapport à l'écrit pour les centres de loisirs éducatifs

Patricia Langoutte, animatrice du Groupe technique national et du Comité scientifique Graines de philo pour la Fédération nationale des Francas,
Emmanuel Mendoze, coordinateur et animateur au sein de l'Association Maison Intergénérationnelle de Quartier à la Seyne sur Mer pour les Francas du Var.

À l'origine de notre engagement dans la pratique de la discussion à visée philosophique avec les enfants et les adolescents, une visée émancipatrice de l'éducation. La fédération nationale des Francas est une association d'éducation populaire qui agit depuis 1944 pour promouvoir et développer l'action éducative locale dans le temps libre des enfants et des adolescents. Elle fédère en outre 5000 centres de loisirs éducatifs et son action permet la participation annuelle d'un million d'enfants et d'adolescents. Les Francas promeuvent une éducation émancipatrice qui permet aux enfants et aux adolescents de comprendre le monde afin d'y prendre leur place, d'y agir et le transformer, en cohérence avec les valeurs et les perspectives de société revendiquées dans un projet éducatif intitulé "Avec les enfants et les jeunes, ensemble pour l'éducation !".

I) Philosopher : un mode de vie au quotidien

Pour tendre vers cette ambition, les Francas développent de nombreuses pratiques éducatives portant sur les arts, le patrimoine, les sciences et les techniques, les médias, l'environnement... Parmi ces pratiques, le programme éducatif initié il y a une douzaine d'années, devenu "Graines de philo" en 2015, vise l'épanouissement personnel et l'acquisition d'habiletés de pensée (écouter l'autre positivement, se questionner, interroger la pertinence de son argumentation et s'interroger sur les valeurs qui la sous-tendent, enrichir sa réflexion de la réflexion des autres...).

Mais, si ces habiletés nécessitent souvent des temps spécifiques (du type "ateliers"), notre ambition est de les mettre en oeuvre dans toutes les actions quotidiennes des structures de loisirs. Si les pratiques éducatives proposées dans les structures éducatives permettent aux enfants et aux adolescents de vivre de riches expériences collectives, il nous semble essentiel de les amener à les analyser en utilisant les outils de la discussion à visée philosophique. Parce que nous sommes acteurs de terrain, cette capacité à effectuer un transfert de compétences constitue notre originalité. C'est pour nous un outil favorisant ces attitudes indispensables pour "grandir". En cela nous faisons nôtre le point de vue de François Audigier de l'Université de Genève : "L'expérience vécue ne se transforme pas spontanément en savoir maîtrisé et utile. Encore faut-il qu'elle soit reprise, réfléchie, analysée".

II) "Graine de philo" : une dynamique nationale et un programme d'actions

Depuis le lancement national de Graines de philo en 2015, 3000 éducateurs ont été formés et 10 000 adultes sensibilisés, pour une action auprès de près de 30 000 enfants.

Notre réflexion et nos travaux sont accompagnés par un comité scientifique présidé par Michel Tozzi qui rassemble : Edwige Chirouter ; Claude Escot ; François Galichet ; Bérengère Kolly ; Mélanie Olivier et Jean-Charles Pettier. Ce comité suit la mise en oeuvre des actions de Graines de philo et valide les grandes orientations du programme qui se déroule sous l'égide de la Chaire Unesco. Par ailleurs, le partenariat avec la revue "Philéas et Autobule" vient enrichir nos démarches pédagogiques.

Le programme "Graines de philo" se décline par :

  • des ateliers pour construire les habiletés de pensée de la Discussion à visée philosophique ;
  • la mise en place de temps de réflexion collective autour des activités réalisées, utilisant ces habiletés dans la vie quotidienne des structures de loisirs ;
  • le festival national "Graines de philo" et ses déclinaisons territoriales, qui permettent aux groupes de valoriser leurs réflexions, d'échanger entre eux et de s'ouvrir à de nouveaux sujets de réflexion.

Dans la conduite du programme national et de sa déclinaison au niveau local, l'écrit est un support incontournable (tout comme pour d'autres pratiques telles que l'éducation aux médias ; les activités scientifiques et techniques, la découverte du patrimoine...) :

  • pour déclencher les discussions à visée philosophique avec des questions écrites (affiches et catalogue diffusés sur le territoire national à l'occasion du Festival annuel) ;
  • pour formaliser sa pensée et capitaliser la réflexion dans le but d'approfondir (mon cahier Graines de philo) ;
  • pour partager les pensées et réflexions produites avec des pairs, avec les parents (expositions, comptes rendus, carte postale-message) ;
  • pour valoriser les aptitudes des enfants et des adolescents auprès de leurs pairs, des adultes et notamment des parents (affiches, carnets de bord) ;
  • pour analyser sa pratique dans le cadre notamment des formations d'animateurs de DVP (production d'écrits réflexifs).

