Formation

"Aider les enfants à grandir en discernement et en humanité" : la vocation de la Fondation SEVE

Marie Cervoni, directrice pédagogique du module "Relation bienveillante à l'enfant et à l'adolescent",
Marie-Jeanne Trouchaud, responsable des actions pédagogiques de SEVE.

Soucieux du mal être de beaucoup de jeunes aujourd'hui et convaincus que c'est en agissant dès le plus jeune âge que l'on peut changer la société de demain, Martine Roussel-Adam et Frédéric Lenoir ont co-créé en août 2016 la fondation SEVE, ( Savoir Être et Vivre Ensemble). Sous l'égide de la Fondation de France, SEVE a pour vocation d'aider les enfants à grandir en discernement et en humanité, à travers le développement d'aptitudes réflexives, émotionnelles et relationnelles.

L'actualité récente liée aux attentats et à la montée de l'islamisme radical a montré combien développer à la fois l'esprit critique et le vivre ensemble constitue un enjeu pour nos sociétés.

La fondation SEVE, depuis ses débuts, a développé des antennes à l'international, avec des relais au Canada, en Belgique, en Suisse, au Maroc et bientôt au Luxembourg. C'est dans cette optique de fédérer en réseau et avec l'envie de mettre en oeuvre une action à fort impact que SEVE mène ses actions auprès des enfants et des adolescents.

I Des ateliers à visée réflexive et philosophique pour construire sa pensée avec les autres

Dans le cadre des actions engagées par la Fondation SEVE, l'association SEVE s'occupe plus spécifiquement de développer la pratique des ateliers à visée réflexive et philosophique, notamment à l'école, à travers la constitution d'un réseau d'animateurs. Ceux-ci interviennent dans les structures publiques et privées qui accueillent des enfants (écoles, activités périscolaires, bibliothèques, médiathèques, associations, centres de loisirs...). En promouvant les ateliers philosophiques et de pratique de l'attention, SEVE souhaite contribuer à mieux préparer les enfants et les jeunes à devenir des êtres conscients, actifs et respectueux.?

Aider les enfants à construire leur pensée, à développer leur référence interne, leur propre esprit critique, à apprendre à respecter l'autre dans sa différence, et cultiver l'empathie sont les axes fondamentaux des ateliers. Quand on leur en donne l'opportunité, les enfants sont capables d'élaborer une vraie réflexion, de la partager avec d'autres, de développer écoute et empathie, d'apprendre à collaborer. Autant d'aptitudes qui permettent de résister aux manipulations du "prêt-à-penser" et à l'effet hypnotique de la pensée dogmatique ...

Les ateliers sont aussi l'occasion d'acquérir les bases de la communication sans violence. "Faire ensemble" dans un cadre relationnel sain offre une proposition alternative aux relations habituelles trop souvent fondées sur des rapports de compétition ou de domination entre pairs.

Les ateliers proposés par SEVE ne privilégient aucune "chapelle" ou aucune "méthode" parmi celles qui existent. Au terme d'une présentation de plusieurs méthodes, les animateurs pourront choisir celle qui leur convient le mieux. Par ailleurs, l'originalité de la démarche SEVE réside dans le fait de proposer avant le début des ateliers, un temps court de "pratique de l'attention", pour rassembler corps et esprit et se recentrer par une attention centrée sur la respiration, ou l'écoute, ou l'observation d'un ressenti. Ce moment de "méditation laïque", inspiré de la mindfullness, constitue un temps préparatoire à la réflexion en commun. Si cette introduction est facultative, elle est néanmoins plébiscitée par nombre d'animateurs, et surtout par les enfants qui découvrent et s'approprient de nouveaux outils pour être plus présents à eux-mêmes.

Pour faciliter les interventions dans les établissements scolaires et toucher le plus grand nombre d'élèves possible, SEVE a déposé auprès du Ministère de l'Éducation nationale un dossier d'agrément, qui vient d'être accepté. L'association est affiliée à la Fédération des clubs de l'UNESCO et, à ce titre, elle bénéficie de l'agrément "Association complémentaire de l'enseignement public" décerné par l'Éducation Nationale.

