En classe

Amorcer une réflexion philosophique à partir d'un film

Mireille Nicolet, professeur de philosophie, Lycée Baudimont, Arras - m27nicolet@gmail.com

Introduction

J'ai toujours perçu l'intérêt d'élaborer des dispositifs innovants pour rendre les élèves plus actifs, acteurs de leur formation philosophique. Je souhaiterais maintenant faire connaître à d'autres enseignants ces moments de joie et d'efficacité pédagogique, et aider d'autres élèves à mettre en oeuvre leurs capacités parfois somnolentes.

Trouver en début d'année un film à la fois récent et un peu décalé. Il s'agira de permettre autant que possible à chaque élève d'entrer dans une posture scolaire différente, " philosophique", à partir de ce qu'il a déjà acquis (lecture d'images, analyse de films, préoccupations personnelles...).

Après la séance au cinéma, recueillir les premières réactions.

Les élèves ciblent les notions du programme que l'on pourrait mettre en rapport avec le film. A partir de là, on élabore progressivement de petites "problématiques", qui pourront être retravaillées par la suite ou simplement servir de point de départ à la réflexion pour telle ou telle notion.

Ce dispositif conjugue réflexion personnelle, échanges et plaisir. Il donne lieu à des productions étonnantes auxquelles on peut se référer plus tard dans l'année. Le film ne constitue pas une vague référence, il a pris consistance et pourra être "utilisé" de façon très pertinente dans une dissertation.

A) Objectifs poursuivis

  1. une mobilisation de tous les élèves dans un "travail" effectué avec plaisir ;
  2. une amorce de réflexion philosophique personnelle, souvent difficile en début de terminale. Il s'est avéré que cette amorce pouvait aller jusqu'à élaborer une "problématique philosophique", précieux sésame qui dans l'idéal met en place un projet de dissertation ;
  3. au moins une "sortie" philosophique dans l'année, ce qui change les relations et réjouit les élèves : Parfois il n'y en a aucune dans les autres disciplines. Les collègues accompagnateurs peuvent au moins en reparler...

B) Historique du projet

Pour stimuler les élèves, je cherchais à proposer des activités dans lesquelles ils se sentiraient concernés. Club philo ? Difficile de trouver un moment disponible... J'ai longtemps travaillé avec la Compagnie des Amis de Platon, à Angers, puis de 2004 à 2010 et 2012 à Arras. Mais un beau jour la salle leur a été refusée, et par ailleurs ce n'était pas accessible à toutes les configurations de classes technologiques. J'avais profité du Festival du Film d'Arras 2006 (Arthur Penn était invité d'honneur) pour emmener les ST2S voirMiracle en Alabama : il me semblait possible et souhaitable de faire "quelque chose" à partir du cinéma.

Le projet s'est précisé au cours des années. C'était d'abord simplement un film susceptible d'intéresser les élèves et de stimuler leur réflexion. Progressivement, la démarche est devenue plus ambitieuse et les objectifs plus clairs.

Il ne s'agissait plus seulement de s'en remettre au hasard, mais de chercher le plus tôt possible et donc d'une année sur l'autre "le" film adapté, d'obtenir des élèves une réflexion orale en interaction puis une réflexion écrite personnelle...

L'objectif devenait multiple, les objectifs peuvent même paradoxalement sembler contradictoires :

  • échanges en classe auxquels tous les élèves peuvent facilement participer, avec prolongements via les réseaux sociaux. Ils s'impliquent ensuite plus facilement dans le travail commun et la construction du cours ;
  • travail individuel ou en groupe de façon à élaborer peu à peu un petit texte construit de qualité, qui sera intégré à l'apprentissage de la dissertation ;
  • constituer une référence directement utilisable dans telle ou telle dissertation : les références cinématographiques sont acceptées, et même encouragées par bon nombre de collègues ;
  • permettre aux élèves de réconcilier travail et "loisir-plaisir", retrouver une philosophie non "utilitaire" qui cependant "cultive" ;
  • amener les élèves à percevoir l'art comme susceptible d'éveiller une réflexion ;
  • ouverture " culturelle ", car la plupart des élèves vont plutôt voir des films "d'action" assez stéréotypés.

C) Description des étapes

1) Avant

Recherche du film (y penser l'année précédente).

Puis faisabilité côté cinéma et côté lycée. Trouver un créneau dans l'emploi du temps de façon à libérer plusieurs classes en même temps...

Sensibiliser les élèves, leur montrer l'intérêt, l'actualité du film choisi

2) Après la séance

En reparler le plus rapidement possible, donc ne pas choisir une date trop proche des vacances.

HEURE 1

1 - Libre expression des élèves.

2 - Chacun propose une notion, le film a été choisi pour qu'il y ait beaucoup de possibilités.