Concernant la place de l'écrit dans les pratiques philosophiques avec les enfants, nous sommes aujourd'hui en phase de recherche et d'expérimentation... Cela constitue pour nous un chantier à part entière.

III) Une pratique ancrée territorialement : l'expérience de l'Association Maison Intergénérationnelle de Quartier à la Seyne sur Mer et de l'association départementale des Francas du Var (83)

Cette structure associative loi 1901, agréée d'Éducation Populaire, met en oeuvre une démarche globale de participation et de développement de la citoyenneté. Elle agit essentiellement au sein d'un quartier populaire, classé Quartier Prioritaire de la Ville (QPV). Depuis près de 3 ans, l'équipe d'animation met en place des discussions à visée philosophique intitulées "Le Petit Cercle". Cet atelier, ouvert à un public jeunes/adultes, vise le développement de compétences citoyennes et le développement d'habiletés de pensée (argumenter, conceptualiser, problématiser...).

De manière plus globale, il s'agit, au sein du "Petit cercle", d'apprendre à se questionner, à construire une pensée argumentée, critique, constructive et réfléchie avec les autres. Cette pratique permet également à chacun de trouver sa place, de se construire, de se positionner, de développer sa curiosité, de maintenir un état de questionnement et d'étonnement sur le monde qui nous entoure et dont nous faisons partie.

Ces ateliers ont permis d'observer des évolutions significatives ayant un impact sur la vie du groupe :

  • une appétence de certains jeunes pour l'expression autour de questions rarement traitées, formalisées ;
  • le développement des compétences au fil des séances ;
  • des attitudes et savoir-être qui s'installent durablement (aptitude à l'expression individuelle, écoute de l'autre) ;
  • des discussions qui se poursuivent au-delà des temps d'atelier ;
  • des propositions spontanées de sujets à soumettre à la discussion ;
  • le plaisir d'échanger, de construire avec les autres...

Dans cette démarche, le rapport à l'écrit ne s'est pas posé de manière directe, en tant qu'objectif ciblé. Plusieurs raisons à cela :

  • le milieu de l'animation socio-éducative est un milieu de tradition orale ;
  • la priorité donnée par l'équipe d'animation au développement de compétences citoyennes et d'habiletés de pensée ;
  • le contexte de loisirs et d'activités ludiques qui, s'il n'exclut pas le rapport à l'écrit dans les activités et les projets, n'en fait pas obligatoirement une constante transversale comme cela peut l'être dans un contexte scolaire.

Ce qui peut être souligné concernant cette démarche porte plus largement sur le rapport au langage.

En premier lieu, du point de vue de l'expression, la pratique de la discussion à visée philosophique participe de l'enrichissement du vocabulaire, favorise l'aisance à s'exprimer devant les autres, la capacité à "faire sortir de..." (Étymologie du verbe "exprimer"), accroît la capacité à construire une pensée avec les autres et à partir des autres, développe la capacité à reformuler, à questionner, à problématiser.

Par ailleurs, le texte est au coeur de la pratique, avec l'utilisation de supports diversifiés (ouvrages jeunesse, extraits, citations, haïku...), à partir desquels les jeunes seront invités à penser et débattre.

Enfin, l'écriture prend sa place par la construction collective d'une pensée du jour, qui la plupart du temps est "écrite" afin d'être valorisée, par la prise de note pendant les échanges qui est parfois réalisée par un des participants, par la transcription des prises en notes en compte-rendu ou en synthèse.

L'analyse globale de cette expérience permet de confirmer que bien que ne figurant pas parmi les objectifs explicites dévolus à la démarche, le rapport à l'écrit est fortement présent. L'écrit tient une place singulière que n'ont pas d'autres disciplines sur lesquelles on peut s'appuyer, notamment comme support d'expression ou de débats (la science, l'art plastique ou visuel, etc.) et nous encourage donc à nous questionner sur des passerelles peut-être plus importantes à développer entre le passage de l'expression orale à une expression écrite.

En guise de conclusion

Cette intervention aux rencontres de l'Unesco nous engage à réfléchir à cette question jusqu'alors assez peu formalisée. Un certain nombre de pistes vont être explorées dans notre programme Graines de philo :

  • Constater la similitude entre les écrits des enfants et des écrits d'auteurs ("Il pense comme nous !").
  • Écrire à des auteurs.
  • Écrire "à la manière des récits philosophiques".
  • Écrire des articles de journaux, des articles pour la radio.
  • Écrire des histoires de vie de l'école, du centre de loisirs, un journal de bord.

Le festival Graines de philo permettra sans nul doute d'en montrer les premiers résultats.

Diotime, n°81 (07/2019)

Diotime - Graines de philo, les discussions à visée philosophique et leur rapport à l'écrit pour les centres de loisirs éducatifs