II) Le parcours SEVE : l'esprit et la lettre

SEVE, présidée par Frédéric Lenoir, a pour mission de créer un large réseau de personnes ayant les aptitudes et les savoirs nécessaires pour animer des ateliers de pratique de l'attention et de philosophie avec les enfants et les adolescents. Il ne s'agit pas de faire des cours de philosophie aux enfants, mais bien de leur permettre de philosopher eux-mêmes. Un changement de posture dans la relation à l'élève et au groupe est donc nécessaire. Loin de la transmission verticale du savoir, les ateliers sont animés par un adulte qui accompagne et sécurise les enfants dans la découverte et la construction de leur aptitude à philosopher. C'est à cette condition que l'on peut réellement aider les enfants à se reconnaître comme sujets pensants, interlocuteurs valables, capables de développer librement leur pensée sans être soumis au contrôle voire à la peur du jugement extérieur.

SEVE propose ainsi un "parcours" de formation sur huit jours répartis en quatre week-ends. Les sessions sont dispensées en groupe, dans des villes et lieux choisis par SEVE, répartis à travers la France. Des parcours SEVE sont aussi ouverts au Canada, en Suisse, en Belgique, et bientôt dans d'autres régions ou pays (La Réunion, le Luxembourg...). Le contenu en présentiel est enrichi par des compléments à distance, via un accès réservé à ses membres sur le site internet de la fondation.

Pour devenir animateur, SEVE n'impose aucune condition de limite d'âge ou de diplôme. Le profil idéal ? Des personnes motivées pour animer des ateliers. En pratique, il y a environ un tiers d'enseignants, un tiers de professionnels de l'enfance et un tiers de professionnels du bien être ou des parents, grands-parents... Néanmoins, toutes les candidatures ne sont pas acceptées. Les candidats au parcours SEVE doivent adresser avec leur demande d'inscription une lettre de motivation et un CV. Les candidatures sont rigoureusement examinées, le critère principal étant l'ouverture d'esprit et l'envie d'apprendre, c'est à dire une possibilité de remise en question. Les stagiaires doivent tout au long de la formation démontrer des aptitudes, des compétences et des habiletés nécessaires à la mise en oeuvre des ateliers avec les enfants.

Le parcours est validé à plusieurs conditions :

  • Suivi des 8 journées en présentiel et fiche d'évaluation.
  • Visionnage des compléments en ligne sur le site de la Fondation.
  • Lecture d'une bibliographie conséquente.
  • Expérimentation sur au moins trois ateliers pratiqués avec les enfants au milieu du parcours.
  • Travail en binômes (un stagiaire anime et l'autre observe, ce qui permet une exploitation à chaud et un partage entre pairs).
  • Tenue d'un journal de bord indiquant l'appropriation personnelle de tous les éléments ci-dessus (commentaires, fiches de lecture, notes, recherches personnelles, retours sur les expériences vécues en atelier).
  • Questionnaire d'auto-évaluation.

Le parcours SEVE repose sur un cahier des charges exigeant, formulé entre autres par des professionnels qualifiés et reconnus de l'Éducation nationale et de l'Enseignement supérieur : pédagogues, spécialistes de philosophie et de la pratique des ateliers philosophiques avec les enfants, spécialistes de la formation en relations humaines, psychologues, formateurs d'enseignants. Il s'articule autour de quatre modules d'enseignements. La qualité et la cohérence des formations sont placées sous la responsabilité de Marie-Jeanne Trouchaud, formatrice en relations humaines pendant 30 ans, psychothérapeute, auteure et conférencière. En tant que Directrice des actions pédagogiques de SEVE, elle veille à l'ensemble du parcours et des actions de formations.

A) Module 1 - Comment mener un atelier de philosophie avec les enfants ?