HEURE 2

3 - Les élèves posent trois questions en rapport avec la notion choisie, la première porte directement sur le film, les deux autres sont plus larges et de plus en plus étonnantes...

4 - Les questions sont récoltées, anonymées... collectivement critiquées... et chaque élève se lance dans la rédaction de "sa" problématique (qui pourra éventuellement être terminée pour le cours suivant)

Voilà un lien qui permet de retrouver les films travaillés et quelques réalisations d'élèves :
https://docs.google.com/presentation/d/1xbf0RPwtwwvYsp1cOYxziLRT7kh7KjhpZlF5i06nFeM/edit?usp=sharing

D) Soutiens et supports

L'équipe éducative (Direction, collègues de la classe, vie Scolaire, parents...) peut agir de façon très positive, d'une part en facilitant les démarches administratives, d'autre part en stimulant les bonnes dispositions des élèves. La direction du Cinémovida Arras m'a été un précieux soutien.

Le principal support "technique" est bien évidemment le film. On travaillera ensuite beaucoup à l'oral, avec prise de notes et bilans. Il peut être intéressant de revoir tel ou tel extrait en classe. Une recherche d'articles sur le film ou sur des questions en jeu donne au travail une plus grande résonance. Les réseaux sociaux permettent de poursuivre les échanges. Une compilation des travaux effectués peut être transmise, et déposée sur le groupe " Philopâkons " proposé aux élèves.

Voilà la Ressource " Films " que j'ai constituée :
https://www.facebook.com/mireille.nicolet/media_set?set=a.10207083705810423.1073741910.1814392970&type=3&uploaded=1

E) Obstacles rencontrés

Au niveau de l'organisation, il n'est pas facile de trouver une date qui convienne à tous assez tôt dans l'année, de façon à garder du temps avant les vacances de novembre. Hippocrate en 2014 : 18 septembre !

Au niveau de ce qui est attendu des élèves, l'implication est bonne mais certains élèves ont du mal à abstraire, et du coup ne comprennent pas très bien ce qu'on attend d'eux par la suite.

F) Bilan

1) Bilan très positif.

L'énergie dépensée est largement compensée par la satisfaction du professeur qui voit d'emblée celle des élèves. Eux ne perçoivent pas tous immédiatement le rapport avec la philosophie. Mais progressivement, la réflexion commune leur permet de mieux comprendre le rapport entre la philosophie et la vie, leur vie. Le dispositif suscite une réflexion personnelle qui comporte une dimension créatrice. Il apparait alors possible de l'intégrer dans l'apprentissage de la dissertation, objectif du baccalauréat strictement "scolaire".

2) Coût.

En ce qui me concerne, j'ai vu un nombre considérable de films, autant que possible à prix réduit, j'ai profité des ciné-débats organisés à Arras et à Douai. J'ai maintenant acquis un discernement plus rapide et j'ai engrangé des références de films pertinents.

Le lycée ne débourse rien. Chaque élève paye 3 ou 4 euros.

Par ailleurs, la réussite du dispositif m'a rendue audacieuse. Les interactions ont été telles que j'ai eu le désir de lancer un "Pôle Culture" au Lycée de façon à profiter des nombreuses activités culturelles proposées à Arras, que peu d'élèves connaissent, en particulier en séries technologiques. Deux collègues sont venus au Lycée faire une conférence. Nous avons pu organiser une " Semaine du Respect", suivie d'une Exposition Bilan.

Le dispositif est transposable, à condition d'avoir amorcé l'année de façon interactive.

G) Personnes susceptibles de témoigner

  • un ou plusieurs élèves de TSTL TSTMG : Fred Zeleny, bac 2010 - Louis Sophys, bac 2015 - Thibault Huleux, bac 2017.
  • Jeanne Szpirglas, Inspectrice (actuellement Académie de Versailles).
  • Guillaume Lequien, Professeur certifié de philosophie et de cinéma-audiovisuel, EPhA.
  • Aurore Burte, Responsable des Prépas Concours Sociaux, qui profite volontiers du film choisi avec ses élèves, et le travaille avec le professeur de Culture Générale de sa classe.
  • Ingrid Foucque Waeghe, direction Cinémovida Arras.
  • Michel Tozzi, didacticien de l'Apprentissage du Philosopher (Terminale ; enfants et adolescents ; dans la Cité).
  • Nicole Grataloup, secteur philosophie du GFEN (voir en particulier http://www.gfen.asso.fr/images/documents/pensee_ecriture_philo_ng.pdf).
  • Madame Matthieu, Compagnie des Amis de Platon, qui voit depuis longtemps comment je travaille.

https://www.facebook.com/mireille.nicolet/posts/10208782172831037?pnref=story

Diotime, n°77 (07/2018)

Diotime - Amorcer une réflexion philosophique à partir d'un film