Préparer à l'animation d'ateliers de philosophie avec les enfants à l'école et dans la Cité, être capable de préparer des séances et progressions en cohérence avec les programmes d'EMC, se construire une culture philosophique et littéraire et savoir analyser sa pratique sont les objectifs principaux de cet enseignement dispensé en sept sessions de trois heures, sous la direction pédagogique d'Edwige Chirouter, maîtresse de conférences HDR en sciences de l'éducation à l'Université de Nantes (ESPE), titulaire de la Chaire UNESCO : "Pratiques de la philosophie avec les enfants : une base éducative pour le dialogue interculturel et la transformation sociale".

Après une présentation des enjeux de la philosophie avec les enfants (historique de cette pratique dans le monde, les différents courants, les différents dispositifs), le contenu du module aborde divers sujets tels que les compétences développées par les élèves lors de ateliers de philosophie, la conception de dispositifs, déroulements, traces écrites, évaluation des séances. D'autres ressources et bases de travail sont utilisées, comme le visionnage de séquences filmées d'ateliers en classe, des analyses de supports (albums jeunesse, films, peintures), des mises en situation des stagiaires.

B) Module 2 - Connaître l'enfant et l'adolescent et établir avec lui une relation bienveillante

Comment créer et faire vivre une relation de qualité, empathique et bienveillante, à l'enfant et au groupe ? C'est le fil directeur de ce module qui a pour but de donner des repères théoriques et surtout pratiques pour arriver à cette qualité relationnelle pendant les ateliers avec ici comme focale le savoir-être et le vivre ensemble. Le cadre est clair : l'approche n'est ni thérapeutique, ni psychologisante : il s'agit de transmettre aux animateurs des clés relationnelles pour apprendre à accueillir (l'enfant, l'enseignant, soi).

Comme l'intention de bienveillance ne suffit pas à garantir un comportement réellement bienveillant envers les enfants - selon l'adage "l'Enfer est pavé de bonnes intentions" - l'objectif de ce module est de clarifier et d'expliciter un certain nombre de connaissances pratiques dans la relation à l'enfant, de façon à ce que le comportement des animateurs en formation (qui ne sont pas tous des professionnels de l'enfance), ne puisse pas induire des effets négatifs sur les enfants. Sont abordés ainsi divers aspects comme le développement cognitif, affectif et social de l'enfant, le fonctionnement de ses émotions, le processus de construction de la confiance en soi, et la meilleure manière d'entrer en relation avec lui. Sont travaillés aussi des éléments fondamentaux de la posture : bienveillance et non-jugement. L'animateur se doit en effet d'incarner devant les enfants ce Savoir Être et Vivre Ensemble.

Ce contenu est réparti sur quatre fois trois heures, sous la direction pédagogique de Marie Cervoni, agrégée de Géographie, enseignante en collège depuis 15 ans et formatrice en non-violence.

C) Module 3 - Notions de philosophie

L'objectif de ce module est de transmettre les notions, savoirs et compétences de base utiles à connaître pour assurer l'animation d'ateliers de philosophie avec les enfants. Les trois fois trois heures dévolues à ce module permettent d'articuler les interventions autour de trois thèmes : Définition de la philosophie. Les étapes de la méthode philosophique. Vocabulaire et grands courants de la philosophie.

Les valeurs et principes de base de l'enseignement philosophique proposées au sein des programmes de l'Éducation nationale sont repris : formation de l'esprit critique, apprentissage de la liberté de penser, respect de toutes les opinions, développement de l'autonomie intellectuelle, apprentissage du dialogue démocratique, exercice de la rationalité ouverte, formation d'une identité saine, promotion d'un équilibre psychique, affectif et social, épanouissement de la responsabilité civique, contribution à l'élaboration d'une sagesse citoyenne. Ce module s'appuie aussi sur un dispositif dématérialisé qui propose une base d'enseignement théorique sous la forme de capsules vidéos pédagogiques envoyées au préalable aux stagiaires pour assurer une base commune à toutes les formations.

Ce module est placé sous la direction pédagogique de Joël Janiaud, agrégé de philosophie, docteur en philosophie, ancien élève de l'École Normale Supérieure, professeur de philosophie et formateur d'enseignants. Les contenus visent à garantir aux stagiaires l'acquisition d'une culture philosophique élémentaire.

D) Module 4 - Comment mener un moment de pratique de l'attention avec les enfants ?

L'objectif du module "Pratique de l'attention" est de permettre aux apprenants d'animer un atelier de 2 à 5 minutes de pratique de l'attention au moment présent et sans jugement (principalement par une centration sur la respiration), qui précédera les ateliers philosophiques proprement dits. Ce moment préliminaire de pratique de l'attention favorise pour des raisons neuro-psychologiques le focus attentionnel, la souplesse émotionnelle, la flexibilité cognitive, ainsi que la pensée abstraite et créative. Il y a donc une cohérence et une réelle pertinence à proposer ce type d'activité avant une pratique réflexive. La pratique de l'attention est commune à de nombreux courants liés à la méditation. Le terme "méditation" est cependant ici utilisé dans son acception la plus large d'"entraînement de l'esprit". Il ne s'agit donc pas de méditation spirituelle ou religieuse. Plusieurs références sont faites durant la formation à la "méditation de pleine conscience", qui utilise ce type de pratique attentionnelle. La mindfullness est scientifiquement validée et utilisée dans le monde de la santé depuis plus de 20 ans.

Ce module permet aussi aux stagiaires de bénéficier de temps de méditation guidée, en soirée.

Les deux sessions de trois heures sont dispensées sous la direction pédagogique de Jeanne Siaud-Facchin, psychologue clinicienne, spécialiste des surdoués. Elle est attachée à l'Unité d'adolescents du Pr Rufo, et membre du laboratoire d'exploration fonctionnelle cognitive de l'hôpital de La Salpêtrière à Paris.

III) "Mettre en oeuvre une action à fort impact" : l'ambition de la Fondation SEVE

Plus de 1000 personnes formées, et près de 80000 enfants sensibilisés.

Créée en Août 2016, SEVE vient à peine de souffler sa première bougie, mais elle est déjà bien implantée sur le terrain, au contact des enfants, en leur proposant des ateliers de discussion à visée philosophique. Ce sont déjà plus de 1000 personnes qui ont suivi le parcours de l'association et ont d'ores et déjà commencé la pratique des ateliers. En France, près de 80000 enfants ont ainsi expérimenté, via son action, des ateliers philosophiques et de pratique de l'attention. Les futures promotions bénéficieront des retours d'expérience et du bilan de la première année d'exercice. L'élaboration du planning pour l'année scolaire prochaine en tient compte. Les demandes d'inscription sont nombreuses, et nous avons programmé des parcours SEVE dans douze villes, avec des ouvertures vers les régions plus périphériques de Corse et de La Réunion, et peut être aussi en Guadeloupe et en Martinique. L'an prochain SEVE se donne pour objectif de former au moins 1000 animateurs supplémentaires en France.

Au cours de cette première année scolaire d'exercice, on a pu constater combien la demande était forte, et combien notre proposition d'ateliers de philosophie, précédés d'un petit temps de pratique de l'attention répondait aux attentes.

Élèves, enseignants, animateurs, parents, chefs d'établissement, les retours sont souvent enthousiastes et en tous cas unanimes sur un point : l'incroyable aptitude des enfants à l'étonnement philosophique !

IV) Des propositions partout en France et à l'étranger

La vocation de l'association SEVE est de contribuer de manière significative, grâce à une action à fort impact, au développement de l'esprit critique et d'aptitudes au savoir être et au vivre ensemble. Frédéric Lenoir et Martine Roussel-Adam ont donc voulu, en co-créant SEVE, développer de manière intensive la pratique des ateliers de discussion à visée philosophique avec les enfants, en s'appuyant sur la notoriété de Frédéric Lenoir, afin de proposer au plus grand nombre possible d'enfants de découvrir la valeur de leur pensée. Pour autant, il n'était pas question de renoncer à l'exigence de la qualité.

Il a donc fallu organiser des formations destinées principalement à des enseignants et à des professionnels de l'enfance. Entre Décembre 2016 et Juin 2017, SEVE a organisé 13 sessions de formation dans 12 villes de France pour 1042 stagiaires. Cette formation a été dispensée par 49 formateurs, tous spécialistes reconnus dans leur discipline, Les sessions ont été organisées sur 8 journées (4 week-ends ou 2 fois 4 jours), chaque fois pour 2 groupes simultanément, ce qui représente 200 journées de formation, et les contenus sont travaillés par les directeurs pédagogiques de chaque discipline avec la responsable des actions pédagogiques. SEVE a aussi organisé un séminaire de réflexion qui a réuni les 49 formateurs pendant tout un week-end afin d'améliorer encore la cohérence entre tous les responsables du même module et entre les contenus et pratiques dans les différentes disciplines. Ce week-end de réflexion a été animé par Michel Tozzi, entre autres Professeur honoraire en sciences de l 'éducation et didacticien de l'apprentissage du philosopher. Ainsi, que ce soit à Bordeaux, à Paris, à Nice, à Lille ou dans n'importe quelle autre ville, les stagiaires bénéficient d'un enseignement harmonisé.

Nous avons demandé à nos stagiaires des évaluations sur leur formation. Ils se sont déclarés satisfaits à 95,77%, dont 57,42 % de très satisfaits.

Nous leur avons aussi demandé une évaluation quantitative et qualitative sur leurs prestations et de nous parler de l'accueil qu'ils recevaient dans les structures (voir en fin d'article).

Au 30 Juin, 2017, 422 personnes (sur 1042 stagiaires) nous ont répondu. Elles ont animé 5061 ateliers, qui ont concerné 34428 enfants, dans 480 villes ou villages de France. Il y a eu plusieurs ateliers menés dans des classes ULIS, dans des hôpitaux, dans des quartiers sensibles...[M1]

On peut voir avec ces chiffres que nos stagiaires n'ont pas fait qu'animer les trois ateliers qui étaient demandés lors de leur formation, mais bien plus. En effet, les écoles et structures ont réservé un accueil enthousiaste à leurs interventions. Un enseignant parlant à un autre qui devenait demandeur, etc. Des écoles entières se sont organisées pour que chaque classe puisse bénéficier de l'expérience. Nombreux ont été les enseignants qui se sont dit ravis et étonnés de ce qu'ils découvraient de leurs élèves. Les enfants ont eux aussi été dans la grande majorité très heureux de participer à ces ateliers. Ils ont manifesté leur joie par leurs mots, par leurs dessins...

V) À l'étranger SEVE peut s'enorgueillir d'un beau bilan et de nouvelles perspectives

SEVE a également suscité la création d'antennes dans d'autres pays francophones et, aujourd'hui, au Canada, en Belgique, en Suisse, environ 400 animateurs supplémentaires ont été formés. Ces antennes bénéficient du soutien de SEVE et doivent répondre au cahier des charges sur la qualité de la formation.

VI) Maintenir les liens, renforcer les compétences : SEVE oeuvre pour l'efficacité de son action dans le temps

D'autres expériences de formations à l'animation d'ateliers de philosophie avec les enfants, initiées depuis de nombreuses années, notamment au Canada autour de l'Université de Laval et de l'équipe de Michel Sasseville, ont montré que pour les personnes formées, le principal frein à la pérennisation de telles actions auprès des enfants était le manque de soutien (les enseignants qui pratiquent se sentent parfois isolés) et de dispositifs de formation continue. C'est pourquoi SEVE a d'emblée mis en place des modules de formation complémentaires, appelés modules d'approfondissement, ouverts à tous ceux qui ont suivi le parcours SEVE. Ils touchent à divers aspects, abordés ou non en formation initiale, comme "Le monde de l'adolescent", "Ateliers de philosophie et littérature de jeunesse", "S'initier à la communication bienveillante", "La différence et l'égalité", "Les concepts philosophiques : philosophie générale", "Difficultés rencontrées lors des ateliers" , ou encore "Les ateliers philo à hauts risques ", "Animer un atelier en prison, pour jeunes délinquants", "Avec des enfants handicapés", " A l'hôpital", "Les maternelles", "Comportement difficile d'un enfant, quelles solutions?"... D'autres modules complémentaires seront proposés au fur et à mesure, en fonction des demandes et des besoins.

SEVE Association crée aussi un réseau d'établissements scolaires demandeurs d'accompagnement pour leurs enseignants ou de structures administratives ou municipales, afin de leur offrir la possibilité de recevoir in situ des sensibilisations plus ou moins longues, mais toujours avec la même exigence de qualité.

Parce qu'on a plus d'impact ensemble et que selon l'adage, "l'union fait la force", SEVE veille aussi à la mise en réseau des personnes qui concourent à son action. Dans la plupart des villes ayant accueilli le parcours SEVE, les groupes se sont spontanément structurés autour des réseaux sociaux pour rester en contact, communiquer, échanger sur leurs pratiques. Les binômes constitués lors des stages de terrain (puisqu'on demande aux futurs animateurs de se mettre en binômes d'observation et d'animer au moins trois ateliers avant la fin du parcours), se consolident voire s'agrègent pour former localement la base solide d'un travail en équipe. Formateurs, animateurs et adhérents se retrouvent aussi au sein du "Cercle des amis" de la Fondation, qui coordonne rencontres, conférences, événements et moments de convivialité annuels. Savoir Être et Vivre Ensemble, c'est aussi partager la joie de se retrouver, unis et portés par un même élan et avec l'enthousiasme de penser qu'ensemble, on peut réellement agir pour changer le monde !

ANNEXES

I) Témoignages d'animateurs

"J'ai été impressionnée par la participation active des élèves de CM2. Ils apprécient le bâton de parole qui oblige à ne pas interrompre leur camarade qui s'exprime. J'ai constaté également la bienveillance qu'ils avaient entre eux. L'atelier a permis un échange très agréable".

"J'ai beaucoup aimé donner cet espace de liberté de parole et de pensée aux enfants, leur espace de partage à eux, absent de tout jugement adulte. Les paroles se sont libérées au fur et à mesure, le raisonnement a commencé à se construire rapidement pour certains. Les enfants ont été très respectueux des autres dans l'écoute ; le fait de prendre la parole tour à tour et des liens plus profonds ont commencé à se tisser entre eux pour certains par la compréhension et la coopération".

"Le cercle de paroles permet à l'énergie de circuler de telle façon que toutes les solutions semblent latentes et possibles".

"J'ai été "scotchée" par l'impossibilité de stopper l'atelier tellement les enfants voulaient encore et encore dire ce qu'ils avaient à dire... Cela faisait pourtant déjà plus de 35 minutes que nous avions débuté l'atelier... Je suis émerveillée par l'enthousiasme des enfants !".

"Animer des ateliers m'a donné beaucoup de joie, cadeau reçu et donné, ça m'encourage à lire nos livres, à se questionner, à échanger avec mes binômes, c'est enthousiasmant. Savourer les moments de silence pendant un temps de dessin à la fin d'une séance".

"Ces ateliers ont été d'une grande richesse, aussi bien avec les enfants que les enseignants... Je pense que le fait d'être un intervenant extérieur à l'école facilite les échanges...".

II) Témoignage d'enseignants

"Je me suis sentie très touchée de voir à quel point ces ateliers ont développé la confiance en eux, une confiance liée au fait de ne pas se sentir jugé, le plaisir de parler librement et d'écouter et d'être écouté attentivement. Les enfants étaient étonnés de voir qu'ils pouvaient changer d'avis à partir de ce que disaient leurs camarades. Ils ont pris dans l'ensemble beaucoup de plaisir, car lorsque nous leur avons demandé qui voulait participer de nouveau à des ateliers philo l'an prochain, 18 élèves sur 22 ont levé la main. Magnifique aventure humaine !".

"Ce qui me parait essentiel, c'est l'évolution du groupe au niveau de l'accueil et du respect de la pensée de l'autre. Cet autre qui n'est plus perçu comme quelqu'un à convaincre ou à fragiliser pour faire exister sa pensée, mais qui devient une aide, un co-constructeur de pensée. Petit à petit, le groupe s'auto-gère, et la vie de classe y trouve un vrai bénéfice. Il y a une forme de prise de conscience de l'utilité et de la place de chacun".

"J'ai l'impression que chaque minute qui s'écoule a une importance majeure : importance de notre présence, bienveillance, écoute, importance de regarder les enfants les uns après les autres, importance de proposer la parole, avec bienveillance, importance de la reformulation pour relancer la discussion, et importance de faire une synthèse et conclure".

"Cela m'a permis d'oser des pratiques pédagogiques que jusqu'alors je ne m'autorisais pas. Une liberté pédagogique et de pratiques diversifiées s'est emparée de moi ! Et j'en suis ravie !".

"Les ateliers ont nettement permis une amélioration dans le relationnel entre les enfants et aussi envers les professeurs".

"J'ai été particulièrement touchée par une petite fille de 8 ans. Elle a créé un cahier avec des collages et raconte des contes qu'elle invente. Pour illustrer une réponse à ma question "Comment devenir libre ?", elle m'a raconté ceci :

"Il était une fois une petite fille sage, qui obéissait toujours à ses parents, à tout le monde. Mais elle était triste, incapable de dire non. Un jour, deux petits diables sont venus lui demander un tas de choses, sans qu'elle ait eu la force de dire non ; jusqu'à commettre un acte grave. Ses parents, horrifiés, comprennent leur erreur. Leur petite fille était peut-être obéissante, mais elle ne faisait pas le bien. Pourquoi ? Parce qu'elle n'était pas elle-même. Quand elle comprit que ses "oui" pour plaire à tout le monde lui faisaient du mal, elle a commencé à dire non aux autres, pour se dire oui à elle-même. Et elle fut libre. Enfin !".

"L'enseignante avec qui j'ai fait un des ateliers a beaucoup aimé la Pratique de l'attention avec la météo et a trouvé que sa classe était beaucoup plus calme dans l'atelier philo qui a suivi que lorsque les enfants s'expriment en classe. Elle a aussi trouvé très bien que les enfants puissent dire "je ne suis pas d'accord avec..." d'une manière très libre".

"Découvrir certains élèves à travers leurs réflexions et échanges m'a permis de mieux connaître certains de mes élèves et de mieux être à leur écoute".

"J'ai été très heureuse de pouvoir découvrir mes élèves de l'extérieur".

III) Témoignages d'enfants

Au final, ce sont les enfants qui en parlent le mieux. Ces paroles d'enfants sont tirées du bilan après une année d'exercice, avec :

  • 15 % d'enfants de + de 10 ans.
  • 46 % d'enfants entre 8 et 10 ans.
  • 29 % d'enfants entre 6 et 7 ans.
  • 10 % d'enfants entre 4 et 5 ans.

"L'atelier philo, c'est construire un arbre ensemble, d'abord il y a des racines, un tronc et puis après des branches et des feuilles." Alexandre, 10 ans.

"L'Amour est inconditionnel, sinon ça n'est pas de l'amour mais de l'intérêt." Assan, 8 ans.

"Le bonheur, c'est un état de bien-être" Paul, 7 ans.

"Un ami, on le ressent avec le coeur !".

"Je me suis senti plus concentré, le temps est passé super vite." Elève de 12 ans, 5ème, hyperactif.

"Quand on est malheureux, ça reste dans le ventre, alors que le bonheur, lui, il passe".

"La philosophie, ça sert à se construire sa propre vie".

"Dans les mots amour et amitié, il y a le mot âme."

Une petite fille de 5 ans a dit après avoir médité : "Ca m'a fait du bien dans mon coeur".

"Ca m'a fait du bien, j'étais calme partout en moi et pour une fois, je n'étais pas obligé de faire le fou pour faire rire mes copains." Heaven, 7 ans, sur la pratique de l'attention.

Vachement bien ! Dommage que ça s'arrête !" Un groupe d'enfants de CM2.

"Le bonheur, c'est un sourire." Ryan, 7 ans.

"On peut être ami avec quelqu'un, même s'il n'est pas toujours gentil avec nous ou les autres. Il est peut-être malheureux parce qu'il a des problèmes et alors, on peut être là pour l'aider". Martin 9 ans.

"La philo, ça sert à aller vers le bonheur".

"Etre grand, c'est être grand dans sa tête et dans son coeur, même si on est petit dans son corps". Lucas, CE2.

"L'Amour, c'est un petit ver de terre qui rentre dans ton coeur, qui se promène à l'intérieur et t'envoie des petites décharges électriques qui brillent". Nino, CE1.

"On peut acheter du plaisir, mais le bonheur ne s'achète pas". Mathieu, 7 ans.

"La philo, c'est chouette, on peut savoir ce que les autres ont dans la tête".

"C'est la première fois qu'on nous fait parler comme ça et que l'on nous écoute comme ça".

"Monsieur, je ne vous oublierai jamais...vous me faites voir la vie autrement".

" C'est bien la philosophie, parce que ça sert à réfléchir par soi-même". Justine, 9 ans.

"Un ami, c'est comme une étoile, même si on ne se voit pas, on sait qu'il est là pour nous et nous pour lui". Timéo.

"Quand ça ne va pas avec mon frère, je pense à ce qu'on s'est dit ici et je me calme avec ma respiration". Timéo.

"La philosophie, c'est se questionner sur notre vie". Un enfant de CM2.

"Je trouve l'atelier débat-philo difficile, parce qu'il faut réfléchir et donner son avis, mais j'ai adoré parce qu'il faut réfléchir et donner son avis".

"C'était agréable la pleine conscience... Je ne savais pas qu'on pouvait sentir la respiration comme ça... Je l'ai fait à la maison avec Maman et Papa".

"Avec la pratique de l'attention, j'ai découvert des parties de moi que je ne connaissais pas". Enfant de 6ème.

"C'est comme si chaque élève de la classe était chacun les pièces d'un puzzle et nous faisons le puzzle en philosophant !" Dylan, 10 ans.

"Depuis, j'ai moins peur de parler". Sarah, en parlant des ateliers.

"L'atelier philo, ça m'apprend du bonheur". Christline, CM1.

"Le mardi, c'est mon jour préféré parce-que c'est le jour où on a les ateliers philo". Jade, 8 ans.

"La philosophie, c'est un mot magique !"

"Je voulais vous remercier, car on a le droit de parler et dire ce qu'on pense. D'habitude, les enfants, on ne les écoute pas". Rémy, 10 ans.

"L'amour ça peut donner de la peur, parce que par exemple on a peur de parler à une fille parce qu'on l'aime... ou à un garçon... C'est embêtant...".

" Si on n'a pas peur, on va pas se méfier et si on ne se méfie pas on a plus de risques de mourir... la peur peut nous sauver...". Enfant de 6ème.

"C'est comme la colère... C'est bien ou pas bien...".

"J'ai appris la solidarité".

"J'ai appris la responsabilité".

Diotime, n°75 (01/2018)

Diotime - "Aider les enfants à grandir en discernement et en humanité" : la vocation de la Fondation SEVE